Total met 5 millions d’euros pour compenser l’arrêt de la raffinerie de La Mède

Huile
Bref
Julien Vinzent_
14 Fév 2017 0

5 millions d’euros pour limiter la casse. Après l’arrêt en décembre de sa raffinerie de la Mède (Châteauneuf-les-Martigues), Total a signé hier une « convention volontaire de développement économique et social » avec l’État et les collectivités. Ce document comprend neuf mesures pour « dynamiser l’emploi » dans cette zone de l’étang de Berre, impactée par 180 suppressions de postes (départs à la retraite non remplacés, reclassements…), sans compter la sous-traitance.

En parallèle, le groupe pétrolier a chiffré à 275 millions d’euros les investissements déployés pour faire du site sa « première bio-raffinerie de taille mondiale ». La production de bio-carburants à partir d’huiles usagées, l’ouverture d’un centre de formation ainsi que la construction d’une centrale photovoltaïque de 8 mégawatts devrait permettre de maintenir 250 emplois sur place.

0
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire