Fin de pollution à l’ozone : bilan mitigé pour la circulation différenciée en centre-vile

Indifférencié
Bref
Benoît Gilles
8 Juil 2019 1

La météo un brin plus clémente a mis fin ce week-end à un épisode de pollution à l’ozone, inédit par « son intensité, sa persistance et son étendue géographique », pour reprendre l’expression de Dominique Robin, le directeur d’Atmosud, organisme en charge des mesures des polluants. Consécutivement, la préfecture a également mis fin à la circulation différenciée dans le centre-ville de Marseille, sans certitude toutefois de ne pas voir réapparaître la même mesure plus avant dans l’été.

Son bilan est pour le moins mitigé. « Théoriquement, elle permet d’éviter la circulation des véhicules les plus polluants qui constitue 8% du parc et participent pour 20% de la pollution aux oxydes d’azote, estime Dominique Robin. Or, si les capteurs ont indiqué un infléchissement le premier jour, les jours suivants tout le monde a repris ses habitudes ». C’est là la limite de l’approche pédagogique voulue par les préfets de région et de police. « Même si on ne sait pas quand aura lieu, le prochain épisode, il faudra mettre en place un système plus cœrcitif », prévient le préfet de région, Pierre Dartout. Fin donc de la pédagogie. « Pour ce premier épisode, les forces de police et de gendarmerie déployée ont distribué 5000 flyers, explique Olivier De Mazières. Ils ont constaté 8000 infractions dont 1564 pour non respect des limitations de vitesse dans le cadre du dispositif anti-pollution ».

Si la préfecture devait de nouveau avoir recours au dispositif de circulation différenciée dans le centre-ville, les véhicules qui voudront rouler dans le périmètre du centre-ville devront être dotés des vignettes crit’air adaptées. 260 000 ont été commandées estime la préfecture.


A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LNLN

    Je vais essayer d’expliquer l’approche pédagogique préfectorale à ma voisine de 74 ans asthmatobronchopneumopathe depuis 7 ans et qui ne sort plus depuis 9 jours…..

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire