Campus A : un abandon à 4 millions

FACTURE
Bref
Jean-Marie Leforestier
7 Août 2018 5

L’arrêt soudain du projet de Campus A par le président de région Renaud Muselier, alors que les travaux au pied de la tour CMA-CGM avaient déjà commencé, a forcément un coût (lire notre article). Dans la Provence ce mardi, l’architecte Thierry Van de Wyngaert (cabinet TVAA) le chiffre pour la première fois. “5 millions d’euros”, ou plutôt “4 millions hors taxes” selon la région, avaient déjà été engagés. Et si le terrassement (1 million) effectué sera bien utile à la future cité scolaire internationale qui remplacera ce centre d’apprentissage, les études architecturales effectuées (4 millions) sont, elles, perdues. À cela s’ajoutera une maigre indemnisation du cabinet d’architectes à hauteur de 40 000 euros.

“Arrêter à ce stade, après huit mois de travaux, c’est un véritable gâchis”, peste Thierry Van de Wyngaert. La région ne partage pas cet avis et pointe la réforme de l’apprentissage voulue par le gouvernement : “Engager 55 millions d’euros dans une opération sur laquelle nous n’aurons à l’avenir ni compétence ni financement, ça aurait été suicidaire”, défend l’entourage de Renaud Muselier.

Source : La Provence

A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    « Ce qui fut sera, Ce qui s’est fait se refera, Et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. »
    (Ecclésiaste I,9).

    Signaler
  2. Hde marsHde mars

    Et l’empressement de Muselier et Euromed de faire à tout prix le terrassement pour empêcher la Fiesta des Suds de se faire sur son ancien site .

    Signaler
    • lilicublilicub

      Le complotisme a de longs jour devant lui.
      quant à l’architecte chouchou des anciens gestionnaires (hollandais) d’euromed, il pleure ses honoraires qui sait peut être sera-t-il un jour auditeur à la chambre régionale des comptes.

      Signaler
  3. ToutecriteststockeToutecriteststocke

    4 millions d’études architecturales. Il y a des poches qui ont du se remplir. Surtout que ces études peuvent avoir été baclées puisqu’elles vont à la poubelle. Joli coup

    Signaler
  4. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Nous savons tous, bien que Marseille soit un contre-exemple, qu’avec les valeurs du CAC 40, la réduction drastique de la dépense publique fait partie des valeurs de la droite. N’aurait-il pas été plus judicieux que Muselier permette à l’école de commerce de Marseille (oh pardon Kedge) de s’implanter sur les terrains du centre d’apprentissage. Cela aurait permis aux futurs « managers » d’être à proximité du Grand port maritime, qui est le cœur de l’économie marseillaise. Cela aurait aussi évité de massacrer plusieurs centaines de pins séculaires pour étendre l’école de commerce, située au diable vauvert, en limite du parc des calanques.a

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire