Ville et État travaillent à la réintégration des lanceurs d’alerte de l’UHU

Réintégration
Bref
Benoît Gilles
17 février 2017 0

Ils sont quatre aujourd’hui à lutter pour obtenir leur réintégration au sein de l’Unité d’hébergement d’urgence dont ils avaient dénoncé les errances. Lors du dernier conseil municipal, l’élue socialiste Marie-Arlette Carlotti avait une nouvelle fois plaidé leur cause, maintenant que la structure d’hébergement des sans-abris a un nouveau gestionnaire, le groupe SOS. « Lors de cette séance du conseil, je me suis engagé à étudier les possibilités d’une réintégration de ces salariés injustement punis pour avoir dénoncé un système, explique Xavier Méry, l’adjoint (LR) en charge de la lutte contre l’exclusion. Avec le préfet délégué pour l’égalité des chances, nous avons abordé cette question avec le nouveau gestionnaire. Celui-ci réfléchit à une intégration au sein du groupe SOS au sens large. »

Le collectif des anciens salariés de l’UHU confirme qu’une telle proposition leur a été faite. Une majorité d’entre eux la refusent, partant du principe que si leur combat est considéré comme juste, c’est au sein de l’UHU qu’ils doivent être réintégrés.

0
commentaires

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire