Attaque devant l’école de la Pauline : les « motivations » de l’agresseur restent à déterminer

Enquête
Bref
le 6 Sep 2019
3

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer et le secrétaire d’État à la sécurité, Laurent Nunez, se sont rendus cet après-midi à la Pauline (9e) où deux agentes municipales on été blessées à l’arme blanche, ce matin. « À ce stade, nous ne connaissons pas les motivations de l’auteur », a indiqué ce dernier lors d’un point presse. L’agresseur était « assez peu connu de la justice, seulement pour détention de stupéfiants et n’était pas connu au titre de la radicalisation », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’aucune piste n’était exclue.

En fin de matinée, le procureur de la République avait indiqué que le suspect aurait crié « Allah akbar » pendant l’agression selon l’une des deux victimes. L’individu, âgé de 17 ans, a été rapidement interpellé et placé en garde à vue. Selon les mots du procureur, ses propos étaient « confus ». L’enquête a été confiée à la police judiciaire et le parquet anti-terroriste n’a pas été saisi.

Jean-Michel Blanquer a fait part de sa « solidarité » avec la communauté éducative « choquée et agressée ». En compagnie de nombreux élus, il était allé à leur rencontre dès son arrivée.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Nicole Felix Nicole Felix

    Ce matin le maire de Marseille ,cet apres midi un ministre et un secretaire d etat sur les lieux de l agression .c est bien .Mais bien que solidaire de la « communauté éducative « choquée et agressée  »
    Je ne peux m empêcher de noter la différence de la réactivité, (de l émotion peut etre ?) lors de l horrible drame de la rue d Aubagne
    ou plus récemment de l incendie à Maison-Blanche…….

    Signaler
    • lilicub lilicub

      ni même l’indifférence devant le décès de M. x mort dans une rue de Marseille à la fin du mois d’aout, ni celle de M. d ou peut-être k mort dans une rue de Marseille une nuit du mois de juillet et tous ces autres .. non recensés par indifférences ou par jeux politiques macabres.. Ni maire, ni députés, ni ministres sont venus dire leur tristesse..
      Ou est l’indignation? La solidarité, la révolte…

      Signaler
  2. julijo julijo

    solidarité et compassion à géométrie variable.
    C’est une agression insupportable, dans des locaux idéologiquement sanctuarisés : une école.
    Il semble malheureusement que ce soit l’oeuvre d’un triste jeune homme « confus » qui du reste a été hospitalisé.
    Que donc est venu faire tout cet aréopage de ministres en tout genre et de maires de secteur, (j’ai même cru apercevoir samia ghali…..???? )
    Campagne électorale ?
    Ils étaient un peu ridicules quand même !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire