À Marseille, les négociations pour le second tour des municipales ne font que démarrer

Décryptage
le 25 Mai 2020
5

Le deuxième tour des municipales est prévu au 28 juin, et les candidats disposent encore d'une semaine pour bâtir des alliances. Alors que le jeu semble très ouvert, Marsactu fait le point, secteur par secteur.

Après plus de deux mois d'interruption, la campagne reprend. (Image LC)

Après plus de deux mois d'interruption, la campagne reprend. (Image LC)

L'enjeu

Alors que le dépôt des listes pour le second tour est fixé au 2 juin, les équipes des différents candidats se sont remises au travail pour négocier les alliances et soutiens.

Le contexte

Plus de deux mois après le premier tour, Michèle Rubirola (Printemps marseillais) et Martine Vassal (LR), arrivées en tête, vont devoir trouver des alliés pour prendre la Ville.

« Seuls, on ne peut rien faire ». La rengaine est la même pour toutes les listes. Plus de deux mois après un premier tour marqué par une abstention record, les esprits ont beau avoir eu le temps de prendre du recul, le constat reste le même quand on se penche sur les résultats sortis des urnes […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Opiniatre Opiniatre

    Quand on lit cet article, Cette loi PLM est une catastrophe. Elle coupe la ville en 8 scrutins différents où des barons locaux peuvent prospérer et devenir faiseurs de roi. Sociologiquement, elle accentue la fracture Nord/Sud. Il faudra tout faire pour supprimer cette anomalie démocratique qui enfonce Marseille dans ses souçis.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Bien d’accord. Marseille est en effet la juxtaposition de 8 petits fiefs. J’attendais de la majorité parlementaire actuelle qu’elle fasse le nécessaire pour supprimer ce mode d’élection qui, ici en tout cas, a des effets pervers redoutables – puisqu’il suffit d’investir dans la moitié des secteurs pour emporter la mairie, même si l’on a abandonné totalement l’autre moitié. Espoir déçu. Rendez-vous dans six ans.

      Signaler
  2. Zumbi Zumbi

    Attendre des macronophiles quelque chose qui aille dans le sens de la démocratie, voilà une belle naïveté !
    Toujours plus loin dans la centralisation du pouvoir personnel, une majorité qui obéit aux ordres, et des combines locales associant des bâtonnets, à l’occasion déjà condamnés par divers tribunaux : la Veme République dans toute sa misère, incompréhensible chez tous nos amis vivant dans des démocraties parlementaires.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Il est même permis d’en attendre la contraire…. C’est bien la même 5ème république de l’époque, où un ministre de « décentralisation » Gaston Defferre (ci devant Maire de Marseille) pond cette loi bien étrange de « secteurs/baronnies », lui permettant d’être réélu Maire tout en étant minoritaire dans « sa » ville, et ce dès l’année suivante. Le tout au service d’un président, mi dieu mi tonton selon ses affidés de l’époque, qui s’était opposé à l’instauration de la 5ème en la décrivant comme « Le coup d’état permanent », avant que de l’utiliser mieux que tout autre, pour son pouvoir personnel…
      Comme la macronie, ces gens auront beaucoup fait…contre la démocratie, et portent une lourde responsabilité dans l’état actuel du Pays. Vivement la 6ème République, et fissa!

      Signaler
  3. pierre pierre

    D’accord avec vos analyses! La prise de la Bastille Marseillaise (avec l’accord actif des camarades communistes, même sur le 13/14😉) sera d’autant plus belle et durable au soir du 28 juin, ami-es mobilisé-es avec le Printemps Marseillais!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire