Une étude dévoile les réalités de la prostitution des femmes migrantes à Marseille

Actualité
le 7 Déc 2022
4

Depuis plusieurs mois, un projet visant à favoriser l'accès au soin aux travailleuses du sexe issues de l'immigration est mené à Marseille. Jeunes ou très âgées, issues de plusieurs continents, souvent victimes de traite... Les premières données recueillies permettent de mieux cerner leurs conditions de vie.

Des jeunes femmes probablement venues de pays de l'Est se prostituent sur le boulevard Sakakini (Archives - Photo : Patrick Gherdoussi)

Des jeunes femmes probablement venues de pays de l'Est se prostituent sur le boulevard Sakakini (Archives - Photo : Patrick Gherdoussi)

Pour la première fois en France un projet, à la fois sanitaire et scientifique, va suivre sur la durée un groupe de femmes, issues de l’immigration, en situation de prostitution. Baptisée Fassets – pour “favoriser l’accès à la santé sexuelle chez les travailleuses du sexe migrantes”, cette initiative inédite va s’étirer sur plus d’un an. […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. kukulkan kukulkan

    merci pour cette enquête. Il faut absolument que l’Etat encadre et donne des droits à ces personnes qui sont de fait obligées de se cacher et de pratiquer dans le danger et sans aucune reconnaissance… on endiguera jamais la prostitution l’abolition ne peut pas marcher.

    Signaler
  2. Vand Vand

    La misère décrite dans cette étude était attendue, elle n’en reste pas moins toujours aussi difficile à lire. Et nécessaire de fait… Merci pour ce travail de porte-voix.

    Signaler
  3. GingerPoco GingerPoco

    Il n’y a pas qu’à Marseille. La route Fos-Port Saint Louis vers le GPM est aussi un lieu de prostitution.

    Signaler
  4. didier L didier L

    Quantifier, mesurer la misère on le fait, de mieux en mieux même. Mais …apporter des remèdes, corriger , poser les bonnes questions et ébaucher des réponses savons-nous le faire ? J’ai peur que non. De si longs voyage pour vivre ainsi, espérer en qui en quoi ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire