« Barbus des Baumettes » : pour Nicole Belloubet, « plus la moindre trace de suspicion »

Barbe
Bref
Lisa Castelly
5 Juil 2019 0

« Les personnes concernées, au moment où je vous parle, ne font plus du tout l’objet de la moindre suspicion de radicalisation, a déclaré la ministre de la justice ce vendredi, après une visite de l’établissement pour mineurs de la Valentine (12e arrondissement). La garde des sceaux a en effet commenté l’affaire qui a fait les gros titres il y a seulement une semaine : celle des « barbus des Baumettes », des surveillants soupçonnés de radicalisation entre 2015 et 2016, qui seraient susceptibles d’être réunis au sein de cet établissement.

« Lorsque des difficultés ont été signalées aux Baumettes, autour de quelques surveillants pénitentiaires, nous avons évidemment diligenté une inspection qui a fait le point sur ces éléments et qui nous a donné les éléments d’informations qui ne sont pas aussi excessifs que ce que j’ai pu lire dans la presse », a déclaré Nicole Belloubet, estimant qu’il fallait « ramener les faits à leur juste réalité ». L’affaire, évoquée comme « montée en épingle » dans un rapport parlementaire, avait été largement commentée par l’un des auteurs de ce rapport, le député LR de la Côte bleue Éric Diard (Lire notre article).

La ministre a par ailleurs détaillé les différentes procédures permettant de détecter les comportements suspects, avec des inspections internes pouvant mener à des sanctions, voire à une exclusion. Depuis mars dernier, les renseignements pénitentiaires sont par ailleurs habilités à enquêter sur le personnel carcéral. Selon Nicole Belloubet, « une douzaine » de surveillants pénitentiaires sur 41 000 en France seraient suspectés de radicalisation.


A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire