Les agents marseillais des impôts se mobilisent contre la réorganisation départementale

chambardement
Bref
le 19 Juin 2019
4

200 à 300 agents des services fiscaux de l’agglomération marseillaise se sont rassemblés mardi devant les fenêtres de la direction régionale des Finances publiques à l’appel de trois syndicats (CGT, Sud, FO), rapporte La Provence. En cause, la réorganisation des services fiscaux voulue par le gouvernement qui inquiète le personnel.

Selon un premier projet, 11 des 22 centres des finances publiques des Bouches-du-Rhône fermeront leurs portes et 7 « accueils de proximité », dépourvus d’agents des finances publiques, devront voir le jour en 2022. « Une attaque brutale sans précédent« , selon les syndicats qui craignent la suppression de 15% des postes dans les Bouches-du-Rhône, sans compter les mutations géographiques. La direction régionale a annoncé le lancement d’une concertation jusqu’en octobre pour apaiser les tensions.

Source : La Provence

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. petitvelopetitvelo

    Quand on voit les files d’attente à l’extérieur, encore mardi dernier place Sadi Carnot … on se dit que le projet va virer au « Moi, Daniel Blake »

    Signaler
  2. Input-OutputInput-Output

    A n’en pas douter, cela fera encore plus d’autres fonctionnaires qui pourront dire #JeSuisAuPlacard…

    Signaler
  3. ZumbiZumbi

    Il y a deux ans, une délégation intersyndicale et associative de retraités (dite « groupe des 9 » avait été reçue par les représentants locaux de l’administration fiscale, et avaient en particulier soulevé la difficulté croissante d’une partie d’entre eux avec les démarches dites « dématérialisées », l’absence d’interlocuteurs en cas de problèmes du fait des fermetures d’antennes locales etc.
    On avait cité les cas marseillais de longues files d’attente dans la rue, qui représentent une atteinte à la dignité des plus âgés, qui supportent très difficilement ou pas du tout la station debout immobile prolongée, l’impossibilité dans le cas d’accès aux toilettes etc. Les représentants des personnels des finances qui nous accompagnaient ont rajouté des exemples.
    L’administration a demandé des précisions, pris des notes, promis de transmettre en haut lieu, annoncé qu’on se préoccuperait dorénavant de tout ça (rappel : les retraités constituent 17 % de la population, 20% dans un avenir proche).
    On voit le résultat, et la considération dont témoignent les startupers qui nous gouvernent à l’égard de leurs cochons de payeurs.

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      On se souvient qu’un certain nombre de retraités avaient été taxés pour avoir payé par chèque leurs impôts locaux, avant que le gouvernement revienne sur cette sanction : http://leparticulier.lefigaro.fr/article/la-majorite-de-0-2-en-cas-de-paiement-par-cheque-de-ses-impots-est-annulee/

      L’administration fiscale avait « découvert » à cette occasion l’existence d’une partie de la population qui ne fait pas partie de la start-up nation et n’accède pas à internet ou ne le maîtrise pas. Manifestement, elle a en effet retenu la leçon : ce n’est pas elle qui s’adapte aux besoins des usagers, mais ce sont ces derniers qui doivent s’adapter à la « dématérialisation » et aux réorganisations qu’on leur impose sans leur demander leur avis.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire