Le député Mohamed Laqhila répond aux soupçons de conflit d’intérêts

Écoute
Bref
Lisa Castelly
2 novembre 2017 0

Le député de la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône, Mohamed Laqhila (Modem), réagit aux soupçons de conflits d’intérêts le concernant. Soulevée par la députée PS Valérie Rabault, la situation délicate du nouvel élu a été détaillée dans les colonnes de Marsactu (lire notre article) : ancien président de la fédération nationale des experts-comptables, il a défendu à l’Assemblée plusieurs amendements concernant sa profession. Par communiqué, Mohamed Laqhila répond aux critiques de sa consoeur parlementaire qu’il juge « inexactes et blessantes ». « Oui Madame Rabault, j’ai rédigé ces amendements en écoutant les experts-comptables ! J’avoue avoir écouté ces femmes et ces hommes qui après avoir prêté serment, s’engagent à faire respecter la loi et assument bon nombre de missions de services publics », écrit ainsi le député.

« Madame Rabault a qualifié mes amendements de corporatistes au motif qu’ils ne portaient que sur les organismes de gestion agréés (OGA), poursuit-il. C’est absolument faux. Seuls trois des seize amendements que j’ai déposés en séance sur la première partie du projet de loi de finances faisaient référence aux professionnels du chiffre. » Il a aussi défendu quatre amendements similaires en commission.

En revanche, il ne revient pas sur les informations révélées par Marsactu qui confirment ses liens toujours forts avec sa corporation : le député est aujourd’hui encore administrateur d’un OGA, à titre bénévole, et emploie comme assistants parlementaires un salarié d’une entreprise d’expertise comptable dont il a la gérance ainsi que l’ancien délégué général d’ECF, un syndicat de la profession.

0
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire