Cinquième jour consécutif de pic de pollution dans les Bouches-du-Rhône

Bref
le 8 Jan 2013
0

L'année 2013 avait bien commencé avec trois jours sans, et puis patatras : depuis vendredi, les Bouches-du-Rhône on enchaîné cinq jours consécutifs de pic de pollution, série en cours vraisemblablement poursuivie demain. Plus précisément, ce sont les PM10 qui sont en cause, ces particules fines (moins de 10 micromètres d'où leur nom) responsables notamment de problèmes respiratoires et cardiaques. Mais leurs petites soeurs les PM2,5, elles aussi en grande partie dues aux transports routiers, ne sont pas en reste. Coïncidence : un bulletin de l'institut national de veille sanitaire rappelle aujourd'hui l'étendue de leurs dégâts, notamment à Marseille.

Ce document fait le bilan de quinze ans d'études sur le sujet et affirme de but en blanc que "l’accumulation de preuves sur les effets de cette pollution sur la santé invite à des approches politiques plus radicales et globales", préconisant même de ne pas se borner à vouloir respecter les seuils limites. Une étude en particulier appuie cette demande. Elle calcule que si le seuil limite recommandé par l'Organisation mondiale de la santé pour les PM2,5 était appliqué (une moyenne annuelle de 10 µg par mètre cube d'air au lieu de 28) un trentenaire à Marseille [1] gagnerait 7 mois et demi d'espérance de vie (12e des 25 villes européennes étudiées mais première française).

Invité cet été du talk Marsactu, le secrétaire général de l'association santé environnement France Patrice Halimi déplorait "une mobilisation pas à la hauteur des enjeux". Pressé par l'Europe d'agir, amendes à l'appui, l'Etat va cependant soumettre à enquête publique du 28 janvier au 1er mars un nouveau plan de protection de l'atmosphère comprenant 37 mesures, dont la limitation de vitesse sur les autoroutes urbaines constitue un avant-goût. D'après Air Paca, l'association sentinelle sur la qualité de l'air, ce plan pourrait diminuer de 90% la population exposée à une pollution dépassant les valeurs limites.

[1] L'étude concerne plus précisément la zone Marseille, Allauch, Plan de Cuques, Septèmes les Vallons, les Pennes Mirabeau, Aubagne, Géménos et la Penne-sur-Huveaune.

Article actualisé le 10 janvier avec les dates de l'enquête publique concernant le plan de protection de l'atmosphère

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire