Municipales à Marseille : la France insoumise veut l’union sans tête de liste socialiste

Pas de côté
Bref
le 14 Déc 2019
6

L’union, oui mais sans tête de liste socialiste. C’est la position adoptée par la France insoumise lors de son assemblée communale marseillaise vendredi 13 décembre. Dans un « avis à la population », la formation de Jean-Luc Mélenchon dit « tenir compte du rôle de ce parti dans le passé trop récent pour être oublié par le peuple de Marseille ». Cette sortie s’oppose clairement au président du groupe PS au conseil municipal Benoît Payan, favori au sein du Printemps marseillais pour représenter cette union de la gauche politique et associative.

La France insoumise indique rester partie prenante du Printemps marseillais pour militer pour « une alliance avec le Pacte démocratique [un mouvement regroupant notamment des militants associatifs et visant à une meilleure représentation des quartiers populaires, ndlr] et le choix d’une tête de liste non PS, en rupture avec le passé ». Une position qui viendra alimenter les tensions au sein de cette alliance lancée à l’automne.

Cependant, la France insoumise se ménage une porte de sortie en indiquant prendre « les contacts pour la formation éventuelle d’une liste alternative vraiment ouverte en vue du grand changement à Marseille ». Elle entend pour ce faire s’adresser d’abord au Parti communiste, puis à Europe écologie-les Verts, qui mène pour l’heure une campagne autonome, et au Pacte démocratique.

AVIS À LA POPULATION – Texte de l'Assemblée Communale de la France Insoumise Marseille du 13 décembre 2019. Partagez !

Publiée par Marseille insoumise sur Samedi 14 décembre 2019

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Opiniatre Opiniatre

    LFI a mis 6 mois à découvrir que Benoît Payan était socialiste, ils sont trop forts. Maintenant ils découvrent que c’est le meilleur candidat, eux-même n’ayant pas été capables de proposer quelqu’un de crédible (Mélenchon a trop peur d’y aller pour finir à 5%, Sophie Camard serait très bien, mais elle, justement, n’est pas dans les oukazes et les excommunications).
    Marsactu peut-il nous dire combien de personnes était à cette « assemblée communale » ? Plus que les 70 personnes d’EELV ? Décidement, plus les gens se rengorgent de mots ronflants – démocratie, citoyen, participatif…-, plus ils se comportent comme des groupuscules qui ne pensent qu’à leur boutique.
    Hé, si vous ne voulez pas de Vassal, il ne faut pas confondre réunir 51 copains à la Plaine, mais mobiliser 51% des électeurs.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Si quelqu’un.e avait le niveau, il/elle mettrait tout le monde d’accord. Or les désaccords persistent à la veille de Noël. Conclusion : personne n’a le niveau, sauf peut être Barles, finalement, qui a vu le coup venir et ne s’est pas compromis dans cette mascarade. On a dit de lui qu’il était le diviseur, mais force est de constater que le reste de la gauche n’a pas besoin de lui pour se dechirer…

      Signaler
  2. mada mada

    Que je sache, dans le Printemps Marseillais, tout le monde n’est pas d’accord avec une candidature Payan. N’oublions pas qu’il faut gagner la mairie et mettre en œuvre une politique au service des citoyens avec leur participation. Je crains que payan ne vise pas uniquement la place et ne ramène dans ses fourgons les anciens apparatchiks du PS

    Signaler
  3. Pythéas Pythéas

    Il y a des jours où il faut faire des efforts pour perdre. Par exemple contre les héritiers de Gaudin. Mais J.L. Mélenchon a du savoir-faire…

    Signaler
  4. Regard Neutre Regard Neutre

    Comment démonter les systèmes souterrains de la politique alimentaire qui sévit depuis la libération à Marseille? Quelle personnalité de dimension nationale, peut mobiliser, aujourd’hui à Marseille, l’ensemble des véritables forces de gauche et du centre gauche pour affronter la droite de Mme VASSAL et ses satellites qui l’appuient sur son centre et son extrême droite? Pour espérer un changement,les marseillais doivent casser tous les codes politiques actuels,en orientant leur choix sur deux personnalités qui s’offrent à eux. M.Yvon Berland, dont le profil professionnel et la cylindrée morale semblent exemplaires, ou M.Jean-Luc Mélanchon — mobilisateur sans envie municipale—qui montre un pusillanisme désespérant de débutant alors qu’il a un cuir d’ancien combattant. Le programme commun, c’était avant-hier…

    Signaler
  5. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Les gauches sont en train de nous démontrer qu’elles n’ont pas envie ou qu’elles ne sont pas capables de diriger la ville, alors que celle-ci était prenable après ce pathétique 4ème mandat du Gaudinosaure. Face au rouleau compresseur de l’héritière, qui a mobilisé ce qu’il faut de moyens publics depuis 2016 pour que tout le monde la connaisse, il leur reste 90 jours pour imposer dans le paysage un nom et un programme.

    Ne vous pressez surtout pas, c’est sûr que les logiques d’appareils et d’apparatchiks sont beaucoup plus importantes…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire