L’usine Arkema de Saint-Menet sommée de contenir ses rejets polluants

Benzène
Bref
le 17 Juil 2019
2

Dans un arrêté pris le 5 juillet dernier, le préfet a mis en demeure l’usine Arkema, située à Saint-Menet (11e arrondissement) afin qu’elle régule mieux ses rejets polluants, révèle La Marseillaise. L’usine, classée Seveso (seuil haut) pour les risques industriels, a en effet rejeté en 2018 27,6 tonnes de benzène dans l’atmosphère, alors qu’elle est autorisée à en rejeter au maximum 25 tonnes. « Un risque sanitaire associé au benzène ne peut pas être écarté pour une partie de la population exposée », indique le représentant de l’État dans son arrêté. Le benzène est en effet reconnu comme cancérigène, mutagène et reprotoxique. En juin 2018, le préfet avait réduit le seuil d’autorisation, avec l’objectif d’un rejet maximum de 10 tonnes par an à l’horizon 2023. Les autres rejets excessifs de l’usine concernent les composés organiques volatils non méthaniques, portés à 255 tonnes en 2018, contre 220 autorisés.

Au cœur des inquiétudes, les fuites de canalisations mais aussi les « incidents non déclarés », jugés récurrents par la direction de l’environnement (Dreal). Si plusieurs contrôles effectués en 2018 ont montré des seuils de rejet conformes, les relevés d’Air Paca à proximité de l’usine ont permis de mettre au jour des pics importants de benzène, notamment les 17 et 18 juin 2018. L’entreprise avait alors reconnu une « fuite sur la colonne de réaction à la bromuration qui a fait l’objet de réparations ».

Source : La Marseillaise

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. petitvelopetitvelo

    Combien d’emplois veut-on prolonger de quelques mois pour combien de vie brisées avec effet immédiat et retard ? Quel sens à garder une usine polluante et dangereuse en plein zone densément urbanisée ? Quel projet d’avenir pour Marseille ?

    Signaler
  2. KaroKaro

    On peut se poser la question inverse l usine existe depuis 50 ans sur ce site combien de profits en laissant urbaniser autour de celle ci ? Combien de permis ont été donnés sans se poser la question de la cohabitation entre outil industriel et zone résidentielle .Le droit de l’urbanisme releve de la compétence /incompétence des communes .. .. qui a Marseille est très spécifique . Quel est le taux de pollution généré par le trafic routier vu l efficace réseau de transport de notre collectivité ?
    Je veux pas défendre Arkema mais bon posons nous les bonnes questions ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire