La première épicerie coopérative ouvre ses portes à Marseille

Cafoutch
Bref
Lisa Castelly
12 Avr 2018 2

Lancé il y a un peu plus d’un an, le projet de “supermarché coopératif” marseillais  baptisé “Super cafoutch” a franchi une première étape importante : l’ouverture d’une épicerie, rue Astouin dans le 2e arrondissement, au début du mois d’avril. Si l’objectif, à l’horizon 2020, reste le projet d’un vrai supermarché d’une surface plus importante, l’épicerie va permettre de tester le concept à petite échelle.

Chacun des 400 membres actuels doit donner trois heures de leur temps toutes les quatre semaines pour pouvoir faire leurs courses dans l’épicerie à des prix légèrement inférieurs à ceux des autres commerces. Ce sont donc des bénévoles qui accueillent les clients, approvisionnent les rayons de produits biologiques et tiennent la caisse, comme le raconte 20 Minutes, qui s’est rendu sur place.

Source : 20 Minutes

A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. ClairofClairof

    Certes … Mais surtout, les produits sont de grande qualité, issus de filières courtes, ou/et solidaires, bio, etc., et c’est le fait de donner 3h de son temps (par mois ! c’est rien!) au collectif qui fait que les prix sont assez formidables et non “légèrement moins chers que dans les autres commerces”. L’ambiance est assurée, on apprend le commun, c’est très intéressant, ouvert à toutes et tous (il suffit d’adhérer) et motivant. Merci d’avoir proposé cette brève.

    Signaler
  2. MarieMarie

    Une épicerie coopérative similaire a existé quelques années rue Barbini , ouverte en 1978 ! On a eu finalement besoin d’un salarié à mi temps pour gérer les plannings de présence des 20 ou 30 bénévoles …il est vrai que c’était avant l’informatique et les réseaux sociaux !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire