Emmanuel Macron réunit des personnalités marseillaises pour un dîner à l’Élysée

OFF
Bref
le 1 Fév 2023
15

Cela ressemble à une respiration alors que le débat sur sa réforme des retraites bat son plein. Selon nos informations, ce mercredi 1er février à 20 h 15, sont attendus à l’Élysée une vingtaine de Marseillais. Un rendez-vous qui ne figure pas à l’agenda présidentiel : celui-ci ne fait état que d’une visioconférence à 18 h 30 pour une “revue des engagements « Marseille en Grand »“.

Pour ces agapes, le président de la République n’aura pas face à lui un parterre d’élus : seuls la députée Renaissance Sabrina Agresti-Roubache et le vice-président du département Frédéric Collart sont de la partie. Outre les représentants locaux de l’État – les préfets Christophe Mirmand et Laurent Carrié, le directeur général des hôpitaux de Marseille François Crémieux et le président du port Christophe Castaner – il rencontrera donc des personnalités de la société civile. Le milieu économique local sera représenté par l’incontournable patron de la CMA-CGM et désormais propriétaire de La Provence, Rodolphe Saadé. Sont aussi annoncés le fondateur et ex-patron de Jaguar Networks Kevin Polizzi, Jean-Baptiste Pietri PDG du promoteur Constructa, Sandrine Motte, la directrice de la Société des eaux de Marseille ou encore Laurent Choukroun, dirigeant de l’Épopée, un tiers-lieu dédié à l’innovation très apprécié de la macronie.

Côté culture, le nouveau président du Mucem, venu de l’Élysée, Pierre-Olivier Costa sera accompagné de l’architecte du musée, Rudy Ricciotti, et de sa consœur Corinne Vezzoni. L’auteur et journaliste Philippe Pujol, le designer Ora Ito, le réalisateur Cédric Jimenez (BAC nord notamment) et le journaliste Olivier Martocq complètent le casting.

Ce n’est pas la première fois que le président de la République choisit de réunir ainsi une grande tablée pour parler de Marseille. Après une première édition pendant la campagne présidentielle 2017, il avait renouvelé l’expérience en préparation des municipales 2020 à la recherche de la perle rare pouvant représenter son parti pour cette échéance électorale. Cette fois, il s’agit de prendre le pouls d’une partie des pouvoirs locaux avant un déplacement dans les semaines qui viennent pour faire le bilan de son plan “Marseille en grand”. Initialement prévue la semaine prochaine, sa visite a été repoussée compte tenu du contexte social. L’Élysée ne perd en tout cas pas le dossier de vue, puisque, plus tôt dans la journée, ses équipes ont aussi rencontré Sophie Joissains, maire d’Aix, afin d’évoquer la situation de la métropole

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    Des premiers de cordée, donc. Et quelques obligés …

    Signaler
    • PineGap PineGap

      Exactement, l’entre soi macro´nien

      Signaler
    • Stéphane Kaprielian Stéphane Kaprielian

      Philippe Pujol serait certainement content de savoir qu’il est un “premier de cordée”, voire un obligé.

      Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      Petit rappel
      En montagne le premier de cordée est celui qui passe devant, choisit l’itinéraire et assure la sécurité quitte à faire demi-tour
      C’est le plus faible qui donne le rythme et l’on n’a jamais vu une cordée réussir une ascension par la seule volonté du premier.
      La base de la cordée c’est la solidarité pas vraiment l’esprit du Président Macron

      Signaler
  2. MarsKaa MarsKaa

    Qu’est ce qu’il nous préparent dans notre dos ?
    A noter que ces “personnalités marseillaises” ne sont pas de vrais Marseillais… ils ne représentent aucunement les Marseillaises et Marseillais, la habitants.

    Signaler
  3. fvielfau fvielfau

    entre Guédignan et Jimenez, il a choisi Jimenez… !

    non, c’est vrai que Guédignan aurait refusé. 🙂

    Signaler
    • fvielfau fvielfau

      oups !
      Guédiguian… pas Guédignan 🙁

      Signaler
  4. Marc13016 Marc13016

    Philippe Pujol ? “La fabrique du monstre”, “quartiers shit” … prix Albert-Londres … Il faudrait qu’il mange à côté de Rodolphe Saadé, maintenant qu’il est dans la presse, lui aussi !
    Ma foi, c’est quand même l’occasion de faire du journalisme, un dîner chez les Macrons. Qui sait si il ne peut pas trouver de bonnes sources parmi ce beau monde …

    Signaler
  5. Alceste. Alceste.

    MarsKaa, une question toute simple : un marseillais c’est quoi?

    Signaler
  6. julijo julijo

    grande tablée, particulièrement hétéroclite.
    ces personnalités réunies ont certainement des avis à donner sur cette épopée de “marseille en grand”. avis pertinents bien sûr.
    pas si sûr que le marseillais moyen qui habite la ville, y travaille, y paye peut être des impôts, se sente vraiment représenté par cette brochette de vip.

    Signaler
  7. Manipulite Manipulite

    Dans la série “passons vite à autre chose” pour faire oublier le fiasco en cours de la réforme des retraites …Espérons qu’un des invités mette les pieds dans le plat, le dîner servirait au moins à ça.

    Signaler
  8. BRASILIA8 BRASILIA8

    Voilà le futur comité de soutien à la candidature de Castaner à la Mairie/Métropole après le ralliement des anciens gaudinistes maintenant ceux qui ont de l’argent et des réseaux
    Mr Payant va devoir se décider, et au vue des résultats du dernier congrès du PS, ce n’est pas évident, il va devoir choisir entre son flirt “macronien” et ses électeurs du Printemps Marseillais

    Signaler
  9. kukulkan kukulkan

    scandaleux !

    Signaler
  10. bernard bernard

    Castaner n’est pas “président du port ” titre et fonction qui n’existent pas dans la la loi sur les grands ports maritimes. Vous aviez d’ailleurs évité cet écueil dans vote article précédent. Ce qui est en jeu avec cette simplification c’est contribuer à faire croire que MARSEILLE EST LE PORT DU PRESIDENT Vaine ambition !

    D’autres plus glorieux s’y sont cassé les dents : Louis XIV lui même a fait construire des forts pour la tenir en respect a flotte de guerre, galères mises à part a été éloignée à Toulon et la Mairie qu’il a fait construire a servi d’assise à une bourgeoisie d’affaires – les échevins- qui à peine un siècle plus tard allait mettre l’aristocratie à la porte. Sic transit …

    Signaler
  11. Alceste. Alceste.

    Le mythe de Marseille révoltée vis à vis de Louis XIV me fait doucement rigoler , le Roi Soleil a réglé le problème en deux cuillère à pot avec 7000 hommes et les “révoltés” marseillais se sont gentiment couchés.
    En revanche , le Roi avait bien la main sur le Port en exonérant Marseille des taxes à l’importation et en donnant privilège à cette derniere sur le commerce avec le “Levant” comme l’on disait à l’époque, grâce au grand Colbert qui favorisa le développment des industries du sucre de la savonnerie et du textile pendant des décénnies.
    Concernant TOULON, seul port a fort tirant d’eau pour acceuillir les navires de guerre de l’époque contrtairement à Marseille qui avait les galères et qui n’avaient pas besoin de cette caractéristique.
    Alors quand vous avancez que Louis XIV s’est cassé les dents , il faut surtout dire que les nobliaux de l’époque , plus matamores que vaillants ont été mis au pas, et que les échevins ont bénis cette redistribution des cartes voulue par le Roi.
    Le mythe de Marseille révoltée vis à vis de Louis XIV , je me marre.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire