La station d’épuration de Marseille produit du gaz pour 2500 foyers

Fermentation
Bref
Julien Vinzent_
3 Avr 2019 5

Récupérer le gaz des stations d’épuration, Marseille n’est pas la première à y penser, mais elle a construit la plus grosse unité de France à ce jour. La métropole et son prestataire, la Seramm (groupe Suez), ont inauguré mardi à la Cayolle (9e) une station de production de biométhane, issu de la fermentation des boues d’épuration. Auparavant, le gaz ainsi dégagé était brûlé en torchère.

Elle produira 15 millions de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation de 2500 foyers. Mais concrètement, le gaz devrait également alimenter les bus métropolitains et régionaux, qui sont progressivement convertis à cette énergie. L’installation est même prévue pour monter jusqu’à 22,8 millions de kWh, “si les prix de rachat du biométhane justifient cette augmentation de production” précise le président de la Seramm, Hervé Madiec, à l’Usine nouvelle.

L’année dernière, seules neuf unités de ce type étaient recensées en France. Cet investissement de 9,2 millions d’euros, à l’origine non prévu au contrat, n’aura pas d’impact sur les factures d’eau : la Seramm n’a financé que 30 % des travaux et les recettes de vente du gaz lui permettront de rentabiliser ces dépenses d’ici 2029.


A la une

Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : “Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps”
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...
Maryse Joissains : “Les procès, tout ça, cela a été fait pour m’empêcher d’être candidate”
Élue depuis 2001, la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence a annoncé à Marsactu son désir de briguer un quatrième mandat. À 76 ans, et malgré...
Trois immeubles menacent ruine et ferment une station de métro jusqu’à nouvel ordre
La place Jules-Guesde vibre de son activité habituelle, ce jeudi matin. Les turfistes cochent les cases autour du kiosque central. Quelques chibanis cherchent l'ombre...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. patrickpatrick

    bravo pour l’air que nous respirons et si en plus ça permet un quelques politiciens ripoux de se gaver un peu plus c’est le nirvana.

    Signaler
  2. TaramaTarama

    #Prout

    Signaler
  3. barbapapabarbapapa

    Une partie de ces boues (puantes) issues de la station dépuration de la Cayolle étaient ou sont traitées puis revendues comme “terre végétale” par “Biotechna” le long de l’autoroute A55, à Ensuès, vers Chateauneuf les Martigues – Savez-vous si c’est toujours le cas ?

    Signaler
  4. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    ” la Seramm n’a financé que 30 % des travaux et les recettes de vente du gaz lui permettront de rentabiliser ces dépenses d’ici 2029.”
    Encore un petit effort et la SERAMM sera presque aussi rentable que la SEM.

    Signaler
  5. petitvelopetitvelo

    Quand on peut le dire, il ne faut pas hésiter: BRAVO, ENCORE, et tant pis si cela n’enrichit pas le plus méritant, au moins ça AVANCE

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire