Sale temps pour les calanques

À la une
le 19 Juin 2012
3

Les restes d’une activité industrielle florissante de plomb et d’acide sulfurique de plus d’un siècle, les rejets des eaux usées de la ville dans la calanque de Cortiou, le déversement de boues rouges – déchets de bauxite de l’usine de Rio Tinto de Gardanne dans la fosse de Cassidaigne : ce sont les trois pans du documentaire Calanques, une histoire empoisonnée, diffusé ce soir sur France 3 (voir ci-dessous).

A partir d’un travail d’investigation qui a duré près de deux ans, l’ex-journaliste de Marseille l’Hebdo Valérie Simonet a mis au jour les différentes pollutions affectant la zone s’étendant de Marseille à Cassis, avec en filigrane cet espace naturel luttant pour sa survie à proximité d’une agglomération de plus d’un million d’habitants à l’urbanisation galopante.

Scientifiques, pouvoirs publics, parc des Calanques : invitée de notre Talk actu, la réalisatrice et productrice revient sur ces constats et détaille les positions et les rôles des acteurs :

Loading

Le documentaire Calanques, une histoire empoisonnée sera diffusé ce soir, à 23 h 50 sur France 3 et rediffusé ce jeudi et le lundi 25 à 9 h. C’est une coproduction Pointe Sud productions, Ligne de mire production et France Télévisions, avec la participation d’Ushuaïa TV. La bande annonce :

Loading

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Dure loi du Paf Dure loi du Paf

    C’est bien comme horaire 23h50 pour impacter les pollueurs !! Merci le replay et Marsactu de relayer l’information.

    Signaler
  2. antipropagande antipropagande

    Voilà des dossiers ; l’air , l’eau qui devraient faire l’objet de référendums citoyens et être traités aux 20 heures : au lieu d’être relégués aux derniers rangs de l’actu . Il s’agit de risques sanitaires majeurs et de santé publique, sans oublier la destruction de notre environnement. La croissance  » propre  » ça devrait être possible ! C’est notre survie qui est en jeu ….

    Signaler
  3. Belissa Belissa

    3 anecdotes à ce sujet :
    – Je sais de source sure que la Direction Départementale des Affaires Sanitaires 13 au fait de la situation a par le passé apposé des affichettes sur les secteurs de la Madrague jusqu’aux Goudes ou Callelongue invitant la population à des visites médicales gratuites en liaison avec les risques sanitaires liés à leur lieu d’habitation, et que presque personne des habitants concernés ne s’était manifesté… Je pense que la sensibilisation des populations n’a pas été très développée à l’époque
    – En randonnant sur le massif du côté du Vallon de la Barasse, lieu d’une très importante production d’alumine passée (peut-être Pechiney à l’époque) avoir rencontré une dame plutôt jeune, avec un foulard cachant sa calvitie due à la chimiothérapie – en parlant elle s’est ouvert de son malaise de n’avoir appris que très tardivement que sa maison du vallon de la Barasse était bâtie sur une friche industrielle qu’elle soupçonnait de lui avoir provoqué son cancer, la dame était plutôt amère et on la comprend
    – Depuis ces dernières années que je sais l’importance de la pollution vers l’Escalette, je suis aussi un peu en colère de ne pas en avoir été averti, j’y ai cueilli et consommé des salades sauvages sortes de pissenlits, des poireaux sauvages, du thym et du romarin, j’ai évidemment visité et fait visiter les énormes cheminées et ma seule crainte alors était leur écroulement…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire