Le préfet de police interdit toute manifestation à proximité du siège du bastion social

Périmètre
Bref
le 22 Mar 2019
2

La rue Fort-Notre-Dame mais aussi toutes les artères situées à proximité de cette voie sont interdites à manifestation ce samedi. Le préfet a pris un arrêté en ce sens ce jeudi, afin d’éviter tout affrontement entre le groupuscule d’extrême droite, qui y a son siège et organise une journée portes-ouvertes, et les militants anti-fascistes qui ont décidé d’organiser une manifestation contre le racisme et l’antisémitisme à 16 heures, porte d’Aix.

Le préfet de police Olivier de Mazières y voit l’occasion pour les “militants de l’ultra gauche” d’aller au contact des militants “d’extrême droite” du bastion social. Comme le rapporte La Provence, le préfet s’appuie dans son arrêté sur la longue suite d’affrontements entre les deux camps depuis 2016, notamment à la suite de l’installation des militants d’extrême droite, rue Navarin et ensuite, dans ce nouveau local du 7e arrondissement.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    N’oublions pas

    Je n’ai rien dit…
    « Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste
    Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif
    Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit, j’étais protestant…
    … Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose »
    Pasteur Martin Niemöller
    Président des Eglises réformées de Hesse-Wassau. Partisan de l’arrivée d’Hitler puis résistant. Déporté à Dachau de 1938 à 1945

    Signaler
  2. leravidemilo leravidemilo

    Que M le préfet interdise un espace limité autour du bastion asocial, voyant là “l’occasion pour “les militants de ultra gauche” d’aller au contact des militants “d’extrême droite”…”, cela peut se comprendre, même si chaque précédent en la matière, est susceptible par la suite de s’étendre, en terme d’occasions et de périmètres itou, et nécessite donc une forte vigilance. Mais M le préfet devrait surtout profiter de “l’occasion”, pour demander à Macron quelle occasion il attend pour dissoudre cette organisation délétère et fort dangereuse, comme il l’a annoncé lui même publiquement et officiellement, il y a de cela 2 ou 3 semaine, suite aux violences commises par l’ultra droite lors des manifs en cours.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire