Incinérateur : après la grève et ses surcoûts, la société Evéré ne veut pas payer

Rebelote
Bref
Benoît Gilles
5 avril 2017 0

Il n’y aura donc pas de période de calme dans les relations qu’entretient la société Evéré, gestionnaire de l’incinérateur de la métropole, et l’institution qui lui envoie ses déchets. Les deux parties devraient une nouvelle fois se retrouver devant le tribunal administratif où ils bataillent depuis la mise en service de l’incinérateur de Fos-sur-Mer. Cette fois-ci, cette filiale du groupe espagnol Urbaser conteste le titre de recette de 945 000 euros émis par la métropole en décembre 2016 et « relatif au coût engendré par la métropole par l’absence d’acheminement et de traitement des déchets » sur le site en juin 2016.

On se souvient, en plein conflit autour de la loi Travail, le personnel travaillant sur le site avait rejoint le mouvement, empêchant l’incinérateur de fonctionner et de traiter les déchets de Marseille et des dix-sept autres communes du territoire Marseille Provence. Le président du conseil, Guy Teissier (LR) avait alors annoncé qu’il répercuterait auprès de l’entreprise les surcoûts engendrés par le blocage du site, alors évalués à 50 000 euros par jour. À l’époque, l’entreprise arguait que le blocage avait lieu bien avant l’usine et qu’elle avait tout fait pour continuer à assurer le service. Le débat devrait donc se poursuivre devant le tribunal.

0
commentaires

A la une

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

L'odeur vient comme un avertissement. L'immeuble est banal. Une copropriété du centre-ville de Marseille, sans grand luxe, ni marque d'indignité. L'ascenseur est capricieux. Mieux...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Dans la matinée du 10 mai dernier, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente au...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire