La première épicerie coopérative ouvre ses portes à Marseille

Cafoutch
Bref
Lisa Castelly
12 Avr 2018 2

Lancé il y a un peu plus d’un an, le projet de « supermarché coopératif » marseillais  baptisé « Super cafoutch » a franchi une première étape importante : l’ouverture d’une épicerie, rue Astouin dans le 2e arrondissement, au début du mois d’avril. Si l’objectif, à l’horizon 2020, reste le projet d’un vrai supermarché d’une surface plus importante, l’épicerie va permettre de tester le concept à petite échelle.

Chacun des 400 membres actuels doit donner trois heures de leur temps toutes les quatre semaines pour pouvoir faire leurs courses dans l’épicerie à des prix légèrement inférieurs à ceux des autres commerces. Ce sont donc des bénévoles qui accueillent les clients, approvisionnent les rayons de produits biologiques et tiennent la caisse, comme le raconte 20 Minutes, qui s’est rendu sur place.

2
commentaires
Source : 20 Minutes

A la une

Le couvent dominicain renonce à accueillir l’Action française

Le centre culturel Cormier, rattaché au couvent dominicain de Marseille, a renoncé à accueillir le colloque consacré à Charles Maurras ce samedi.

À la fédération des chasseurs, la reprise en main ordonnée par...

Les 21 000 chasseurs des Bouches-du-Rhône et leur nouveau patron apprennent à se connaître. Le 10 avril, la justice nommait Frédéric Avazeri en tant...

Le parquet national financier multiplie les perquisitions dans les services municipaux

Le lieu est réputé pour sa tranquillité. Il n'y a guère que les piaillements de pie qui troublent le calme éternel du cimetière Saint-Pierre....

Indignation autour d’un hommage à Charles Maurras dans un couvent dominicain

"La nouvelle de l’organisation le 21 avril prochain, dans des locaux de l’ordre des Dominicains de Marseille, d’un « week-end d’hommage à Charles Maurras » par...

Martine Vassal entre en campagne

"Nous avons dû refuser du monde", glisse-t-on avec gourmandise dans l'équipe de com' de la présidente du Département. En entrant sur scène, Martine Vassal...

L’architecte du Vélodrome de 1998 demande 480 000 euros à la...

Il y a des soirées où le Vélodrome bout comme un chaudron de sorcière, à l'égal des plus grandes arènes d'Europe. Les supporters en...
  1. ClairofClairof

    Certes … Mais surtout, les produits sont de grande qualité, issus de filières courtes, ou/et solidaires, bio, etc., et c’est le fait de donner 3h de son temps (par mois ! c’est rien!) au collectif qui fait que les prix sont assez formidables et non « légèrement moins chers que dans les autres commerces ». L’ambiance est assurée, on apprend le commun, c’est très intéressant, ouvert à toutes et tous (il suffit d’adhérer) et motivant. Merci d’avoir proposé cette brève.

    Signaler
  2. MarieMarie

    Une épicerie coopérative similaire a existé quelques années rue Barbini , ouverte en 1978 ! On a eu finalement besoin d’un salarié à mi temps pour gérer les plannings de présence des 20 ou 30 bénévoles …il est vrai que c’était avant l’informatique et les réseaux sociaux !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire