Le futur hôpital privé de Saint-Barnabé supprime un bâtiment et l’hélistation

Raboté
Bref
Rémi Baldy
29 Mar 2019 1

Sous le feu des critiques depuis plusieurs mois, le GIE Sainte-Marguerite a présenté son projet pour l’hôpital privé qu’il souhaite implanter à Saint-Barnabé (12e), fruit de la fusion des cliniques Beauregard et Vert-Coteau. Après qu’une première enquête publique a retoqué son projet, l’établissement présente quelques modifications par rapport au projet initial. Un bâtiment de 10 000 mètres carrés dédié au personnel administratif a disparu, la passerelle aussi, ainsi que l’hélistation. La hauteur du futur hôpital est aussi revue à la baisse puisqu’il passe de 30 à 25 mètres, tout en gardant ses six étages mais avec une hauteur sous plafond moins importante.

La taille du bâtiment entre désormais dans les critères de hauteur du futur PLUI. “La métropole nous a dit de nous manifester et nous avons donc pu participer à l’enquête publique du PLUI”, explique Bruno Thire, directeur général du GIE Sainte-Marguerite, persuadé que le résultat sera favorable. Sur les modifications du projet, il assure avoir “tenu compte des retours des riverains et des élus.

Bruno Thire espère “commencer les travaux en 2020”, ce qui nécessitera une prolongation de l’autorisation de l’agence régionale de santé. Le projet de 55 000 mètres carrés devrait représenter un investissement de 110 millions d’euros.


A la une

Élus et policiers municipaux plébiscitent les caméras portatives qui ne filment jamais
Les policiers municipaux de Marseille, de Venelles ou encore de Saint-Martin-de-Crau vont pouvoir redevenir vidéastes. Le 16 avril, le préfet de police des Bouches-du-Rhône...
[Document] Dès 2016, une étude comptait 1100 logements très dégradés à la Belle-de-Mai
Y a-t-il un tiroir spécial où la Ville range ses études urbaines ? Un tiroir avec la particularité d'avaler la clef avec laquelle il...
Marseille manque-t-elle de bureaux ? Le vrai du faux
Vœux de début d’année, inauguration, bilan….. À chaque sortie devant les journalistes,  Jean-Luc Chauvin l'assure : "Marseille manque de bureaux pour accueillir des entreprises...
La fille de Zineb Redouane demande le dépaysement de l’enquête
Quatre mois et demi après le décès de Zineb Redouane à Marseille, Yassine Bouzrou, l’avocat de sa fille Milfet, a contesté le 15 avril sur France...
Au squat Saint-Just, après quatre mois d’accueil, la menace de l’expulsion s’accentue
Le squat Saint-Just a gardé ses airs de petite communauté joyeuse autogérée, mais l'effervescence n'est plus la même. Les 4 et 5 avril, la...
L’architecte du Vélodrome version 98 ne peut faire valoir ses droits sur le stade
Le post-scriptum de l'enrhumoir ou le testament d'une corolle. Il y a un an, Marsactu révélait que l'ancien architecte du stade Vélodrome, Jean-Pierre Buffi,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Etonnant comme démarche , ce projet de ce pôle santé qui découle d’une opération immobilière et non pas l’inverse.
    En fait les besoins des malades sont définis par la rentabilité du m2 investi . Voilà donc en résumé ,succinctement sans doute la médecine à Marseille au XXI siècle qui nous est réservée.
    Notre bon HYPOCRATE, vous savez celui du serment des médecins , doit faire de sacrés saltos arrière dans son tombeau, à Larissa.
    Par contre CRINAS , lui est en train de faire se comptes.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire