Rue d’Aubagne, la garantie “effondrement” révoquée du contrat d’assurance d’une copropriété

Lâchés
Bref
Adrien Simorre
5 Déc 2018 3

L’assureur Groupama de la copropriété située au 66 rue d’Aubagne, en face des immeubles effondrés il y a maintenant un mois, a décidé unilatéralement de retirer la garantie “effondrement” du contrat d’assurance. Dans un courrier publié lundi par le collectif du 5 novembre, le groupe français évoque un “audit” ayant conclu à l'”exposition” de l’immeuble à ce risque. Il demande aux propriétaires de signer un avenant dans un délai de trois jours, sous peine de voir leur contrat résilié.

Le syndic, qui a accompagné cette demande d’une lettre explicative, indique que les assureurs multiplient par six ou sept la prime d’assurance pour les immeubles de la rue d’Aubagne. Il précise en outre que la garantie contre l’effondrement n’est pas obligatoire. “On a besoin d’aide et on nous enfonce”, s’émeut Virginie, propriétaire dans l’immeuble concerné, interrogée par le journal La Marseillaise.

Les propriétaires de la rue d’Aubagne ne sont pas les seuls concernés par une telle défection. Un journaliste de La Marseillaise publiait ce mardi sur Twitter un courrier similaire reçu par un propriétaire au 19 rue d’Italie. Cette fois, l’assureur annonçait résilier purement et simplement le contrat d’assurance dès le 7 décembre. “Ce sujet des assurances ne m’était pas remonté”, reconnaissait lundi Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement. Évoquant un échange avec le président de la Fédération française de l’assurance, il assurait que le gouvernement allait se “mobiliser dès la semaine prochaine pour s’assurer que la mobilisation des assureurs soit totale“. Avec ces premiers courriers reçus, celle-ci n’a pour l’heure pas porté ses fruits.

Source : La Marseillaise

A la une

Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...
Le temps de travail des agents municipaux met une nouvelle fois la pagaille à la cantine
Jeudi, pique-nique. Vendredi, c'est l'inconnu. Lundi, le grand trou noir. Le menu de la cantine de ces prochains jours ressemble à de l'emmental. Avec...
Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. patrickpatrick

    et si on résilié nos contrats souscrits chez groupama ?

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    « Nous nous attelons à décliner et amplifier nos fondamentaux mutualistes, plus que jamais en phase avec les attentes et les usages de nos sociétés modernes. »
    Jean-Yves Dagès, Président de GROUPAMA ( Rapport annuel GROUPAMA 2017)
    Dans le cas présent , la conception de la Mutualité est tout à fait particulière.

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Groupama est l’héritier de ce qui était autrefois les Assurances Mutuelles Agricoles (AMA), une vraie mutuelle spécialisée, mais qui a tenu à grossir et à se banaliser. Aujourd’hui, c’est une compagnie d’assurance comme une autre, ni plus ni moins : les “fondamentaux mutualistes” sont bien loin. Je précise pour la clarté que j’en ai été client pendant de très nombreuses années, avant de couper les ponts en raison de défauts répétés d’écoute et de qualité de service un peu fatigants à la longue…

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire