Poursuivi pour diffamation, le chercheur de l’IHU y voit un “contrefeu” du patron de l’AP-HM

Bada
Bref
le 10 Mar 2023
1

Une audience a déjà eu lieu en janvier mais l’affaire rebondit au moment prévu pour l’énoncé du délibéré. Comme Marsactu l’avait révélé, la défense des plaignants, Magali Carcopino-Tusoli et son époux, a produit un document de Twitter, reliant le compte Le professionnel à Éric Chabrière. Le tribunal a donc décidé de rouvrir les débats.

À la barre, son avocat a indiqué l’absence de caractère probant des pièces fournies. “Le numéro de téléphone de monsieur Chabrière est dans le domaine public depuis 2013, explique Ludovic Heringuez. Je ne vois pas les garanties d’authentification prouvant qu’il est bien derrière ce compte“. Il voit dans ces nouveaux éléments l’action “d’une officine de petites frappes au service de je ne sais qui pour détruire la réputation des personnes“. Quant à Éric Chabrière lui-même, il voit dans la plainte des époux Carcopino-Tusoli, un “contrefeu” allumé par le directeur général de l’AP-HM, François Crémieux, objet, selon lui, de nombreuses plaintes.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e © Electeur du 8e ©

    L’avocat de Chabrière a tout à fait raison de parler d’une “officine de petites frappes”. Mais il se trompe de cible : elle n’existe que dans l’entourage immédiat de Raoult, et croit “défendre” celui-ci en utilisant des méthodes de voyous.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire