Incinérateur : après la grève et ses surcoûts, la société Evéré ne veut pas payer

Rebelote
Bref
Benoît Gilles
5 Avr 2017 0

Il n’y aura donc pas de période de calme dans les relations qu’entretient la société Evéré, gestionnaire de l’incinérateur de la métropole, et l’institution qui lui envoie ses déchets. Les deux parties devraient une nouvelle fois se retrouver devant le tribunal administratif où ils bataillent depuis la mise en service de l’incinérateur de Fos-sur-Mer. Cette fois-ci, cette filiale du groupe espagnol Urbaser conteste le titre de recette de 945 000 euros émis par la métropole en décembre 2016 et « relatif au coût engendré par la métropole par l’absence d’acheminement et de traitement des déchets » sur le site en juin 2016.

On se souvient, en plein conflit autour de la loi Travail, le personnel travaillant sur le site avait rejoint le mouvement, empêchant l’incinérateur de fonctionner et de traiter les déchets de Marseille et des dix-sept autres communes du territoire Marseille Provence. Le président du conseil, Guy Teissier (LR) avait alors annoncé qu’il répercuterait auprès de l’entreprise les surcoûts engendrés par le blocage du site, alors évalués à 50 000 euros par jour. À l’époque, l’entreprise arguait que le blocage avait lieu bien avant l’usine et qu’elle avait tout fait pour continuer à assurer le service. Le débat devrait donc se poursuivre devant le tribunal.

0
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire