Les pouvoirs publics promettent “d’accélérer les procédures” au parc Kallisté

Réaction
Bref
le 7 Mai 2022
5

C’est un communiqué volontariste mais qui ne donne toutefois pas de délai concret. La préfecture annonce avoir réuni les acteurs publics et privés impliqués au parc Kallisté ce 6 mai avec la volonté d’“accélérer les procédures”. La préfecture promet ainsi “la mise en œuvre avec le concours de la force publique des procédures d’expulsion exécutoires des squatteurs”.

Elle dit aussi vouloir aller vite concernant le relogement des dizaines de personnes qui ont quitté leur logement du bâtiment G et ne souhaitent plus y vivre. Lundi 2 mai, Marsactu avait révélé comment le climat d’ultra-violence, exacerbé le week-end précédent avec notamment des incendies volontaires, avait poussé ses habitants titulaires d’un bail au départ.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    Parole, parole, parole ……en cas de manifestation les forces de “l’ordre” sont immédiatement envoyées mais dans ce cas la force publique est étrangement absente et n’existe que sous forme de promesse le Kalisté n’est pas le Fouquet’s

    Signaler
  2. julijo julijo

    pour les procédures d’expulsions même avec de la bonne volonté, et ça reste à voir, il faut des semaines…
    volontariste et sans délai concret !! tout est là !
    ah c’est sûr, c’est pas le fouquet’s et pas non plus le vieux scoot du fils de sarko

    Signaler
  3. FLORENT 13 FLORENT 13

    Des commentaires mal renseignés sur un article inexact. Ce n’est pas du tout 61 familles (!). Au plus 61 personnes. Qui n’ont pas été en gymnase (article précédent) mais en appart hôtel. @julijo Le concours de la force publique sera accordé d’ici qqs jours, car les procédures sont arrivées à terme. Il reste d’autres “squatts” qui ne seront pas expulsés car en effet les procédures sont longues.. pour de bonnes raisons (le droit à la propriété est 1 chose, celui d’avoir un toit est fondamental). Le vrai problème, ce n’est pas les “squatts”, c’est des réseaux mafieux entre deal, proxénétisme et marchands de sommeil. On est pas tant sur une question d’habitat que de maintien de l’ordre public, de manque de services publics etc.

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      Depuis le 1er janvier dernier, la loi «anti-squats» a changé. Désormais, vous pouvez obtenir l’expulsion de squatteurs en 72 heures maximum. Pour cela, vous devez déposer plainte pour violation de domicile au commissariat puis adresser une demande d’expulsion auprès du préfet qui a 48 heures pour vous répondre. Il peut refuser le concours de la force publique mais devra justifier son rejet. S’il accepte votre demande, le préfet adresse une mise en demeure au(x) squatteur(s) qui a(ont) 24 heures pour partir. S’il(s) ne s’exécute(nt) pas, les forces de l’ordre pourront les déloger.

      Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Bonjour, écriture trop rapide de ma part en effet. Les choses sont (tardivement) corrigées. Merci d’avoir signalé cette erreur.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire