Sénatoriales dans les Bouches-du-Rhône : les enjeux d’un scrutin opaque

Décryptage
par Julien Vinzent & Lisa Castelly
le 3 Sep 2020
17

Ce jeudi, le PS des Bouches-du-Rhône arrête sa stratégie pour les sénatoriales du 27 septembre. Marsactu fait le point sur le fonctionnement et les enjeux d'une élection qui devrait être marquée par le retour en force de la droite et un renouvellement des parlementaires.

L'hémicycle du sénat en 2018. Crédit : Jacques Paquier/Flickr

L'hémicycle du sénat en 2018. Crédit : Jacques Paquier/Flickr

Encore des isoloirs. Mais cette fois-ci réservés à 3488 grands électeurs. Après la longue séquence des élections municipales et métropolitaines, les partis repartent pour une courte campagne des sénatoriales. Organisé le 27 septembre dans 63 départements dont les Bouches-du-Rhône, ce scrutin est le plus complexe de la vie politique française. C’est aussi le seul où […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Julien Vinzent_
Journaliste.
Lisa Castelly
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. didier L didier L

    Tambouille en cours … pour quels résultats concrets !

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      c’est ce système d’élection totalement anti démocratique qui donne cette tambouille

      Signaler
  2. patrick patrick

    cette assemblée ne sert à rien sauf à recycler les bras cassés de la politique

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      De temps en temps, ils arrivent à se réveiller quand même, quand la population constate leur léthargie (affaire Benalla) et qu’elle se pose la question de leur utilité (comme un violent coup de pied au cul des endormis).
      Mais ce sera une bonne occasion de voir si le taux de participation sera le reflet de la dernière « expression populaire » (j’en doute). Comme d’ab ce sera un entre-soi qui conduira à déconnecter un peu plus les représentants de leurs bases (si tant est qu’elles existent encore).

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      @Jacques89 le taux de participation sera de 100%, les grands électeurs sont obligés d’aller voter sinon ils ont une amende.

      Signaler
  3. Sentenzza Sentenzza

    ça devient la cours des miracles cette assemblée, les miraculés de la justice !

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Puisqu’on parle actuellement de Jospin dans l’actualité, rappelons qu’il avait, à juste titre, qualifié le Sénat « d’anomalie démocratique ». C’était en 1998.

    Qu’a-t-on fait, depuis 22 ans, pour que la composition de cette assemblée reflète mieux le pays réel ? Rien.

    Ses membres restent élus par les copains et la famille, et les alternances politiques s’y produisent presque aussi souvent qu’au Soviet Suprême à l’époque de l’Union Soviétique.

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour,
      c’est pourtant suite au rapport de la commission présidée par ce même Lionel Jospin (Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique, rendu en 2012), que le mode de scrutin du Sénat a été modifié pour étendre la proportionnelle (gage de parité et de représentation plus forte des partis minoritaires) à davantage de départements (seuls les départements n’élisant qu’un ou deux sénateurs continuent à voter au scrutin uninominal à deux tours, le même que pour les députés) et corriger la représentation des villes (avec 1 délégué supplémentaire pour 800 habitants et non 1000, même si la proposition de la commission allait plus loin).
      Je vous renvoie à la présentation de la loi https://www.senat.fr/leg/etudes-impact/pjl12-377-ei/pjl12-377-ei.html

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Merci Julien. Je corrige donc mon commentaire : il faut remplacer « rien » par « presque rien » 😉

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Cher 8e, moi aussi j’aimerai être Sénateur.
    7000 euros, autant en frais et possibilité d’embaucher un assistant. Sans compter une cantine gastronomique, le coiffeur, les voyages d’études, une convention obsèques royale, une retraite au top, un régime chômage dont le qualificatif pourrait être de superbe.
    Franchement, cela fait rêver, même si certaines siestes crapuleuses peuvent êtres rigolotes, rien à voir avec les siestes sénatoriales qui elles sont enrichissantes et durent à minima 6 ans.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Pourquoi crois-tu que Valou-la-Catho-pas-Arménienne veuille y aller ?

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Une excellente bibliothèque avec des documentalistes hors pair, un jardin magnifique, des fauteuils sur-mesure…
      On ne comprend pas pourquoi les sénateurs ne produisent pas tous des romans…

      Signaler
  6. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Toujours d’actualité cette chanson de Michel SARDOU
    « Dans les années trente,
    Le tabac augmente,
    Il faut trouver des milliards.
    La gauche et la droite
    S’insultent et se battent
    Et retour à la case départ. »

    Signaler
  7. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    Bacchi en tete de liste d’union de la gauche.
    Pour faire élire Muselier et Vassal au Sénat c’est une bonne stratégie.
    Le PCF est une machine à gagner cette année : Bacchi abandonne le 7e secteur (livré en cadeau à Vassal), Charroux fait le vide des élus de gauche à la métropole, Jorda et La Piana perdent le bastion de Gardanne et Papy Rosso (Le Rove) oublie son parti pour un poste de vice président de la Métropole.
    Allez-y les gars !

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Nous connaissons maintenant le prix d’un traître aux idées, un poste de sénateur. Mes « amis » communistes sont de sortie.
      Mourir pour des idées, disait le poète,
      Faut quand même pas déconner, camarade.

      Signaler
    • Mistral Mistral

      Effectivement Bacchi en tête de liste ce n’est pas de bonne augure !

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Bacchi a donc une ambition sénatoriale. Tout s’éclaire… On le comprend, les fauteuils du Sénat sont plus confortables que le maquis de son grand père

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire