La mort de Zineb Redouane directement liée au tir policier selon une contre-autopsie

Riposte
Bref
Violette Artaud
2 Juil 2019 2

Selon une contre-autopsie réalisée en Algérie, où une plainte a également été déposée par la famille de Zineb Redouane, la mort de celle-ci est directement liée au traumatisme engendré par un tir policier. « La victime présentait un important traumatisme facial imputable à l’impact d’un projectile non pénétrant. […] L’importance de ce traumatisme est directement responsable de la mort par aggravation de l’état antérieur de la défunte, malgré les soins prodigués en urgence », peut-on ainsi lire dans le rapport d’autopsie publié dans son intégralité par Le Média.

Zineb Redouane, alors âgée de 80 ans, a été touchée au visage par un tir de grenade lacrymogène en marge d’une manifestation le 1er décembre dernier. Transportée à l’hôpital, elle est décédée quelques heures plus tard. L’autopsie menée à la Timone ne tranchait pas sur la question de la cause, en attendant « une communication du dossier médical » qui « pourrait déterminer avec plus de précision les circonstances de survenue du décès ». À partir de ces éléments, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et le procureur de la république de Marseille avaient insisté sur un « choc opératoire », lié à ses antécédents médicaux.

Source : Le Media

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Si Madame REDOUANE n’avait pas reçu en plein visage une grenade lacrymogène, tirée par un soi-disant « gardien de la paix », il n’aurait pas été nécessaire de lui faire subir une opération chirurgicale, qui lui a été fatale.

    Signaler
  2. DavidDavid

    Le groupe de crs a l’origine du tir a une amnésie collective.
    Apparemment il y avait aussi un substitut du procureur sur les lieux, mais là aussi, il ne se souvient plus très bien, du coup il se cache. La canicule, sans doute. Sans parler du petit groupe qui est monté « nettoyer » l’appartement de la victime avant de que les scellés ne soient posés. Sans doute pour préserver le maximum d’indices ?

    Ce qui nous amène au cher méprisant de la république, emmanuel macron 1er l’eborgneur : pour éviter que ne lui soit accolé le qualificatif d’exécuteur (ça ferait tache, quand même, sur son beau costume de DRH), il affirme haut et fort qu’il n’y a eu « aucune victime des forces de l’ordre ».

    C’est bien simple, Zineb n’existe pas. Dans la tête de ces individus, elle n’est même pas un être humain, juste quelque chose de gênant, dont on efface les preuves, histoire de pouvoir mieux dormir en se disant qu’on a géré « démocratiquement » la plus grave crise sociale de ces soixante dernières années.

    Pas sûr que l’Histoire soit aussi amnésique. Pas sûr que les français non plus, une fois les grandes vacances terminées, et la canicule qui va avec.

    Ehhh manu ! Tu sais qu’il te reste trois ans à tenir ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire