Une carte rêvée pour les cyclistes marseillais

À la une
le 21 Août 2014
30

Décoller de la Timone, dévaler le boulevard Baille, rejoindre l'avenue de la Corse, se faire décoiffer par le vent salé de la Corniche pour garer sa bicyclette 10 minutes plus tard à Malmousque, tout en insouciance, en se contentant de suivre, droit devant, le parcours cyclable bien balisé, bien séparé des voitures… le rêve ! Voilà un peu le genre de fantasme que provoque à première vue le "schéma directeur des modes doux" développé par Marseille Provence métropole (MPM).

Dommage que ce ne soit qu'un idéal à atteindre… "Mais c'est déjà ça !" s'accordent à dire associations cyclistes et responsables de MPM. Dans la bouche de Robert Assante, vice-président à la communauté urbaine en charge de la mobilité, la carte numérique publiée le 29 juillet sur Open Paca est avant tout une "idée de ce que l'on devrait faire". Sauf que pour l'instant, rien de concret n'est prévu : ni délais, ni enveloppes budgétaires. "Le but est d'informer sur ce qui se passe et sur ce qu'il pourrait se passer mais il n'y a pas de planification à proprement parler" confirme l'élu.

Un plan de route

Toutefois, la carte a l'intérêt de montrer – pour la première fois et très précisément – ce qui a officiellement été aménagé à la date du 1er janvier 2012 (lignes vertes dites "l'existant"). Et les lignes en pointillé (bleu foncé pour les "axes structurants" et bleu clair pour "la desserte locale") donnent une idée de l'état d'avancement de la réflexion sur les futures voies cyclables qu'envisage MPM dans le meilleur des mondes : pistes, bandes, lignes de bus autorisées, double sens cyclables, etc.  637 tronçons allant de 100 mètres à plusieurs kilomètres ont été répertoriés. En cliquant sur certaines rues, on peut lire l'aménagement qui a été mis en place, ou conseillé par le bureau d'étude ASCODE. Une bonne base pour commencer à discuter, vérifier, ou faire des suggestions, en utilisant par exemple notre carte participative Carticipe. Quand on sait qu'une ville comme Strasbourg a mis en oeuvre son premier plan d'aménagement de voies cyclables en 1994 et se targue 20 ans après que 8% de ses habitants pédalent quotidiennement (contre 0,4% à Marseille), on peut espérer que ce soit un maigre, mais bon début.

Car la carte cyclable est une part intégrante du plan de déplacement urbain (PDU) voté en juin 2013, qui lui, est plutôt contraignant. Il fixe des objectifs (10 km de pistes cyclables par an) et un budget global (39,5 millions alloués au développement du vélo d'ici 2023). S'il n'y a pas de priorités mises en place pour telle ou telle rue, tel ou tel aménagement, MPM devra rendre compte de ses réalisations. Robert Assante en est bien conscient : "La planification va se faire dans la concertation avec les associations". Notamment avec Vélo en Ville ou Vélo Utile, déjà présentes aux réunions organisées pendant l'enquête publique pour le PDU, à l'initiative de Pierre Sémériva (EELV et ancien élu chargé du dossier). Pour lui aussi, la carte est un bel aboutissement, même s'il regrette que les "places de stationnement pour vélo ou les stations du Vélo [en libre service] n'aient pas été incluses sur la carte, car elles ne figuraient pas sur le cahier des charges du cabinet de conseil".

Les associations devraient donc être prochainement conviées à participer au suivi des aménagements cyclables. Ce qu'elles attendent. François Costé, membre du Collectif Vélo en Ville, retient que la concertation avait été très positive : alors que le projet de PDU initial ne fixait quasiment aucun objectif quant à l'avenir du vélo, la version finale a pris en compte l'avis des usagers des deux-roues. "L'intention a été la bonne, la carte est intéressante. Maintenant on attend de connaître l'avancement des réalisations. Notamment au sujet de la zone apaisée en centre ville qui serait la bienvenue. Surtout, on ne sait pas si ce qui a été décidé sous l'ancienne mandature va être réalisé par celle-ci."

L'inconnue de la métropole

Car la politique a aussi son calendrier et Robert Assante est bien conscient des difficultés : les maires de secteurs avec qui la négociation d'aménagements de voirie est un sujet sensible, certains CIQ qui ne jurent que par le tout-voiture, ou plus globalement le flou qui règne encore quant à l'organisation de la nouvelle métropole qui verra le jour en janvier 2016. Autant d'obstacles à la mise en place d'un plan financé, prédéfini dans le temps. Le vice-président compte donc faire avancer les dossiers déjà prêts, pour que cela serve d'impulsion. "Les travaux prioritaires sont ceux qui sont déjà dans les tuyaux. Le boulevard Sakakini servira de voie pilote exemplaire, avec une piste cyclable sécurisée séparée de la route par un terre plein" développe le vice-président à la mobilité.

De son propre aveu très "amateur des bagnoles", il est le premier à dire que c'est les mentalités des Marseillais qu'il faut changer. Il dénonce sincèrement les incivilités des motards ou des voitures qui squattent les pistes cyclables. Il se verrait même radicalement changer le plan de circulation : pourquoi pas faire plus de sens uniques ? Cela dégagerait de la place pour les vélos et pour les stationnements… En revanche, il n'est personnellement pas très adepte des voies de bus ouvertes aux vélos (contrairement à son prédécesseur) : "Trop dangereux", dit-il. Un avis que ne partage pas Vélo en Ville, et qui sera sûrement l'objet d'intenses discussions. François Costé (par ailleurs candidat sur la liste de Pape Diouf aux municipales et ancien technicien aux transports à MPM) espère surtout que les décisions ne se feront pas unilatéralement: "MPM a le droit de modifier ce qui était prévu, mais il faut en discuter." L'urbanisme, une affaire de tact et de compromis.

Le couperet de la loi

Surtout que l'article L228-2 du code de l'environnement est assez clair: "A l'occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, […], doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d'aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants… " Pour ne pas l'avoir respecté, MPM avait perdu un procès contre Vélo en Ville en janvier 2012. C'était avant le PDU, avant le schéma directeur des modes doux.

La carte, si elle est suivie d'actes concrets menés en concertation pourrait donc tenir à carreau les associations en leur donnant des gages. D'un autre côté, le schéma pourrait servir d'élément à MPM en cas de procès pour argumenter que telle rue en rénovation n'a pas été aménagée pour les cyclistes parce qu'elle n'est pas prévue dans le plan. Pas sûr que ça passe juridiquement, mais c'est toujours plus crédible que les questions de "sécurité" invoquées antérieurement. Une sorte d'arme à double tranchant, qui devrait canaliser l'avancement des rénovations en mettant tout le monde autour de la table, autour de la carte.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. freeway freeway

    Je vois que sur cette carte, les rond-points entre 2 pistes cyclables sont considérés comme faisant partie d’une piste alors qu’en général les aménagements cyclables sont absents des rond-points (voir celui de Perrier ou du Prado, où en fait la piste de Michelet s’arrête avant le stade).

    C’est vrai qu’une piste cyclable sur le Bd de Hambourg, une sorte de rocade moche 2×2 voies et dangereuse pour les piétons. est plus que nécessaire, surtout avec la station de Le Vélo au rond-point du centre Bonneveine, et pour faire la continuité avec la jolie piste cyclable de l’avenue d’Haïfa qui vient d’être aménagée (et qui ne figure pas sur la carte).

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    C’est bien, c’est joli, c’est mignon… Mais pour l’instant, il y a beaucoup de bleu et peu de vert, et ce vert il est souvent très dangereux d’y rouler… ex les Allées Léon Gambetta où il est très difficile de deviner qu’au millénaire dernier une piste cyclable y a été tracée… autre exemple le Prado, où la « piste cyclable » bouffe l’espace des piétons et où le roulant ne l’est guère…
    Et encore une fois, pour faire du vélo à Marseille, aujourd’hui, il faut habiter au centre ou au Sud de la ville, pas les quartiers Nord ni les quartiers Est ! Chiche que nos élus fassent une vraie piste cyclable dès l’an prochain jusqu’à Saint Antoine ? après ça on peut mourir tranquille

    Signaler
  3. Anonyme Anonyme

    Marseille ne vit que pour la bagnole et le schéma des modes de déplacement doux est au mieux un alibi et au pire une fumisterie
    Il suffit d »utiliser la piste « phare » du prado pour s’en rendre compte : peinture effacée, trottoir de 10 cm à descendre, travaux au rond point, barrière au milieu du chemin, et même la dernière cabine téléphonique de France au milieu du trottoir …
    je passe sur les pistes cyclables qui ne débouchent sur … rien : les deux plus belles étant sans doute celle qui se termine devant le vélodrome et celle de l’avenue clot bey …
    Au moins le schéma a l’honnêteté de ne pas considérer comme une piste cyclable celle qui relie l’hôpital saint joseph au parc du 26eme centenaire sur laquelle sont garées en permanence des voitures sur toute la longueur (pratique pour une rue en sens unique qui oblige donc le cycliste a être en irrégularité)
    bref un seul mot : beuuurk …

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    « Ni délais, ni enveloppes budgétaires »… Pourquoi est-ce que ça me fait penser au fameux « plan piscines » de l’inénarrable Miron ?

    Signaler
  5. Tresorier Tresorier

    Encore une fois, MPM prend les cyclistes pour des cons et les electeurs citoyens pour des auto bourrins.

    Rien n’est a la hauteur en termes de transports en commun (faibles investissements, tram sur metro, Grand bus sur metro, accessibilite handicapes, climatisation, desserte nocturne,…).

    Pour les pietons, aucune vraie rue pietonne et des trottoirs ridicules caffis de piquets ou de bagnoles. Une fourriere inexistante et une tolerance des infractions revendiquees meme dans Marsactu….

    Vu recemment un handicape en fauteuil roulant sur l’avenue de Pont de Vivaux (trottoirs squatte par les auto bourrins) suivi d’un bus (18 ou 91)…… Il n’y a qu’a Marseille qu’on voit ca !!!!

    Pour les velos, on nous abreuve aujourd’hui comme hier de belles promesses dont tous (y compris les associations) savent qu’elles ne seront pas realisees. Mais on fait comme si…. A defaut d’action, le pouvoir du mot.

    Quand je vois l’axe structurant de la ville (Michelet, Prado, Rome, Belsunce, Aix, Pelletan) soit disant amenage, j’avoue que j’ai envie d’insulter elus et responsables de soit disant defenseurs des cyclistes pour proferer et cautionner de tes mensonges =

    – avenue du Prado et Michelet : piste sur trottoirs caffie de motos, voitures, pietons, marchés, chiens en laisse,…);
    – rue de Rome : aucun amenagement (voie de bus elargie supprimee) avec obligation de descendre sur la voie de tram (en theorie interdite) et remontee par la voie automobile (merci les klaxons….) ;
    – bas de la rue de Romeet Cours Saint Louis, Belsunce, rue d’Aix) : aucun amenagement.

    Les derniers amenagements routiers (trams, autoroute urbain, ….) n’ont pas respecte les obligations legales. Les elus se foutent de la loi et les associations ont laisse faire (quand on fait un proces de temps en temps, il faut apres se constituer en Cour administrative d’appel si MPM fait un recours……).

    Faire du social et de l’animation, c’est bien. La revendication est pourtant necessaire et indispensable, surtout dans cette ville……

    Les cyclistes marseillais sont bien seuls.

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    Pas de place,voies trop étroites pour faire cohabiter tout le monde,voirie en mauvais état,pas de parking,donc stationnement gênant,une ville ou on vit aussi dans son centre ,alors qu ailleurs il n y reste que des bureaux,des marchés,des dénivelés ,des côtes dignent des classiques Belges et la chaleur de mi mai à mi septembre font que le vélo en ville sera difficile à Marseille.
    On n’a pas de voies contournant la ville,pas de métro,pas de tunnels ( si les payants) ,et deux axes de sortie…….on est pas sorti des bouchons.

    Signaler
  7. Vroum Vroum Vroum Vroum

    Gaudin sur un vélo même avec photoshop j’y suis pas arriver …

    Signaler
  8. Pour Voir Pour Voir

    Foutage de gueule ! ça n’intéresse pas les commanditaires du BTP qui font la loi sur Marseille. Le BUS, la L2, ça c’est de « l’intérêt collectif » : « Saint Tessier donnez moi ma bretelle « ! Le (la) marseillais(e) vote bagnole tous les jours par sa mobilité sans voir plus loin que le bout de son capot. Car les bagnoles, bientôt, c’est fini (et les conducteurs-conductrices seront aussi asphyxié-e-s). C’est beaucoup plus difficile de réformer la RTM que de construire des routes ; c’est beaucoup moins rentable de construire des pistes que de construire des routes. Couper des arbres, supprimer des jardins, réchauffer le climat, ça c’est du post-moderne (recyclage du plan Gerber dans la propagande de MPM pour ses voies de circulation), c’est l’esthétique de l’éphémère (investissement non-durable), c’est même socialo-keynésien (les grands travaux créent des emplois peu qualifiés et mal payés dont les français ne veulent pas, de nouvelles dettes sont formées). N’est-ce pas Saint-Simon qui disait que la circulation (des marchandises, des capitaux, des hommes) fait le bonheur de l’humanité ? Marseille est une ville saint-simonisée : elle en est toute détruite ! Circulez ! Y a plus rien à voir, y a plus rien à vivre !

    Signaler
  9. Anonyme Anonyme

    ça sent bon la vaseline tout ça, pour une seconde supercherie de capitale…

    Signaler
  10. Anonyme Anonyme

    Moi je continu à ne pas croire aux déplacement à vélo à Marseille,trop de cotes( pousser le vélo de capitaine Geze à st Louis,du vieux port à la porte d Aix,ou en haut de Paradis,de Malpassé à Allauch c est pas possible).
    Marseille est habitée,il y a des voitures qui y stationnent et qui prennent de la place en chaussée,et cher Tresorier il y fait chaud ( de mi mai à mi septembre) pour y forcer sur une bécane en costume,en bleue de travail,en jupette.
    Oui cher Trésorier la voirie est en mauvais état ( bouche d égout,nids de poules) ce qui impose des écarts dangereux.
    Mais je suis d accord avec vous notre civilisation va devoir trouver des solutions pour éviter le pire.

    Signaler
  11. piqueboufigue piqueboufigue

    ils sont fort les ecolos ,2/100 aux élections et toujours ils veulent tout changer et sont contre tout,a les entendre faut refaire les rues de Marseille,mais ils en sont incapable,on vivez mieux avant eux ,mais c est vrai ils etaient dans un autre parti qui a disparu,alors tous en velos allez y ,mais pas sur les trottoirs,cat il est bravo notre maire,je ferez vervaliser 10euros pour les velos qui circulent sur les troittoirs ou zones pietonnes,defendons les pietons,les velos sur la chaussée,entre nous il faut etre jobastre pour rouler en vélos a Marseille,mais c est bob et du dernier chic ,pauvre France.

    Signaler
  12. piqueboufigue piqueboufigue

    proces verbal a 100 euros pour les velos qui circulent sur les trottoirs.

    Signaler
  13. gertz gertz

    à regarder de près c’est un peu de la foutaise quand même… Déclarer la Rue Saint Michel et la rue Fontange en trace verte déjà réalisée c’est ne pas connaitre ces rues (ce sont des simples contre-sens autorisés, autrement dit une opération suicide d’y rouler. A propos du Bd Chave, je me souviens des propos de Bruno Gilles qu’il m’a tenus quand j’y avais mon commerce au moment des travaux du T1 : » ces pistes cyclables , elles me font chier, mais je les trace pour avoir les subventions … » sans commentaire 😉

    Signaler
  14. piqueboufigue piqueboufigue

    pour les bagnoles mise en fourriere pour 8 jours au bout d un mois tout le monde aura compris.

    Signaler
  15. jdeharme jdeharme

    Encore plus fort les automobilistes qui ne paient pas l horodateur sont sanctionnés par une amende mais ceux qui démontent les poteaux amovibles et se garent sur les trottoirs empêchant les poussettes de passer et les handicapés contraints eux aussi de descendre sur la rue pour passer. Un jour que je signalais des voitures garées sur le trottoir après avoir démonté les poteaux un policier municipal me fit la réflexion suivante je ne peux pas verbaliser les voitures garées sur les trottoirs il n y a pas de panneau stationnement interdit. Ainsi va MARSEILLE et son bon maire qui ne voit rien, n entends rien, ne dit rien sauf pour négocier des. accords ou les citoyens contribuables sont les dindons de la farce et s’opposer aux rythmes scolaires

    Signaler
  16. Vélo Vélo

    De nombreuses villes françaises subventionnent l’achat d’un vélo électrique pour leurs résidents. Les aides atteignent jusqu’à 30% du prix d’achat avec un plafond de 500 euros dans l’Ain. La Ville de Paris, elle, rembourse 25% du prix d’achat et jusqu’à 400 euros … et MARSEILLE ? J’ai bien eu vent d’une initiative de MPM 400€( avant papy Tessier ) opération expérimentale qui était limitée à 80 000€ TTC pour une période de six mois en 2013 …
    Drôle comme cette initiative n’est plus mis en avant allons savoir pourquoi !!!

    Signaler
  17. Tresorier Tresorier

    Bien du monde pour demonter vos inepties et autres pretextes fallacieux.

    Il faudrait en outre eviter de les repeter trois fois. Repeter des mensonges n’en fait pas des verites.

    Signaler
  18. Eric13 Eric13

    Communication éternelle pour exister…
    Pitoyable classe politique marseillaise

    Signaler
  19. bonalors bonalors

    Alors, Marseille: capitale européenne du vélo 2035 ?!

    Signaler
  20. MrMiolito MrMiolito

    Alors pour ne prendre qu’un seul exemple :
    « Rue Thiers – 1 piste a double sens + Zone 30 chaussée partagée »
    … Qui veut parier un million d’euros que ça ne se fera ni sous Gaudin, ni jamais avant l’extinction du pétrole ?

    Signaler
  21. Spigaou Spigaou

    et dieu sait que Robert Assante s’y connaît en vélos : il a inventé il y a plus de 5 ans un aménagement intéressant : le bloc béton pleine piste cyclable, toujours visible le long du tram avant les Caillols !

    Non mais franchement. Pas un mètre d’itinéraire cyclable cohérent et bien pensé n’a été gagné sous la mandature précédente, quelqu’un croit encore pouvoir faire avancer les choses ?

    130 posts du bloc Collectif Cyclistes enragéEs de Marseille, dénonçant pratiquement chacun un aménagement dangereux, n’ont jamais entraîné la moindre correction utile sur le terrain, à quelques panneaux près.

    Et maintenant ? On fait un schéma en disant où ce serait bien de faire quelque chose, sans budget et sans délais ? Voilà bien de quoi se faire plaisir et amuser la galerie plusieurs années.

    En attendant mon fils qui risque sa vie en porte-bébé tous les jours sera probalement parti étudier ailleurs, quand son itinéraire maison-crèche sera sécurisé…

    Signaler
  22. toine toine

    Y’en a marre de voir de beaux projets sur le papier annoncés pour 2030 ou 2040… On a 30 ans de retards nom d’un chien!!!!
    Dans les autres villes, on attend pas 20 ans pour construire une ligne de tram ou des dizaines de kms de pistes cyclables.

    Marseille est gérée par des grands pères alors que cette ville à besoin d’un traitement de choc pour rattraper son retard!
    Navrant!

    Signaler
  23. distrait distrait

    Ca ne va pas plaire que je preenne Paris en exemple mais là haut la mairie a relativement réussi à faire accepter le velo en limitant les accès aux voitures. Faut commencer par faire des mécontents mais en toute logique l’hypercentre de Marseille devrait être interdit aux bagnoles avant tout. Ensuite on y verra plus clair

    Signaler
  24. Anonyme Anonyme

    Je voudrais vous faire part de mon experience.
    Je me déplace tous les jours les Olives la Belle de Mai et je n’ai pas de problèmes avec les voitures.
    Il faut savoir prendre sa place dans la circulation et ne pas hésiter à rouler à 1 m du trottoir.
    Par contre, les pistes cyclables sont quasi inexistantes voires dangereuses.Exemple, piste cyclable le long du BD National ; il faut constamment jongler entre les poubelles , les terrasses des bars qui empiètent sur la piste , les voitures garées sur la chaussée notamment les voitures en face de la cantine de la police !! et sous le tunnel la piste est surélevée de 15 cm par rapport à la chaussée.

    En conclusion, je ne roule quasiment jamais sur des pistes cyclables.
    Quand est-il du plan de déplacement urbain qui subventionne les déplacements propres , rien pour les vélos.
    Merci de publier le site MPM pour les accidents dus à la chaussée déformée.

    Signaler
  25. Maxime Maxime

    Il est dommage que les données de cette carte datent du 1er janvier 2012. Depuis il y a eu la création du bout de piste sur Rabateau, la promenade qui existe le long de l’Huveaune entre le parc Borely et le Bd Michelet… Pourquoi les services de MPM ne peuvent-ils pas mettre à jour cette carte au fil de l’eau, en fonction de ce qui se réalise ? Et supprimer la rue de Rome qui, depuis le démarrage des travaux du tramway sur cette voie, a vu la suppression du cheminement cycliste ?
    Et ce serait pas mal d’y trouver une programmation dans ce qu’il reste à réaliser.

    Signaler
  26. Arnaud Arnaud

    Après m’être tapé des heures de bouchons chaque semaine pour aller au travail depuis plus de 15 ans, j’ai enfin franchi le cap et viens de m’acheter un vélo électrique. Pour ceux que ca intéresse j’ai pris un vélo pliable de ce genre http://www.veloactif.com/velos-electriques/velos-electriques-pliables-2.html ca va faire une semaine que je l’ai et je gagne quasiment 1 heure chaque jour par rapport à la voiture. Alors oui il y a certaines contraintes mais dans l’ensemble, c’est tout de même très pratique !

    Signaler
  27. Anonyme Anonyme

    Après des heures et des heures de temps dans les bouchons j’ai pris un vélo électrique chez itinbikes sur le vieux port et je gagne 30 minutes par jour. Un effort reste à faire sur les pistes cyclables !!!!

    Signaler
  28. Anonyme Anonyme

    C’est vrai, super carte qui laisse rêveur… Maintenant au boulot. A quand un agenda de programmation des voies cyclables? Est-ce vraiment si difficile d’integrer dans les travaux de voierie les espaces réservés aux vélos et de budgéter cela?

    Signaler
  29. Anonyme Anonyme

    Très beau projet !
    Espérons désormais qu’il puisse voir le jour bientôt…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire