Campus A : un abandon à 4 millions

FACTURE
Bref
Jean-Marie Leforestier
7 Août 2018 5

L’arrêt soudain du projet de Campus A par le président de région Renaud Muselier, alors que les travaux au pied de la tour CMA-CGM avaient déjà commencé, a forcément un coût (lire notre article). Dans la Provence ce mardi, l’architecte Thierry Van de Wyngaert (cabinet TVAA) le chiffre pour la première fois. “5 millions d’euros”, ou plutôt “4 millions hors taxes” selon la région, avaient déjà été engagés. Et si le terrassement (1 million) effectué sera bien utile à la future cité scolaire internationale qui remplacera ce centre d’apprentissage, les études architecturales effectuées (4 millions) sont, elles, perdues. À cela s’ajoutera une maigre indemnisation du cabinet d’architectes à hauteur de 40 000 euros.

“Arrêter à ce stade, après huit mois de travaux, c’est un véritable gâchis”, peste Thierry Van de Wyngaert. La région ne partage pas cet avis et pointe la réforme de l’apprentissage voulue par le gouvernement : “Engager 55 millions d’euros dans une opération sur laquelle nous n’aurons à l’avenir ni compétence ni financement, ça aurait été suicidaire”, défend l’entourage de Renaud Muselier.

Source : La Provence

A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    « Ce qui fut sera, Ce qui s’est fait se refera, Et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. »
    (Ecclésiaste I,9).

    Signaler
  2. Hde marsHde mars

    Et l’empressement de Muselier et Euromed de faire à tout prix le terrassement pour empêcher la Fiesta des Suds de se faire sur son ancien site .

    Signaler
    • lilicublilicub

      Le complotisme a de longs jour devant lui.
      quant à l’architecte chouchou des anciens gestionnaires (hollandais) d’euromed, il pleure ses honoraires qui sait peut être sera-t-il un jour auditeur à la chambre régionale des comptes.

      Signaler
  3. ToutecriteststockeToutecriteststocke

    4 millions d’études architecturales. Il y a des poches qui ont du se remplir. Surtout que ces études peuvent avoir été baclées puisqu’elles vont à la poubelle. Joli coup

    Signaler
  4. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Nous savons tous, bien que Marseille soit un contre-exemple, qu’avec les valeurs du CAC 40, la réduction drastique de la dépense publique fait partie des valeurs de la droite. N’aurait-il pas été plus judicieux que Muselier permette à l’école de commerce de Marseille (oh pardon Kedge) de s’implanter sur les terrains du centre d’apprentissage. Cela aurait permis aux futurs « managers » d’être à proximité du Grand port maritime, qui est le cœur de l’économie marseillaise. Cela aurait aussi évité de massacrer plusieurs centaines de pins séculaires pour étendre l’école de commerce, située au diable vauvert, en limite du parc des calanques.a

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire