Le parquet requiert 18 mois de prison dont 9 avec sursis à l’encontre de Maryse Joissains

URGENT
Bref
Jean-Marie Leforestier
14 Mai 2018 0

Le procureur de la République adjoint de Montpellier Dominique Sié a requis ce lundi 14 mai une condamnation de 18 mois de prison dont 9 avec sursis à l’encontre de Maryse Joissains. Il a aussi réclamé dix ans d’inéligibilité pour la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence. Elle est poursuivie devant le tribunal correctionnel de Montpellier pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts. Il s’agit essentiellement d’embauches jugées « arbitraires » par le juge d’instruction Marc Rivet [Lire notre article].

Celui-ci a par ailleurs requis contre le second prévenu Christophe Achouri un an de prison dont six mois avec sursis et cinq ans d’exercice dans la focntion publique. Ce fonctionnaire de la Ville d’Aix et agent de joueurs de football est poursuivi pour concussion après avoir été rémunéré pour un emploi de gardien qu’il n’a quasiment jamais exercé.

0
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire