La première épicerie coopérative ouvre ses portes à Marseille

Cafoutch
Bref
Lisa Castelly
12 Avr 2018 2

Lancé il y a un peu plus d’un an, le projet de « supermarché coopératif » marseillais  baptisé « Super cafoutch » a franchi une première étape importante : l’ouverture d’une épicerie, rue Astouin dans le 2e arrondissement, au début du mois d’avril. Si l’objectif, à l’horizon 2020, reste le projet d’un vrai supermarché d’une surface plus importante, l’épicerie va permettre de tester le concept à petite échelle.

Chacun des 400 membres actuels doit donner trois heures de leur temps toutes les quatre semaines pour pouvoir faire leurs courses dans l’épicerie à des prix légèrement inférieurs à ceux des autres commerces. Ce sont donc des bénévoles qui accueillent les clients, approvisionnent les rayons de produits biologiques et tiennent la caisse, comme le raconte 20 Minutes, qui s’est rendu sur place.

2
commentaires
Source : 20 Minutes

A la une

Boues rouges : la justice met Alteo et l’État sous pression
Six jugements et un total de 65 pages. Le tribunal administratif de Marseille vient de rendre une série de décisions dans le dossier des...
La métropole, lamarque, lebus et le plan com
"Avec lacarte, si j’habite à Marseille et que je dois me rendre à Aix-en-Provence pour travailler, je pourrais prendre lemétro, puis lecar et enfin...
Un rapport ministériel épingle ArcelorMittal, « principal pollueur du département »
"Oui, bien sûr qu'on est au courant. Mais vous, comment vous l'avez su ?". L'embarras est de mise chez ArcelorMittal Méditerranée. Passé jusqu'alors inaperçu,...
Même condamnée, Maryse Joissains « la guerrière » s’y voit encore en 2020
"Incroyable !" Maryse est en mode combat. Quelques heures après l'annonce de sa condamnation à un an de prison avec sursis et dix ans...
Gymnase de l'école La Viste ©AM
Des militants de la France insoumise lancent une cagnotte pour rénover une école publique
"Les parents d’élèves n'en peuvent plus, il faut des travaux avant la rentrée de septembre", lance Sébastien Delogu, dont la fille est scolarisée à...
Quand le Vieux-Port a chaviré
Regarder les gens qui regardent. Vibrer avec eux d'une joie dont l'objet s'échappe. Parce qu'au final, seule compte cette liesse commune. Chroniqueur et photographe...
  1. ClairofClairof

    Certes … Mais surtout, les produits sont de grande qualité, issus de filières courtes, ou/et solidaires, bio, etc., et c’est le fait de donner 3h de son temps (par mois ! c’est rien!) au collectif qui fait que les prix sont assez formidables et non « légèrement moins chers que dans les autres commerces ». L’ambiance est assurée, on apprend le commun, c’est très intéressant, ouvert à toutes et tous (il suffit d’adhérer) et motivant. Merci d’avoir proposé cette brève.

    Signaler
  2. MarieMarie

    Une épicerie coopérative similaire a existé quelques années rue Barbini , ouverte en 1978 ! On a eu finalement besoin d’un salarié à mi temps pour gérer les plannings de présence des 20 ou 30 bénévoles …il est vrai que c’était avant l’informatique et les réseaux sociaux !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire