Plan social à La Marseillaise : la moitié des effectifs licenciés à partir de février

Hémorragie
Bref
Lisa Castelly
19 Jan 2018 5

L’annonce signe une nouvelle étape dans les difficultés grandissantes du journal et les solutions radicales pour y remédier. La direction de La Marseillaise a présenté ce vendredi matin en comité d’entreprise un plan social d’une ampleur particulièrement importante. Sur les 86 salariés actuels, 44 devraient voir leurs postes supprimés, et ce, à partir du mois de février, ont révélé l’AFP et France Bleu Provence. 28 des postes concernés sont ceux de journalistes. « On ne s’attendait pas à une saignée d’une telle ampleur. On s’interroge sur la pérennité du journal« , a commenté Jean-Marie Dinh, représentant du syndicat SNJ-CGT, auprès de l’AFP. « On nous a annoncé des projets de développement d’hebdomadaires dans le Gard et le Var mais sans être explicite sur comment on allait y parvenir« , a-t-il ajouté.

En redressement judiciaire depuis plus d’un an, le quotidien avait obtenu le 23 novembre une prolongation de six mois de sa période d’observation.

5
commentaires
Source : AFP et France Bleu

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
  1. LaPlaine _LaPlaine _

    Ne doit-on pas raisonnablement penser que c’en est fini de La Marseillaise à moyen terme?

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Chaque titre a son histoire et son identité propres, mais force est de constater qu’entre Le Patriote (à Nice), La Marseillaise, Le Ravi et d’autres, la presse d’opinion dont la sensibilité est de gauche traverse, dans notre région où sa voix est pourtant indispensable, une passe très difficile.

      Les collectivités publiques, au-delà des mots, ne jouent pas le jeu du pluralisme : dominées par la droite, elles réservent la publicité institutionnelle aux organes de presse qui ne les dérangent pas. Déplaire, c’est un métier. Mais comment le faire vivre ?

      Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Cet acharnement thérapeutique à sauver ce titre est déraisonnable et inutile hors mis ,pour la beauté du geste.
    Tout le monde apporte son soutien à la Marseillaise ,même la droite ( Muselier et consorts), cela permet de faire bonne figure et de se présenter comme un fervent défenseur de la liberté de la presse. Tu parles Charles!.
    La Marseillaise est morte et cela arrange bien ces messieurs les Libéraux.
    Soit la Marseillaise n’a plus de lecteurs ou d’électeurs, soit la Marseillaise n’est plus dans le marché.
    De toutes les façons le résultat est le même. C’est fini.
    Le drame dans cette affaire c’est qu’il ne va rester que la Provence pour désinformer à coup de foot et de chronique municipale.La Marseillaise était « légèrement » orientée , sans doute, mais apportait une autre vision de l’information, quand même.
    Alors ne lâchons pas MARSACTU et le Râvi pour ne pas finir totalement abrutis.

    Signaler
    • ptit-marinptit-marin

      dites merci au PC13 et PS 13!!!!
      tous à la baille et ne parlons plus de ces gens là.
      oublions les définitivement

      Signaler
  3. BUJOLIBUJOLI

    N’enterrons pas La Marseillaise et gageons que ce n’est pas de gaité de coeur que la direction du journal prend cette décision qui pousse des travailleurs dans la liste des chomeurs…Oui Marseille a besoin d’une autre presse que ce journal imbuvable, sans saveur et complètement plat qu’est la provence….Oui nous avons besoin de La Marseillaise, oui nous avons besoin de Marsactu, oui nous avons besoin du Ravi!!!!
    Oui au pluralisme à Marseille !!!!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire