Une lueur d'espoir pour les victimes des marchands de sommeil

À la une
le 29 Mar 2011
2

Marchand de sommeil. Habitat indigne. Ces mots reviennent sans cesse, mais le problème demeure… D’un côté des professionnels de la misère locative, qui louent des meublés à vil prix à des personnes vulnérables qui n’ont pas de roue de secours. De l’autre le contexte plus large de propriétaires pas trop regardant sur la qualité de leur logement, une fourchette qui va du manque de confort de base au danger pour les occupants.

Même si « le dispositif public a beaucoup évolué en quelques années », reconnaît Daniel Carrière, président d’Un centre-ville pour tous (CVPT), après 10 ans de vie de l’association « sans un coup d’accélérateur nous risquons de traîner ces problèmes encore longtemps ». Les 40 logements plombés à Noailles pointés le mois dernier dans La Marseillaise sont là pour en témoigner.

Mais Philippe Silvy, de l’Agence régionale de santé, compétente en la matière (hors Marseille, Aix, Arles et Salon, qui disposent d’un service dédié) et invité de la réunion organisée ce mardi par CVPT a apporté une lueur d’espoir. Alors qu’il y a 20 ans « l’insalubrité n’était pas un sujet politiquement correct » pour les maires, autrement dit une maladie honteuse, que les droits des occupants d’immeubles indécents étaient encore relativement nouveaux, entendez au rythme de l’administration, aujourd’hui l’envie et l’arsenal réglementaire seraient en place.

La justice s’en mêle

Rien de très concret jusque-là, si ce n’est que la justice serait en train de rentrer davantage dans la danse. Une manière de répondre au « décalage entre le temps de réponse de l’administration et l’urgence sociale que vous constatez. Entre une première visite et le moment de l’arrêté, il peut s’écouler un an, pour des raisons technique car nous organisons une procédure contradictoire avec le propriétaire », reconnaît Philippe Silvy.

Et comme « on s’occupait plus de l’aspect santé et sécurité des immeubles que de protéger les occupants de comportements des propriétaires qui relevaient du délit »… Sauf qu’il est tout à fait possible, et même obligatoire, pour « les agents qui effectuent une visite dans un immeuble pourri où l’on va engager une procédure de péril qui va durer 8 mois, d’engager en parallèle une procédure pénale pour mise en danger de la vie d’autrui ».

Priorité du procureur

Un éclairage qui est venu du procureur de la République de Marseille Jacques Dallest. On peut s’étonner que cela n’aie pas été fait plus tôt… Mais toujours est-il que « sans vouloir faire d’effet d’annonce », Philippe Silvy indique que Jacques Dallest a fait de ce sujet « une des priorités de 2011, avec la nomination d’un vice-procureur chargé du dossier, Ludovic Leclerc, et la mise en place d’un groupe de travail fin janvier. Des liens très étroits sont en train de se tisser et les signalements commencent à remonter ». De quoi faire monter la pression sur les propriétaires qui, marchands de sommeil ou non, rechignent à effectuer des travaux.

« Je ne fais pas de procès d’intention tout comme je ne prend pas cela pour argent comptant », commente Nouredine Abouakil. « C’est une incitation supplémentaire pour les citoyens et associations de faire leur boulot », estime pour sa part Daniel Carrière. Ce qu’illustre l’interpellation d’un copropriétaire de Maison Blanche se plaignant que le syndic et les marchands de sommeil de l’immeuble bloquent toute décision de rénovation. « Il n’y a qu’un moyen et ce n’est pas d’attendre une nouvelle loi : c’est que les copropriétaires se bougent », a lancé un brin furieux Daniel Carrière, l’invitant à saisir la justice.

« Les traiter comme des dealer »

En tout cas, si ce coup de pression sur les marchands de sommeil se confirme, la question du relogement, qui a occupé la fin de la réunion, va devenir cruciale, comme le montre l’exemple des Roms occupant un immeuble frappé d’un arrêté de péril au Panier. Officiellement, Marseille dispose de 130 « logements-tiroir », qui permettent aux locataires d’avoir un toit le temps des travaux voire d’un autre logement, un chiffre mis en doute par CVPT qui en compterait plutôt la moitié. « Avec 500 immeubles potentiellement concernés (par l’habitat indigne, ndlr) il faudrait au moins 1000 logements », affirme Nouredine Abouakil.

Et pour approfondir la lutte, ses exigences sont multiples : améliorer l’information des locataires, « qui sont maintenus dans une situation d’ignorance de leurs droits car les arrêtés de péril sont arrachés par les marchands de sommeil après avoir été affichés quelques heures », que ces derniers ne puissent plus profiter d’allocations de la Caf ou d’incitations fiscales, et surtout « qu’ils soient traînés au pénal et non au civil. Cette activité met en danger la vie d’autrui, il faut les traiter comme les dealer », lance-t-il.

Un lien Des actions, des exemples, les droits, de la doc’, sur le site d’Un centre ville pour tous

Un lien Vidéo : visite guidée d’un logement indigne à Marseille, sur Marsactu

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. fourleafclever fourleafclever

    Comment pouvoir compter sur une lueur d’espoir, si faible soit-elle, lorsque après dix ans de lutte effrénée, tous les acteurs administratifs et judiciaires ont abouti purement et simplement à notre éviction de la ville de Marseille, au profit et dans le sens d’une marchande de sommeil dépourvue de tout scrupule, laquelle s’est octroyée tous les droits, même de falsifier le bail en perpétuant à outrance la location de son gourbi à ce jour en toute impunité et à nos risques et périls toujours d’actualité. Pendant que l’arrêté d’insalubrité est dans le tiroir, notre plainte au Parquet dans la corbeille, maman est au cimetière, mon fils et moi-même, la santé abrégée à vie, tout cela malgré une expertise judiciaire très bien étayée. C’est, au contraire, plus que désespérant.

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Et il n’y a pas que le quartier Noailles où sévissent les marchands de sommeil … le 3ème arrd a son lot : avenue Roger Salengro et rues environnantes, tout cela dans le sacro saint périmètre Euro Méditerranée .Les “abords du nouvel hôpital Desbief -Paré” sont en ce moment l’objet de mini travaux, de ceux ainsi définis : derrière la peinture la crasse …
    A croire que leur puissance est telle que même la justice de notre démocratie ne peut rien contre eux .
    pots de vin ? corruption ? trafic d’influence ? achat de bulletins de vote ? qu’y a-t-il derrière cette misère ?
    Corruption :cela est sûr , que la misère soit une source de profits :indiscutable ,que la duplicité et la vilenie ne s’affichent pas sur le front : dommage …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire