Le “trou” de Saint-Antoine où vivent des Roms

Vu sur le web
Bref
Rémi Baldy
14 Mar 2019 1

Dans le cadre d’un numéro spécial “Le Libé des écrivains”, le quotidien publie un reportage narratif de Véronique Le Goaziou. Cette sociologue et romancière s’est rendue dans un camp de Roms situé dans une cuvette du quartier de Saint-Antoine (15e). “Cet endroit n’a pas de nom. Certains l’appellent Saint-Antoine, d’autres l’Ermitage, d’autres encore le «trou»”, raconte-t-elle avant de décrire les lieux : “Une dizaine de baraques en enfilade, savant assemblage de plaques de tôle, de morceaux de bois, de portes d’armoire, de tissus, de pierres ou de roseaux, montés sur des rondins pour se tenir au sec. Le fond du cratère fait comme une sorte de placette et sur la pente du versant opposé, une décharge.”

Accompagnée par un éducateur de l’association Addap 13, Véronique Le Goaziou rencontre des familles qui vivent là. Dans son récit, l’écrivaine ne cache pas son décalage avec ce monde qu’elle découvre. “Le couple a dix enfants, me dit l’éducateur. Dix enfants ? Dix enfants, je répète. Les autres sont au travail. Au travail ? Au travail, je répète. Je me fais l’effet d’un perroquet. Quel travail ? La mendicité. La mendicité ? Faut que j’arrête de tout répéter”, écrit-elle. 

Source : Libération

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. GENIAGENIA

    On se rencontre qu’au delà de la misère matérielle et morale, on retrouve toujours chez les plus démunis le problème “reproductif” comme si leur sort devait se perpétuer chez un maximum d’innocents embarqués dans leur galère de force !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire