La rocade L2 doit-elle ramener les voitures vers le centre-ville ?

À la une
Benoît Gilles
8 Jan 2016 17

La Ville et la communauté urbaine militent pour que la future rocade L2 permette aux automobilistes de revenir vers le centre-ville à partir des Arnavaux. Une solution qui passe par la réalisation de nouvelles bretelles dites de "retournement". L'État et la région traînent des pieds.

Elles portent le doux nom d'”anses de retournement”. Pour comprendre ce que cela veut dire, il faut imaginer les courbes du ruban d’un paquet cadeau et transposer cette image guillerette sur un échangeur d’autoroute où les lacis des bretelles retombent de part et d’autre du nœud routier. Ces anses doivent venir couronner le futur échangeur des Arnavaux entre la rocade L2 et l’autoroute A7. À cet endroit, elles permettront aux automobilistes venant d’Aubagne de “retourner” vers le centre-ville de Marseille. Voire de repartir depuis le centre-ville vers la L2, ce qui explique le pluriel du mot anse.

Image de synthèse de l’échangeur des Arnavaux sans les anses. Crédits : SRL2.

Problème, la réalisation de ces nouvelles bretelles ne font pas partie du cahier des charges du constructeur, la Société de réalisation de la L2, filiale de Bouygues, qui est en charge du partenariat public-privé. En revanche, il y a un an, le directeur général de la SRL2, Inouk Moncorgé précisait bien que “l’étude de ces options est inscrite à notre cahier des charges”. Une partie des financeurs locaux de la rocade, au premier rang desquelles la Ville de Marseille et la communauté urbaine, militent pour que celles-ci soient réalisées.

“Nous y sommes favorables. Cela doit permettre aux véhicules qui veulent revenir vers Euroméditerranée ou les bassins Est du port de le faire sans venir saturer le réseau existant. De mon point de vue, cela améliore la fluidité et permet de conserver de l’activité et donc de l’emploi à Marseille”, indique Robert Assante, adjoint à l’environnement à la Ville et vice-président de la communauté urbaine qui représentait les deux institutions lors du dernier comité de pilotage, le 21 janvier dernier. En août, la communauté urbaine et le conseil départemental ont indiqué qu’ils participeraient au financement des études.

Schéma de l'échangeur des Arnavaux avec double anse crédits : SRL2
Schéma de l’échangeur des Arnavaux avec double anse crédit : SRL2

“Un détournement de l’objectif de la rocade”

En revanche, la région a un peu traîné les pieds en annonçant sa participation au financement au tout dernier comité de pilotage d’octobre. Son représentant d’alors, le vice-président (Front de gauche) Jean-Marc Coppola explique les réticences de son institution : “Pour nous, c’est un détournement de l’objectif de la rocade. Elle vise d’abord à détourner les véhicules du centre-ville. Là, c’est exactement le contraire qui se passera. Or, vous imaginez les conséquences pour les voies secondaires comme Plombières ou le Jarret ? Le but de la rocade n’est pas de contribuer à la saturation de ces voies. Au contraire.”

Une ligne point trop éloignée de celle de la maire de secteur socialiste, Samia Ghali. Lors de la dernière séance de la communauté urbaine, le 21 décembre, elle a interpelé le président Teissier à propos des fameuses anses. Jointe par Marsactu, elle détaille sa position : “Au départ, mon opposition était motivée par le fait qu’il était question de réaliser des bretelles qui surplombaient le quartier des Castors de Servières, à proximité des Arnavaux. Après une visite sur le site avec Inouk Moncorgé, j’ai été plutôt rassurée de voir qu’il y avait la possibilité de réaliser ces anses le long de l’autoroute, loin des habitations”.

Un tunnel sous l’avenue du Capitaine Gèze

Ceci étant dit, elle partage les préventions de Jean-Marc Coppola et pointe la nécessité d’aménagements complémentaires : “Si on réalise cette bretelle, cela va ramener du trafic sur les voies existantes et notamment sur l’avenue du Capitaine Gèze qui est déjà encombrée”. Elle pointe donc la nécessité d’un tunnel pour alléger le trafic à cet endroit. “Faire passer une voie rapide alors qu’on souhaite réaliser un parc au Canet, cela ne me paraît pas cohérent”, ajoute-t-elle.

Desserte du port via l'avenue capitane Gèze
Desserte du port via l’avenue Capitane Gèze. Crédit : SRL2.

Cette hypothèse est clairement présentée par la SRL2 dans sa note remise aux partenaires du comité de pilotage en juin dernier. Nous avons pu consulter cette note en lieu et place d’un entretien avec Inouk Moncorgé qui n’a pu se faire dans le temps imparti. La desserte du port y est projetée en liaison avec la rocade L2, via l’anse de retournement des Arnavaux. Le pépépéiste y dessine “un schéma « par le Sud », empruntant les axes A7 et Capitaine Gèze, et rendant obligatoire la réalisation d’une trémie sous la place de la Cabucelle, au nord de l’extension d’Euroméditerranée”. Dans cette même note, la société précise même que l’établissement public a prévu la réalisation de ce tunnel pour faciliter le trafic de poids-lourds à proximité de son périmètre.

L’État réticent

Du côté de l’État, l’enthousiasme n’est guère de mise quant à la nécessité d’une réalisation rapide de ces anses. Le directeur de service transports et infrastructures et représentant local en charge du suivi du contrat de partenariat public-privé pour le ministère de tutelle, Robert Unterner, est limpide : “La rocade L2 a pour projet de relier les deux autoroutes qui arrivent à Marseille pour éloigner le trafic du centre-ville. D’autre part, il faut regarder de près l’impact de cette bretelle sur la partie terminale de l’autoroute A7. Je vous rappelle que l’ensemble des collectivités travaillent à implanter des voies de bus dédiées aux transports en commun. Va-t-on réintroduire du trafic à cet endroit ?”

Dans sa note relative aux anses de retournement, la SRL2 indique les prévisions de trafic en 2020 : “13 500 véhicules par heure en 2020 (L2 > A7 sud) et 10 250 véhicules par heure dans le sens inverse (A7 sud > L2), avec un pourcentage de poids-lourds d’environ 4%”. Cela donne corps aux préventions d’une partie des partenaires de la L2.

Des préventions qui expliquent le retard pris dans les études de faisabilité des ouvrages. En juin également, la SRL2 a rendu public un compte-rendu du comité de pilotage qui prévoyait une remise des études à l’État au 31 décembre 2015. Ce calendrier rendait les travaux sur les anses compatibles avec la livraison complète de la rocade, envisagée en octobre 2017. C’est encore une fois ce qu’écrivait la SRL2 dans sa note de juin :

Si l’on souhaite que leur réalisation puisse se faire en minimisant l’impact sur la date de mise en service de la L2, il sera nécessaire que l’Etat et les cofinanceurs puissent confirmer le développement de l’étude d’impact environnemental et des études de niveau (…) par une commande spécifique au plus tard le 15 juillet 2015.

Le calendrier des études et procédures des anses de retournement par la SRL2 en juin 2015.
Le calendrier des études et procédures des anses de retournement par la SRL2 en juin 2015. Crédit : SRL2.

“Un calendrier à marche forcée”, commente Robert Unterner que les tergiversations des financeurs invalident aujourd’hui. “Il n’y a pas de commande d’études de faisabilité de la direction des infrastructures de transports à la SRL2”, ajoute son représentant dans la région, qui insiste : “Les travaux des anses de retournement ne pourront se faire dans le calendrier de la réalisation actuelle de la rocade”. D’autant plus que la question de leur financement est toujours ouverte. Les représentants des collectivités évoquent le chiffre de 20 millions d’euros, une estimation sans doute loin de la réalité de la facture finale, surtout si le scénario à double anse est privilégié. Une somme qui irait tout droit dans la poche de Bouygues si ces travaux se réalisaient en même temps que ceux de la L2.

La congestion de Queillau

Cette attente risque de mécontenter les riverains d’une autre partie du tracé de la L2 Nord. En effet, dans le scénario actuel, les automobilistes qui souhaiteront revenir vers le centre-ville emprunteront la bretelle Queillau, en direction du marché d’intérêt national des Arnavaux. Or, les habitants voisins craignent une congestion du trafic à cet endroit. Le président de la fédération des CIQ du 14e arrondissement, François Gerlier s’insurge : “Lors de l’enquête publique, en 2009, le commissaire enquêteur a ajouté cette bretelle sur l’avenue Queillau. Or, dans les projections de la SRL2, dès 2017, elle sera saturée notamment par les gens qui voudront revenir vers le centre-ville. Nous souhaitons que ces anses soient réalisées pour alléger le trafic à cet endroit”.

Les chiffres de la SRL2 le confirment : “Les anses réduisent significativement le trafic des voiries locales autour de la sortie Queillau (-35% de trafic en moins avec les anses)”. Du côté de l’État, on estime que la congestion du trafic n’est pas inéluctable, même sans anses. “Cela dépend en grande partie des aménagements de surface qui seront réalisés en amont de cette bretelle”, estime Robert Unterner.

Vu l’état des finances des collectivités locales et la durée du chantier de la rocade L2, il n’est pas sûr que les travaux de ces anses, simple ou double, se fassent dans la foulée de 2017.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...
Le temps de travail des agents municipaux met une nouvelle fois la pagaille à la cantine
Jeudi, pique-nique. Vendredi, c'est l'inconnu. Lundi, le grand trou noir. Le menu de la cantine de ces prochains jours ressemble à de l'emmental. Avec...
Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...
17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour
À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d'avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit...
« Notre préjudice s’élève à près d’un million et demi d’euros de marchandises volées »
"C’était open-bar pour tout le monde. Même les gens installés à la terrasse d’à côté sont venus se servir !" Samedi en fin d’après-midi,...
Vice-président LR du département, Thierry Santelli loue un taudis à Saint-Mauront
"Péril grave et imminent", "interdit à toute occupation". Ces mots, devenus récurrents, frappent un logement loué par Thierry Santelli, conseiller municipal Les Républicains et...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire