Campus A : un abandon à 4 millions

FACTURE
Bref
Jean-Marie Leforestier
7 Août 2018 5

L’arrêt soudain du projet de Campus A par le président de région Renaud Muselier, alors que les travaux au pied de la tour CMA-CGM avaient déjà commencé, a forcément un coût (lire notre article). Dans la Provence ce mardi, l’architecte Thierry Van de Wyngaert (cabinet TVAA) le chiffre pour la première fois. “5 millions d’euros”, ou plutôt “4 millions hors taxes” selon la région, avaient déjà été engagés. Et si le terrassement (1 million) effectué sera bien utile à la future cité scolaire internationale qui remplacera ce centre d’apprentissage, les études architecturales effectuées (4 millions) sont, elles, perdues. À cela s’ajoutera une maigre indemnisation du cabinet d’architectes à hauteur de 40 000 euros.

“Arrêter à ce stade, après huit mois de travaux, c’est un véritable gâchis”, peste Thierry Van de Wyngaert. La région ne partage pas cet avis et pointe la réforme de l’apprentissage voulue par le gouvernement : “Engager 55 millions d’euros dans une opération sur laquelle nous n’aurons à l’avenir ni compétence ni financement, ça aurait été suicidaire”, défend l’entourage de Renaud Muselier.

5
commentaires
Source : La Provence

A la une

À Tarascon, la papeterie polluante impunie rentrera-t-elle dans les clous ?
L'usine de pâte à papier Fibre Excellence Tarascon et le collectif « Halte à la pollution de Fibre Excellence » – composé de citoyens...
Après la tentative de suicide d’un des leurs, les migrants mineurs plus perdus que jamais
Ce n'est pas le premier rassemblement de mineurs isolés étrangers devant le conseil départemental. Mais ce jeudi 9 août, le contexte ajoute une note...
Pourquoi l’extension de l’ouverture des commerces le dimanche traîne
Les commerces de l'escale Borély passent une nouvelle saison sans pouvoir ouvrir le dimanche. Le centre commercial du Prado connaît un premier été sans...
En période de pic comme le reste du temps, Marseille à la traîne pour réguler la voiture
Pendant deux semaines, la donne a changé. Pour décourager les visiteurs de passage de circuler en voiture, le tarif des horodateurs a été doublé,...
Après des mois de conflits, la cession du McDonald’s Saint Barthélémy frôle le drame
Sur la terrasse du McDonald's de Saint Barthélémy, ce mardi après-midi, le temps s'est comme arrêté. Une trentaine de salariés de ce fast-food des...
Agression au McDo de Saint Barthélémy : coup de pression ou “délinquance de droit commun” ?
Un fait, deux interprétations. Ce dimanche, aux alentours de 22 heures, deux femmes accompagnées de leurs enfants entrent dans le restaurant McDonald's de Saint...
  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    « Ce qui fut sera, Ce qui s’est fait se refera, Et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. »
    (Ecclésiaste I,9).

    Signaler
  2. Hde marsHde mars

    Et l’empressement de Muselier et Euromed de faire à tout prix le terrassement pour empêcher la Fiesta des Suds de se faire sur son ancien site .

    Signaler
    • lilicublilicub

      Le complotisme a de longs jour devant lui.
      quant à l’architecte chouchou des anciens gestionnaires (hollandais) d’euromed, il pleure ses honoraires qui sait peut être sera-t-il un jour auditeur à la chambre régionale des comptes.

      Signaler
  3. ToutecriteststockeToutecriteststocke

    4 millions d’études architecturales. Il y a des poches qui ont du se remplir. Surtout que ces études peuvent avoir été baclées puisqu’elles vont à la poubelle. Joli coup

    Signaler
  4. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Nous savons tous, bien que Marseille soit un contre-exemple, qu’avec les valeurs du CAC 40, la réduction drastique de la dépense publique fait partie des valeurs de la droite. N’aurait-il pas été plus judicieux que Muselier permette à l’école de commerce de Marseille (oh pardon Kedge) de s’implanter sur les terrains du centre d’apprentissage. Cela aurait permis aux futurs « managers » d’être à proximité du Grand port maritime, qui est le cœur de l’économie marseillaise. Cela aurait aussi évité de massacrer plusieurs centaines de pins séculaires pour étendre l’école de commerce, située au diable vauvert, en limite du parc des calanques.a

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire