« Barbus des Baumettes » : pour Nicole Belloubet, « plus la moindre trace de suspicion »

Barbe
Bref
Lisa Castelly
5 Juil 2019 0

« Les personnes concernées, au moment où je vous parle, ne font plus du tout l’objet de la moindre suspicion de radicalisation, a déclaré la ministre de la justice ce vendredi, après une visite de l’établissement pour mineurs de la Valentine (12e arrondissement). La garde des sceaux a en effet commenté l’affaire qui a fait les gros titres il y a seulement une semaine : celle des « barbus des Baumettes », des surveillants soupçonnés de radicalisation entre 2015 et 2016, qui seraient susceptibles d’être réunis au sein de cet établissement.

« Lorsque des difficultés ont été signalées aux Baumettes, autour de quelques surveillants pénitentiaires, nous avons évidemment diligenté une inspection qui a fait le point sur ces éléments et qui nous a donné les éléments d’informations qui ne sont pas aussi excessifs que ce que j’ai pu lire dans la presse », a déclaré Nicole Belloubet, estimant qu’il fallait « ramener les faits à leur juste réalité ». L’affaire, évoquée comme « montée en épingle » dans un rapport parlementaire, avait été largement commentée par l’un des auteurs de ce rapport, le député LR de la Côte bleue Éric Diard (Lire notre article).

La ministre a par ailleurs détaillé les différentes procédures permettant de détecter les comportements suspects, avec des inspections internes pouvant mener à des sanctions, voire à une exclusion. Depuis mars dernier, les renseignements pénitentiaires sont par ailleurs habilités à enquêter sur le personnel carcéral. Selon Nicole Belloubet, « une douzaine » de surveillants pénitentiaires sur 41 000 en France seraient suspectés de radicalisation.


A la une

Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...
Soutien officiel d’Yvon Berland, un journaliste couvre sa campagne sous pseudo
L'alphabet peut parfois être malheureux. En classant les soutiens à sa candidature aux municipales par ordre alphabétique, Yvon Berland a forcément mis en bonne...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire