Ville et État travaillent à la réintégration des lanceurs d’alerte de l’UHU

Réintégration
Bref
Benoît Gilles
17 Fév 2017 0

Ils sont quatre aujourd’hui à lutter pour obtenir leur réintégration au sein de l’Unité d’hébergement d’urgence dont ils avaient dénoncé les errances. Lors du dernier conseil municipal, l’élue socialiste Marie-Arlette Carlotti avait une nouvelle fois plaidé leur cause, maintenant que la structure d’hébergement des sans-abris a un nouveau gestionnaire, le groupe SOS. « Lors de cette séance du conseil, je me suis engagé à étudier les possibilités d’une réintégration de ces salariés injustement punis pour avoir dénoncé un système, explique Xavier Méry, l’adjoint (LR) en charge de la lutte contre l’exclusion. Avec le préfet délégué pour l’égalité des chances, nous avons abordé cette question avec le nouveau gestionnaire. Celui-ci réfléchit à une intégration au sein du groupe SOS au sens large. »

Le collectif des anciens salariés de l’UHU confirme qu’une telle proposition leur a été faite. Une majorité d’entre eux la refusent, partant du principe que si leur combat est considéré comme juste, c’est au sein de l’UHU qu’ils doivent être réintégrés.

0
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire