Menace de mort à un journaliste : le maire d’Allauch tente de justifier son « verbe haut »

Virulent
Bref
Violette Artaud
12 Avr 2019 5

« À la suite de propos me concernant rapportés par un journaliste de La Marseillaise, je souhaite vous donner le fond de ma pensée quant à l’instrumentalisation dont est victime la presse à la veille d’élections », entame Roland Povinelli. Le maire d’Allauch, qui a proféré des menaces de mort à l’encontre d’un journaliste qui a notamment enquêté sur sa commune, vient d’envoyer un communiqué aux rédactions.

« Ce qui m’a amené à réagir, face à ce journaliste, de manière virulente, c’est la multitude
d’articles à charge », écrit encore le maire d’Allauch. « Certes, l’échange avec ce journaliste, a été vif, et a pu en heurter certains, mais ceux qui me connaissent savent qu’une de mes particularités est de ne pas pratiquer la langue de bois et d’avoir le verbe haut », poursuit Roland Povinelli qui, rappelons-le, s’est exprimé en ces termes : “Je vais te crever moi, vas-y, écris demain dans La Marseillaise, en gros : “Povinelli veut me tuer”, mais comme tu dois être un sacré pédé, ça m’étonnerait que tu aies les couilles… ». Le journaliste à qui il s’adressait a porté plainte pour menace de mort réitérée.


A la une

Le difficile retour au 22 rue des Feuillants
"Là, il y a un souci." L’agent du service de l’hygiène de la mairie semble embarrassé. Il est censé contrôler les travaux effectués suite...
Le chemin semé d’embûches d’un accord entre Les Républicains et En Marche pour Marseille
Martine Vassal, candidate plus que probable à la mairie de Marseille et Yves Moraine, le maire de des 6e et 8e arrondissements, se sont...
Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : « Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps »
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. TaramaTarama

    Démission.

    Signaler
  2. HappyHappy

    Verbe haut ou plus bas que tout ? Ce n’est pas dans la presse qu’il doit s’expliquer mais devant un tribunal, pour menaces de mort aggravées par l’homophobie. Lui ouvrir une tribune c’est conforter son impunité.

    Signaler
  3. barbapapabarbapapa

    Allauch quoi, ça va, il ne faudrait pas en faire des caisses, il ne l’a pas menaçé de torture ni de sodomie, et puis « sacré pédé » c’est quand même plus gentil que « pédé » tout court, et puis on est dans le midi, les gens tchatchent, tchatchent et puis ils font nibe…

    Signaler
  4. PythéasPythéas

    Pour avoir, personnellement déjà été insulté publiquement par Povinelli (qui a répondu à ma contre attaque par une éclat de rire méprisant), je confirme que ce personnage est abject et n’aurait jamais dû avoir les honneurs (sénatoriaux) de la république. C’est comme ça qu’on « flingue » la démocratie…

    Signaler
  5. Un électeur du 9 èmeUn électeur du 9 ème

    Voiçi quelques éléments de la biographie de ce triste individu publié dans Wikipédia :

    De 2008 à 2014 : sénateur des Bouches-du-Rhône : Au Sénat, il s’avère être parmi les trois parlementaires les moins actifs du Palais du Luxembourg en raison de son absentéisme sur la session 2013-20143.

    Affaires judiciaires

    2014 : dépôt de plainte : Durant l’élection municipale de 2014, de nombreuses altercations interviennent entre Roland Povinelli et Lucie Desblancs. La candidate sans-étiquette accuse le maire de « corruption ». Il dépose une plainte pour diffamation et dénonce le manque de transparence dans le parti de son adversaire

    A ce jour, deux autres affaires s’ajoutent. La plus ancienne parle de la mairie qui a émis un droit de préemption à propos d’une villa que Lucie Desblancs devait vendre à un particulier. La deuxième affaire se déroule lors d’un conseil municipal au cours duquel le maire a émis des critiques négatives et a appelé la femme politique par son seul nom de jeune fille « Cohen ». La femme a alors déclaré que le maire insistait beaucoup sur sa judéité

    2015 : mise en examen : Le 9 juin 2015, il est placé en garde à vue pour corruption, trafic d’influence et détournement de fonds publics. Ceci fait suite à une enquête sur l’octroi de permis de construire suspects, d’emplois de complaisance et d’avantages indus à son entourage et à des proches

    Le 10 juin 2015, il est mis en examen pour « abus de confiance, faux, utilisation privative de domaine public et détournement de fonds publics » et laissé en liberté contre le paiement d’une caution de 50 000 €

    A la suite des articles publiés par La Provence, le Maire répond. Il dénonce « un complot policier ». Il clame son innocence. Il répond aux accusations lui reprochant d’avoir embauché sa belle-fille comme assistante parlementaire

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire