Benoît Payan rend un “hommage municipal” à Jean-Claude Gaudin, “la voix de Marseille”

Unanimes
Bref
le 21 Mai 2024
11
Benoît Payan a rendu hommage à son prédécesseur depuis la salle des délibérations où avaient lieu les conseils municipaux. Photo : Nedim Tobbi.
Benoît Payan a rendu hommage à son prédécesseur depuis la salle des délibérations où avaient lieu les conseils municipaux. Photo : Nedim Tobbi.

Benoît Payan a rendu hommage à son prédécesseur depuis la salle des délibérations où avaient lieu les conseils municipaux. Photo : Nedim Tobbi.

Un “hommage municipal” s’est tenu dans l’ancienne salle des délibérations où Jean-Claude Gaudin avait fait ses premiers pas de jeune élu, en 1965. Avant les obsèques de ce jeudi, à la Major, le maire de Marseille avait réuni les élus du conseil, majorité et oppositions confondues, le préfet, la présidente du département et de la métropole, Martine Vassal, et la secrétaire d’État à la Ville, Sabrina Agresti-Roubache, restée à Marseille pour l’hommage à l’ancien maire dont elle était proche. Ainsi que de nombreux anciens élus issus des quatre mandatures Gaudin.

C’était la voix de Marseille, a souligné Benoît Payan. Je ne serai pas l’homme que je suis si mon parcours n’avait pas croisé la route de Jean-Claude Gaudin”. À son côté, Martine Vassal a rendu hommage au “maire visionnaire, au maire bâtisseur dont on peut voir les innombrables réalisations depuis la colline de la Bonne-Mère“.

Visiblement émue, Sabrina Agresti-Roubache a dit l’attachement qu’elle avait pour l’homme qui l’avait soutenue lors de sa première élection, aux législatives 2022, “sans jamais trahir votre famille politique“. “Vous avez marqué nos vies, notre ville et ma vie“, dit-elle encore en hommage à cette “figure majeure de la République“.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Alceste. Alceste.

    Conseil municipal de décembre 2018
    “Non, les habitants de la rue d’Aubagne ne sont pas morts de la pluie, du hasard ou du destin, mais de l’abandon, du cynisme et du mépris !»
    Benoît Payan.

    Signaler
  2. Patafanari Patafanari

    Au bal des faux-culs, tous battus par notre Maître des horloges :
    « Avec sa disparition, Marseille perd l’un de ses visages les plus emblématiques, et notre vie politique, un homme qui concevait la République comme une mission, un sacerdoce, un combat inlassable.« 
    Ite, missa est.

    Signaler
  3. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Cette surenchère d’hommages pompeux est à vomir. Gaudin ne méritait pas cette indécence de la part de personnes qui, pour certain-e-s, l’ont à peine croisé et qui maintenant récupèrent sa mort pour une place sur la photo. Agresti-Roubache, c’est le pompon.

    Signaler
    • julijo julijo

      alors que au moins la moitié des marseillais (à la louche) n’ont jamais voté pour gaudin et sa clique, ces hommages multiples et variés deviennent particulièrement ridicules et hypocrites.

      d’autant plus que même ses “amis” reconnaissent les dégats de sa nullicipalité.

      oui, c’est curieux agresti roubache….renaissance depuis le départ (c’est l’élue de ma circonscription) alors oui, il y a eu le soutien de muselier, vassal, gaudin, blum…mais de là à être proche !!??

      Signaler
  4. Christian Christian

    Il a bien du mérite, le maire Payan, de faire cet hommage à J.-Cl. Gaudin, alors que le règne gaudiniste lui a légué un héritage catastrophique dans tous les domaines, y compris un endettement colossal.

    Signaler
    • julijo julijo

      j’ai l’impression – tenace- qu’il aurait mieux fait de se taire !!
      un hommage municipal c’est un peu normal, mais des éloges dithyrambiques…pas utiles, et encore moins nécessaires.

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Du mérite ??
      C’est choquant oui ! Payan est maire parce que la majorité des votants ne voulaient plus de l’équipe gaudin, écœurés par les négligences, l’immobilisme, l’incompétence et le mépris.
      Lui rendre un hommage basique, par correction, respect pour ses proches et au nom de sa longue carrière politique aurait suffi.
      Mais tous ces louanges publics sont inadmissibles.

      Signaler
  5. Alceste. Alceste.

    Payan présente Gaudin comme un Maître.Nous sommes servis .Que ne disait-il pas quand il était dans l’opposition. Encore un amnésique aux convictions variables et retournez-les à l’envie.
    Cela promet pour les 2 ou 3 années qui lui reste ,pour le moment lui et son orchestre à part nous jouer la valse à trois temps.Rien,nada,niente,nothing.

    Signaler
  6. Bernard LAMIZET Bernard LAMIZET

    Rien n’obligeait B. Payan à rendre un pareil hommage à J.-C. Gaudin. Nous nous trouvons devant ce qui caractérise la politique en France en ce moment : l’entre-deux, l’absence de choix. Après tout les petites cordialités dont B. Payan et J.-C. Gaudin se nourrissaient après la fin du mandat de l’un et le début de celui de l’autre ne font que s’associer aux amabilités de B. Payan et d’E. Macron et les ambiguïtés du maire à l’égard du plan “Marseille en grand”. Je croyais que nous avions élu une municipalité de gauche…

    Signaler
  7. julijo julijo

    alors fr3 a mis les petits plats dans les grands et a parait-il, déprogrammé pour une émission spéciale “l’adieu à gaudin..” cet après midi.

    je vais penser à le regarder en replay, mais le présentateur a raconté qu’il y avait relativement peu de monde sur le parvis de la major, peu de ferveur…et beaucoup plus de monde à l’enterrement de tapie !!!!!
    j’ai adoré !
    statistiques annoncées à l’antenne : 1000 personnes pour gaudin, 2500 pour tapie, et 10000 pour defferre…..difficile de faire des commentaires intelligents !

    Signaler
  8. Jb de Cérou Jb de Cérou

    Chronique de Mazargues
    Nous,voisins de Jean-Cloode, avons été réveillés à 4h du matin par le camion pompe anti-crottes qui nettoyait la rue.
    Il est repassé à six reprises jusqu’à la formation du cortège. La rue est nickel.C’ est ça un grand homme;il reçoit l’ hommage sans limite des camions-pompes de la voirie;la dernière fois que la rue a éte nettoyée, c’était pour Bernard Tapie qui n’ avait eu droit quà trois passages seulement des mêmes camions anti-crottes,mais des milliers de pélerins s’étaient engouffrés dans notre petit cimetière….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire