Le stadium retourne à Vitrolles

PAVÉ
Bref
Benoît Gilles
12 Nov 2015 0

C’est un cube noir dans une tache rouge. Le bâtiment dessiné par Rudy Ricciotti accueillait l’équipe de hand-ball de l’OM Vitrolles à son heure de gloire. Mais, depuis une quinzaine d’années, cette salle de 5000 places pouvant accueillir des manifestations sportives et des concerts tombe tout doucement en ruines.

La Ville de Vitrolles, propriétaire, va récupérer son joyau terni après dix ans de mise à disposition à la Communauté du pays d’Aix (CPA). “Depuis 2004, la CPA n’en a rien fait. Donc, dans le cadre de la mise en place de la métropole, nous avons choisi de récupérer cet équipement, explique Loïc Gachon, le maire de la ville. Ensuite, nous verrons qu’elle est la bonne stratégie pour redonner un sens à ce lieu et quel est le bon niveau de gestion : la ville, le conseil de territoire ou la métropole.” 


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire