La Fondation d’Auteuil teste le porte-à-porte pour favoriser l’insertion professionnelle

Impact
Bref
Jean-Marie Leforestier
2 mars 2017 3

L’État et la métropole lancent un dispositif inédit à destination des jeunes sous la forme d’un partenariat public privé. Ce dispositif baptisé « impact jeunes », est porté par la Fondation d’Auteuil. il doit permettre un une meilleure insertion professionnelle de cette classe d’âge. L’expérience va se concentrer dans un premier temps sur trois quartiers dans les Bouches-du-Rhône dont Malpassé (13e arrondissement) et la cité Félix-Pyat (3e) à Marseillle.  L’important budget de 4 millions d’euros abondé à 80 % par l’Etat et à 20 % par des entreprises partenaires vise à « toucher 3 000 jeunes de 15 à 30 ans et leur familles ».

Dans chaque quartier, une personne « booster » sera notamment chargée d’aller à la rencontre des habitants pour présenter les dispositifs existants d’aide à l’emploi et accompagner les familles aux côtés des travailleurs sociaux. « A l’échelle de quelques blocs d’immeubles, on va pouvoir faire de la dentelle, du cousu main », s’est réjoui le préfet délégué pour l’égalité des chances, Yves Rousset.

Ce n’est pas la première tentative de rapprocher les services publics de l’emploi des habitants des quartiers populaires. La précédente visait à installer des permanences de Pôle emploi dans les quartiers mais le dispositif n’a pas eu l’efficacité espérée.

3
commentaires
Source : AFP

  1. leravidemilo leravidemilo

    Les marchés à bon de commande et autres délégations de service public sont progressivement passés du goudronage de trottoirs à l’action culturelle et aux centres de vacances et de loisirs des enfants, sur décision de la commission européenne, et sous l’effet de sa mise en musique par la loi Sapin (ne jamais oublier ce triste sire,; aux ordres de..).
    On n’arrête pas le « progrès », et voila que les « partenariats » public/PRIVE passent des rocades et autres stades bouygues à l’insertion des djeuns….ici à 4 Millions d’euros la chose, le tout pour « présenter les dispositifs existants d’aide à l’emploi… » ceci pour 3000 jeunes, ce qui nous fait du 1330 euros par.
    que M le Préfet ne s’inquiète surtout pas, il n’aura aucun mal à nous convaincre que nous avons à faire ici, effectivement, à « du cousu main »!!!

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Le râle bol bien justifié des PPP ne doit cquand même pas nous amener à confondre une institution comme les apprentis d’auteil avec des groupes tels que Bouygues ou Eiffage. . .

      Par ailleurs en termes d’insertion professionnelle la puissance publique est rarement efficace toute seule.
      Donc pour ma part j’attendrai de voir comment cela se passe avant de tirer à boulets rouges sur cette initiative.

      Signaler
  2. leravidemilo leravidemilo

    Eh bien, précisément, ce n’est pas moi, mais bien au contraire la préfecture/l’état/le gouvernement qui « confondent » d’une part, la gestion des INVESTISSEMENTS relatifs aux tunnels, rocades, stades (ligne tgv le mans-bordeaux, nouveau ministère de la défense)… Et d’autre part, la gestion du FONCTIONNEMENT d’une action (sans aucun investissement) d’une durée de 2 ou 3 ans, tout au plus (on ne sait pas) et concernant 3 quartiers et 3000 jeunes.
    _
    La totale inaptatation de ce type de financement ne résulte sans doute pas d’un coup de dé, j’ai beau faire un gros effort, je n’arrive pas à le croire…
    – Au delà de ce cas, un très complet désordre s’instaure de façon volontariste et délibérée dans notre pays, sur décision politique et idéologique de l’u.E, (traduite obligatoirement par des lois «  » »nationales » » », dont le plus bel exemple à ce jour est la loi sapin), concernant le financement des actions d’intérêt public. Cela sert à tout : – A déposséder/démanteler le service public, pour la privatisation . – A briser les initiatives associatives, et partant de la société civile, sauf si elles « s’insèrent », se contraignent, à rentrer dans les filets (à très petites mailles) des cahiers de charges dictés par des élus cumulards, (ça veut dire que l’acteur les retrouve dans toutes les cases du jeux), et pré définies par l’u.E… Bon, je vous donne un exemple (j’en ai quelques centaines dans la musette) : Une asso, centre social, maison pour tous…) a développé depuis 2 décennies une action d’accompagnement à la scolarité, en partie subventionnée après une petite décennie de démarches, par la ville. Celle ci l’informe que, dans un souci de «  »clarté » » le financement de l’asso va passer du mode subv au mode marché ou délégation de service public (cherchez si vous pouvez quel service public a inventé, créé, expérimenté, amélioré..durant 20 ans et plus, cette action, avant que de la « déléguer », elle est bien bonne). Certaines municipalités le font d’ailleurs sans aucune mauvaise intention, et sous la contrainte de la « loi »,à savoir de la caste des fonctionnaires A (gardiens du temple) et par peur que la crc ne passe trop de temps sur leur compte. Quelques temps plus tard, voyant le résultat réel sur l’action et cédant enfin aux arguments que lui tient, depuis le début, l’association, la ville convient qu’il faut revenir à la subv. Impossible, car il s’agit là, et maintenant,/alors, d’une privatisation d’un service public, illégale sauf si loi idoine, et de loi y en a pas, car ni l’u.E ni sapin n’y ont songé, comme c’est étrange!
    – Parfois, le décalage est tellement complet entre le mode de financement et le sujet, qu’on se demande (sauf s’il y a quelque chose d’autre à planquer…) si ce n’est pas pour organiser tout simplement le désordre, la confusion dans les esprits, et l’absence de pensée critique, et le renoncement, l’apathie des citoyens.
    -En dernier lieu, le PPP même quand il semble adapté au besoin de financement, a surtout servi à pomper les finances publiques pour les dividendes, de façon d’ailleurs tellement outrageuse que ça se voit, ceci depuis sa « création » par sarko, et sa confirmation addictive labellisée sarkhollande. Le PPP c’est le summun de la concurrence libre et non faussée entre (pour prendre un exemple qui nous est cher) vinci/eiffage qui veulent faire le tunnel « gratuit »qui conduira à leur tunnel déjà existant et à son poste de péage … et d’autre part, le contribuable marseillais (pardon métropolitain)
    Par ailleurs et pour finir, concernant la fondation d’auteuil, dont la compétence n’est pas, à priori, en cause (relisez mon post), a t on des nouvelles d’où en est son « projet » de vente à un promoteur, sur les hauts de st mitre, de ses 4 ou 5 hectares, au prix de la fermeture de son centre de formation et du renvoi des apprentis, et des formateurs ,(cf article Marsactu) Il y a, dans les fondations, nombre de gens qui ont leur rond de serviette sur plusieurs tables à la fois. La croix rouge, par exemple, rend une foultitude de services très utiles et mobilise pour ce faire un grand nombre de bénévoles, y compris pour ses collectes. On peut apprécier ses actions et son bénévolat, sans pour autant s’interdire de s’interroger sur sa politique immobilière et sur ses ventes de cliniques, placées dans des grandes villes, à des …promoteurs…
    Sur le fond, je n’ai fait qu’interroger ni l’action, ni le choix de la fondation d’auteuil, mais bien le choix d’un financement (« cousu main ») par P.P.P. Je suis d’ailleurs à l’écoute de vos éventuels arguments, qui me montreraient que la question était sans fondement.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire