Deuxième musée du savon, le MuSaMa ouvre enfin

Muse
Bref
Benoît Gilles
12 Mar 2018 4

Il y a quelques mois, le musée du savon marseillais -ou MuSaMa- était encore empêtré dans les problèmes de désamiantage et de changement de propriétaire de ses locaux situés à proximité immédiate de la rue de La République (1er). Au final, les travaux ont été livrés dans les temps et ce nouvel espace touristique qui fait face au musée d’histoire de la ville a ouvert ce lundi (lire notre article).

Pour 12 euros, le visiteur pourra découvrir l’histoire du savon et même réaliser lui-même son propre pain de savon. “L’idée, c’est de promouvoir le savon de Marseille, ses propriétés, le fait qu’il soit fait de 72 % d’huile végétale, de soude et d’eau, c’est un savoir faire que l’on veut promouvoir à l’international”, a expliqué à l’AFP la directrice du lieu, Coralie Jaussaud . Depuis 2016, la savonnerie de La Licorne possède déjà un espace aux mêmes prétentions muséales, sur le Vieux-Port. Cette ouverture intervient alors que deux groupements de savonniers ont déposé deux recettes concurrentes pour se prévaloir d’une indication géographique pour le savon de Marseille.

4
commentaires
Source : AFP

A la une

Les six enjeux de l’élection programmée de Martine Vassal à la présidence de la métropole
Il y a des incertitudes que rien n'écarte jamais. Ce jeudi, tout le monde pressent une large élection de Martine Vassal, présidente intérimaire de...
L’association Accueil de jour, pilier de l’aide aux sans-abris, atterrit à la Belle-de-Mai
Après des mois, voire des années à appeler à l'aide, les salariés de l'association Accueil de jour commençaient à ne plus y croire. Rassemblés...
Mohamed Abbassi, sauveur téléguidé des McDo marseillais
Un patron "aux méthodes mafieuses" pour certains, un "très gentil monsieur" pour d'autres. Mohamed Abbassi, repreneur de cinq restaurants McDonald's de Jean-Pierre Brochiero, avec 13...
Ibrahim Ali honoré à l’Estaque, avec un soupçon de récupération politique
Une plaque pour Ibrahim Ali, c'est ce qui est demandé depuis 23 ans par ses proches et ceux qui militent pour la mémoire de...
Entre Castellane et Luminy, la métropole lance son bus B1 en oubliant la moitié des travaux
"Première rentrée pour la ligne de BHNS B1 Castellane - Luminy !" En ce 31 août, alors que des milliers d'étudiants s'apprêtent à retrouver...
Fermeture de la route des Goudes : “Si c’était facile, on l’aurait fait avant”
"Je comprends que le parc se penche sur la question, mais il y a d'autres pistes à explorer, s'agace Jean-Luc Ricca, conseiller municipal délégué...
  1. corsaire vertcorsaire vert

    Qui va gagner ? le “vrai faux” savon de Marseille à touristes ou le vrai fabriqué selon les méthodes dites classiques et sans huile de palme ?
    Il serait temps que les imitations perdent l’appellation “savon de Marseille ” même s’il est vendu sur le vieux port !

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Il faut dire aussi que nos élites locales ne se bougent pas trop pour faire mousser le dossier auprès du ministre concerné.
    Que nos amis fabricants prennent finissent par s’entendre car depuis belle lurette cette appellation aurait dut être déposée.
    Et enfin si il ne s’occupent pas de l’Occitane , l’Occitane va s’occuper d’eux .
    Allez “Boulegàn”!

    Signaler
  3. Jean Pierre RAMONDOUJean Pierre RAMONDOU

    ARNAQUE !
    – Un musée plus vide que plein.
    – Un atelier de fabrication qui n’est qu’une maquette de façonnage.
    – Un “maître savonnier”, certes sympathique, connaissant la saponification mais qui a du mal a convaincre de la réalité des chaudrons d’où sortent les savons estampillés “La Grande Savonnerie”.
    Selon La Provence du 13 mars 2018 la région PACA a mis 100 000 E sur ce projet.
    Sur quel dossier ?

    Signaler
  4. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Enfin tout ceci est fait à la “marseillaise” comme d’habitude.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire