La station d’épuration de Marseille produit du gaz pour 2500 foyers

Fermentation
Bref
Julien Vinzent_
3 Avr 2019 5

Récupérer le gaz des stations d’épuration, Marseille n’est pas la première à y penser, mais elle a construit la plus grosse unité de France à ce jour. La métropole et son prestataire, la Seramm (groupe Suez), ont inauguré mardi à la Cayolle (9e) une station de production de biométhane, issu de la fermentation des boues d’épuration. Auparavant, le gaz ainsi dégagé était brûlé en torchère.

Elle produira 15 millions de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation de 2500 foyers. Mais concrètement, le gaz devrait également alimenter les bus métropolitains et régionaux, qui sont progressivement convertis à cette énergie. L’installation est même prévue pour monter jusqu’à 22,8 millions de kWh, « si les prix de rachat du biométhane justifient cette augmentation de production » précise le président de la Seramm, Hervé Madiec, à l’Usine nouvelle.

L’année dernière, seules neuf unités de ce type étaient recensées en France. Cet investissement de 9,2 millions d’euros, à l’origine non prévu au contrat, n’aura pas d’impact sur les factures d’eau : la Seramm n’a financé que 30 % des travaux et les recettes de vente du gaz lui permettront de rentabiliser ces dépenses d’ici 2029.


A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. patrickpatrick

    bravo pour l’air que nous respirons et si en plus ça permet un quelques politiciens ripoux de se gaver un peu plus c’est le nirvana.

    Signaler
  2. TaramaTarama

    #Prout

    Signaler
  3. barbapapabarbapapa

    Une partie de ces boues (puantes) issues de la station dépuration de la Cayolle étaient ou sont traitées puis revendues comme « terre végétale » par « Biotechna » le long de l’autoroute A55, à Ensuès, vers Chateauneuf les Martigues – Savez-vous si c’est toujours le cas ?

    Signaler
  4. BrallaisseBrallaisse

     » la Seramm n’a financé que 30 % des travaux et les recettes de vente du gaz lui permettront de rentabiliser ces dépenses d’ici 2029. »
    Encore un petit effort et la SERAMM sera presque aussi rentable que la SEM.

    Signaler
  5. petitvelopetitvelo

    Quand on peut le dire, il ne faut pas hésiter: BRAVO, ENCORE, et tant pis si cela n’enrichit pas le plus méritant, au moins ça AVANCE

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire