À l’hôpital Nord, l’effet “dissuasif” des caméras pour lutter contre les incivilités

VU SUR LE WEB
Bref
Mathilde Ruchou
2 Août 2018 6

À l’hôpital Nord, des caméras de surveillance côtoient le personnel et les patients afin de faire baisser les incivilités. Un reportage d’Arte fait le point sur cedispositif de cinq appareils dont le premier a été installé il y a huit ans. Les images sont pourtant rarement utilisées et elles auraient plutôt un effet dissuasif selon le chef du service des urgences de l’hôpital Nord, Antoine Roch, interrogé par la chaîne de télévision. Cela s’expliquerait également par le fait que les “soignants passent les incivilités du quotidien sous silence”, affirme le reportage. Dans cet hôpital, seules huit plaintes par an sont déposées.

L’AP-HM a décidé de renforcer ce dispositif dans le cadre prévention de la violence. Mais pour les syndicats, le problème est tout autre. Face caméra, Audrey Jolibois, secrétaire générale de Force Ouvrière à l’AP-HM dénonce plutôt le manque de moyens : stocks de pansements et de médicaments insuffisants, literie cassée… Elle affirme que cela joue un rôle important dans l’augmentation des décès aux urgences, évalué par la syndicaliste entre 9 % et 30 % sur ces dernières années.

Lire notre article : Un gestionnaire de l’hôpital témoigne d’un quotidien ubuesque

Source : Arte

A la une

Paysage de l’habitat indigne dans le centre-ville de Marseille
Le 5 novembre dernier, huit personnes perdaient la vie dans l'effondrement de leur immeuble, rue d'Aubagne, à Noailles. Depuis manifestations et mobilisations citoyennes se...
Au 22 rue des Feuillants, plongée dans les limbes d’une copropriété dégradée
Février 2018. Marsactu organise son premier débat au théâtre de l'Oeuvre. Le thème de la soirée : "le centre-ville pour qui, pour quoi ?"....
Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. AssedixAssedix

    Bien, bien… Donc Mme Jolibois, embauchée aux cuisines des hôpitaux, se sent légitime pour livrer des statistiques sur les décès aux urgences et en donner une interprétation. Why not ? Quand on a la santé publique chevillée au corps…

    Signaler
  2. darkvadordarkvador

    J’ai bien relu l’article, on cite Audrey Jolibois, secrétaire générale du syndicat FO qui peut effectivement, au sein de son syndicat, avec tous les agents concernés, avoir à connaitre les chiffres qu’elle cite. Où voyez-vous qu’elle officie aux cuisines? Et quand bien même, elle peut officier aux cuisines, être secrétaire générale de son syndicat et posséder ce type de renseignements. Il n’y a pas que les cadres A qui “savent”…

    Signaler
    • AssedixAssedix

      Bonsoir,

      je ne sais pas si Mme Jolibois officie toujours dans les cuisines mais c’est en tout cas là qu’elle a commencé sa carrière dans les hôpitaux, cf la page Facebook de Force Ouvrière:
      https://fr-fr.facebook.com/force.ouvriere.fr/posts/À-35-ans-audrey-jolibois/824078247680570/

      En ce qui concerne ses “informations”, ce n’est certainement pas aux syndicats de s’amuser à donner au doigt mouillé des chiffres concernant la perte de chance et encore moins à eux d’établir les facteurs de mortalité.

      Signaler
  3. Cuitcuit594Cuitcuit594

    Evoquer une surmortalité pareille en quelques mots d’une fin d’article sans l’étayer par une analyse (même d’origine syndicale) est particulièrement grave; on est là dans le registre de la manipulation. Je suis sincèrement déçu, vu le niveau général de Marsactu, qu’il soit repris ici sans aucun recul. Sujet du prochain article, j’espère.

    Signaler
    • AssedixAssedix

      Je vous rejoins à 100% et d’ailleurs en contestant la légitimité de la syndicaliste je voulais surtout manifester ma surprise de voir ses chiffres (manifestement mesurés à la louche) donnés pour argent comptant en conclusion de l’article.
      Merci d’avoir exprimé plus habilement que moi mes propres impressions de lecture.

      Signaler
  4. darkvadordarkvador

    En ajout de mon commentaire, pour ne pas être l'”empêcheur de danser en rond”, je crois qu’il aurait été plus judicieux de ne se focaliser que sur les chiffres avancés. S’ils vous apparaissaient extravagants (ce peut être le cas), je n’ai simplement pas accepté que vous vous basiez ironiquement sur sa seule “qualité professionnelle” pour les contester.
    Prochain article : d’où proviennent ses affirmations chiffrées et sont-elles fiables.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire