En redressement judiciaire, La Marseillaise prépare un nouveau plan social

Enquête
Julien Vinzent
2 mars 2017 0

Déjà affaibli par 91 licenciements lors de la reprise du titre il y a deux ans, le quotidien communiste devrait perdre 25 postes supplémentaires. Cette restructuration a été annoncée lundi au comité d'entreprise, pour faire face à un trou de trésorerie qui menace de la conduire à la liquidation.

On peut être communiste et être contraint de supprimer des emplois. Lundi, la direction du journal La Marseillaise a présenté un nouveau plan social prévoyant 25 suppressions de postes, sur les 118 que compte le journal. « C’est un nouveau choc pour les salariés, c’est le deuxième redressement judiciaire en deux ans. Nous avons déjà connu une perte colossale lors du premier avec 91 personnes licenciées, un vrai déchirement. Les salariés sont inquiets, on n’a pas l’impression de voir le bout du tunnel », commente Nathalie Fredon, journaliste et élue SNJ-CGT au comité d’entreprise.

Pour éviter davantage de casse, la direction et les administrateurs judiciaires ont déjà proposé une dizaine de reclassements en interne. En parallèle, quelques jours avant le comité d’entreprise, plusieurs journaux, dont Marsactu, avaient reçu un courrier dans le cadre d’une recherche de reclassements externes. Une procédure obligatoire dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Consécutive à la reprise du titre par les Éditions des fédérés à la barre du tribunal de commerce, en avril 2015, la première vague de suppressions de postes a par ailleurs laissé des traces aux prud’hommes. De nombreuses procédures sont toujours en cours au sujet des conditions de départs des salariés (lire notre article).

Le couperet de la liquidation

Malgré la nouvelle procédure de redressement judiciaire, ouverte en novembre 2016, la réplique de cette secousse était jusqu’à présent écartée. « Nous avons quelques semaines devant nous pour poursuivre la construction d’un plan de développement », projetait le président délégué Fabrice Lecomte, au sortir d’une audience au tribunal de commerce le 11 janvier.

Mais il semble que le quotidien communiste, qui a publié mardi un numéro spécial de soutien de 80 pages, soit face à un nouveau risque de rupture de trésorerie. Or, il n’est plus autorisé à générer la moindre dette nouvelle dans le cadre du redressement judiciaire, sous peine de se voir placé en liquidation. Malgré le constat d’« échec » tiré par Nathalie Fredon, cet étau contraint les marges de négociation. Interrogé ce mercredi par Marsactu, Fabrice Lecomte a refusé de commenter ces difficultés et l’annonce d’un plan social. Motif invoqué : ne pas interférer avec la décision du tribunal de commerce dans le conflit avec l’association Mondial à pétanque, attendue pour le 15 mars.

Le mondial à pétanque en toile de fond

Par une collision de calendrier, la justice examinait en effet ce mercredi la demande d’extension du périmètre du redressement, pour englober cette association. Cette dernière doit à l’entreprise 800 000 euros correspondant aux recettes d’organisation de l’événement, dont les deux partenaires se disputent la responsabilité. Il n’est pas certain qu’un feu vert du tribunal permette à La Marseillaise d’en voir la couleur, mais il lui assurerait la maîtrise de l’édition 2017. « On est resté en retrait de cette affaire, mais on a le sentiment qu’on va en être les victimes collatérales », glisse Nathalie Fredon.

Jusqu’à présent, les salariés s’étaient montrés plutôt silencieux, si ce n’est dans la mobilisation pour défendre le titre, à l’unisson de la direction. Réunie mardi soir au siège du journal, une assemblée générale a voté « une demande explicite d’une réunion inter-services pour que le personnel puisse exprimer ses inquiétudes et obtenir des éclaircissements sur le projet de la direction », expose la syndicaliste. Le début d’un changement de ton ?

0
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire