Pour les municipales, les écolos veulent faire l’unité autour d’eux

Actualité
le 6 Oct 2019
64

En assemblée générale, ce samedi 5 octobre, les militants marseillais d'Europe écologie- Les Verts ont adopté une motion prônant une liste écologiste et citoyenne, coupant court à une possible participation au Mouvement sans précédent d'unité à gauche.

LEs partisans de la motion majoritaire après le vote en assemblée générale, Photo : D.R.

LEs partisans de la motion majoritaire après le vote en assemblée générale, Photo : D.R.

Sébastien Barles sera donc la tête de liste d’un rassemblement écolo-citoyen en mars 2020. En tout cas, pour l’instant. « C’est toujours une candidature bio-dégradable », sourit le grand gagnant de l’assemblée générale qui se tenait ce samedi, dans un hôtel du Prado. Un cadre neutre et aseptisé qui contraste avec les lieux habituellement choisis par Europe Écologie-Les Verts pour laver son linge sale en famille.

La motion 1, amenée par Sébastien Barles a remporté 80% des suffrages des 91 votants qui composaient le corps électoral. « Il s’agit de construire le rassemblement sur un socle écologiste clair, explique Sébastien Barles. Cela ne met fin à rien, bien au contraire. Nous allons continuer à discuter avec nos partenaires, les autres formations écologistes, les militants de Youth for climate mais aussi le Mouvement sans précédent et les différents collectifs citoyens ».

« Un goût amer »

Face à lui, une motion portée par la conseillère départemetale Michèle Rubirola et notamment soutenue par le conseiller fédéral Théo Challande ou encore le président de France Nature environnement Stéphane Coppey ou Pierre Semeriva, ancien vice-président de la communauté urbaine. Eux défendent au contraire de poursuivre le travail unitaire initié autour de l’appel pour un Mouvement sans précédent. « Cela laisse un goût amer, constate Théo Challande. Tout était écrit d’avance, si on en croit les déclarations des jours précédents (Lire notre article sur les forces en présence au sein d’EELV). C’est démocratiquement inacceptable« . Les partisans du processus d’union en cours au sein de la gauche et des collectifs citoyens se donnent quelques jours pour arrêter une position commune. Sans exclure de faire clivage et de poursuivre la construction unitaire, en dehors de leur parti.

En 2014, une partie des écolos marseillais, notamment menée par Sébastien Barles avait choisi de construire une liste citoyenne, Changer la donne, représentée par Pape Diouf. Le recours à une personnalité de la société civile n’est toujours pas exclu, « mais pas Pape », rigole Sébastien Barles.I Iln’a pas digéré le refus de ses colistiers de faire alliance avec la liste de Patrick Mennucci dans un contexte de triangulaire dans les 13e et 14e arrondissements qui aboutira à l’élection d’un maire Front national. C’est d’ailleurs un des points clivants qu’il retient des discussions au sein du Mouvement sans précédent. « Moi, je suis pour une position claire au second tour, faire barrage au RN et à la droite marioniste, comme Valérie Boyer ou Guy Teissier », explique-t-il encore. Cela va-t-il jusqu’à une alliance avec LREM au second tour ? Le sujet fait encore débat.

« Pas possible de poursuivre ce processus mortifère »

Mais, à écouter les partisans de la motion majoritaire, c’est d’abord l’absence de méthode qui a fait blocage avec les artisans du Mouvement sans précédent. « Cela fait des mois que l’on propose une méthode et rien n’avance, reprend Barles. Ce n’est pas possible de poursuivre ce processus mortifère, avec les partis qui attendent en embuscade ». Lui-même a tenté de faire infuser sa propre méthode dans le mouvement, présentée en janvier dernier via son association Marseille en commun. Au final, la méthode en question sera utilisée par EELV pour monter sa propre liste. Elle est basée sur une parité entre militants écolos de tous bords et des représentants de la société civile, avec un comité de pilotage paritaire qui décidera des candidats choisis sur les places éligibles.

« Nous allons poursuivre nos discussions avec tout le monde, affirme Christine Juste, pressentie pour être tête de liste dans le 6/8. Ce qui compte n’est pas de réussir l’unité à gauche mais de gagner la ville. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas de gauche. Si nous sommes écolos, c’est que nous sommes portés par ces valeurs ». Cela n’est pas forcément le cas des autres composantes du mouvement écologiste avec qui ils assurent que les négociations sont bien avancées. Aux régionales, l’alliance écologiste indépendante de Jean-Marc Governatori avait négocié son ralliement à Christian Estrosi en échange d’un institut pour l’écologie qui n’a jamais vu le jour (lire notre article sur les régionales de 2015).

Montrer l’exemple à la France entière

Désormais ce n’est plus la gauche qui doit permettre de faire l’unité mais l’écologie, jurent-ils. « Marseille peut montrer l’exemple à la France entière en devenant une ville verte », ose Alexandre Rupnik, adhérent du parti depuis ses 15 ans. Et pour porter cette ambition, l’étiquette de gauche s’apparente à un fardeau inutile. « Mais qu’est ce que cela veut dire ? Hollande est-il de gauche quand il prône la déchéance de nationalité ? », poursuit le militant. « Et la gauche des quartiers Nord, elle est de gauche ? » abonde Lydia Frentzel, qui siège dans le 15/16 avec Samia Ghali. À entendre les discussions qui se poursuivent dans le petit local du Rouet, même l’adjectif « social » est une épithète inutile, derrière « écologiste » et « citoyenne ».

« Mais nous sommes clairs sur nos valeurs, pose Hervé Menchon. Quand on parle de mixité sociale, de gratuité des transports, du renforcement de l’école publique, ce sont des éléments de programme que l’on partage avec les composantes du Mouvement sans précédent ». C’est sur cette base programmatique, centrée sur l’écologie qu’ils entendent construire leur propre rassemblement. « Encore une fois, tout est possible. C’est pas « si tu reviens, j’annule tout », mais les discussions vont se poursuivre avec tout le monde« , espère  Christine Juste. « C’est ouvert », abonde Nathalie Morand, co-référente programmatique. Ou tout vert, selon la qualité de la liaison.

Actualisation le 6 octobre à 18h: corrections de deux expressions à la demande la personne citée et du nombre de votants.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Philippe Lamotte Philippe Lamotte

    Les écolos politiques ne peuvent s’empêcher d’être à l’écoute des sirènes du pouvoir. Grand désastre leur échoit !

    Signaler
  2. Pirate Pirate

    J adore le » cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas un Parti de gauche « 
    Tout est clair

    Signaler
    • ALAIN B ALAIN B

      Et de plus ils ne sont pas plus écolo quand on sait que dans le troisème la tête de liste des Verts et passait au MODEM et où est le MODEM aujourd’hui et nous pourrions citer d’autres illustres Verts
      Le mot écolo est porteur grace aux médias et ils espèrent ainsi avoir des voix mais la division des vrais forces de changement amènera des macronistes ou du MODEM ou autre au pouvoir
      Mais Nouvelle Donne que personne ne connaissait est passé à la télé et a permis de faire perdre des voix à ceux qui sont sur le terrain à se battre tous les jours
      Mais les Verts dont un des digne représentant Placé

      Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Une fois de plus, les politiciens qui utilisent le plus le mot « rassemblement » sont aussi ceux qui le pratiquent le moins.

    Le rassemblement des écolos autour de Barles ne rassemblera même pas tous les écolos : une partie continuera son chemin avec le Mouvement sans précédent. Ce sera surtout le rassemblement d’une chapelle : les copains et la famille.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      C’est probable. Mais en même temps on voit mal ce qu’ils auraient pu faire d’autre, compte-tenu du sectarisme maladif de leurs interlocuteurs « à gauche » qui jusqu’ici on surtout mis en avant non pas avec qui ils voulaient faire équipe et pour quoi faire, mais avec qui ils ne voulaient surtout pas aller ni même entendre parler de consentir à voter lors d’un 2emetour face aux fachos…

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Si l’on peut mettre un instant de côté la déception et les réactions épidermiques, examinons l’avantage que pourrait présenter une liste séparée de EELV, au risque de me faire engueuler parce que je défendrais l’indéfendable…

      Une liste « unanimiste » au premier tour n’est pas toujours la meilleure stratégie. Je me souviens de la défaite, en 1974, du candidat unique de la gauche, tandis que le même, concurrencé par le PC au premier tour, l’emportait en 1981.

      Des listes séparées au premier tour permettent une meilleure identification des électorats et assurent une meilleure mobilisation, ne serait-ce que par un effet d’émulation. A Marseille, cette mobilisation se ferait notamment au détriment de LREM, ce qui est toujours bon à prendre.

      EELV a au moins le mérite de se déclarer « à gauche » et de promettre de rester en contact. Personne ne doit insulter l’avenir.

      EELV a besoin d’un break ? On n’a pas le choix de toute façon. Patience et longueur de temps feront plus que force ni que rage. Et quand Pomponette rentrera à la maison, elle sera grondée mais accueillie avec amour…

      Signaler
    • Raymond Dayet Raymond Dayet

      c’est incroyable que vous ne soyez même pas capable de respecter un vote de militants qui jusqu’à preuve du contraire ont le droit de décider eux mêmes de ce qu’ils souhaitent faire, sans être aux ordres des autres partis politiques. Sans doute que cela vient contrarier les ambitions de certains mais l’important en politique, c’est de défendre et d’agir fidèlement à ce que l’on croit.
      Madame Rubirola peut tout à fait adhérer au PS si elle le souhaite pour être en phase avec sa démarche. Elle en a parfaitement le droit. Ce sera plus claire

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      @opiniatre je ne dis pas ça. Si Samia Ghali s’y met aussi, ou toute autre liste de gauche, les choses seront compromises. Mais avec une liste de gauche « tradi » et une liste EELV, le coup reste peut être jouable. À suivre

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @Raymond Dayet. Personne ne conteste le droit de quelques militants de décider ce qu’ils souhaitent faire, y compris s’ils souhaitent faire une connerie. On a en revanche le droit de dire qu’on n’est pas d’accord avec leur choix. C’est incroyable que vous ne soyez même pas capable de respecter ce désaccord.

      Signaler
  4. Raymond Dayet Raymond Dayet

    C’est une décision courageuse et saine. Ils portent des convictions et vont les défendre sans compromis et fidèlement devant les électeurs. Que peut-on leur reprocher? D’être honnêtes dans leur démarche? Ce qui est un comble, c’est que les critiques viennent de ceux qui en ont plein la bouche de la démarche citoyenne et de la pureté de l’engagement politique. Ceux qui se baptisent Mouvement sans précédent ne manquent pas d’air. A vrai dire, on ne voit pas très bien ce qu’il y a de « sans précédent » dans leur démarche: ils nous proposent ni plus ni moins de continuer la bonne vielle alliance artificielle des partis qu’on nous resserre à chaque élection depuis des années et des années. C’est justement cette vielle méthode hypocrite et purement électoraliste qui est pour le coup pleine de précédents que les gens vomissent. En dehors des élections, les Insoumis, le PS, le PC, les Verts se tapent dessus les uns les autres à longueur de journée et, lorsque arrivent les élections, il faudrait faire sembler de s’aimer pour prendre le pouvoir et se partager les postes. Le problème, c’est qu’à force de tuer son âme, on n’existe plus. Sans compter que dans cette stratégie de survie des appareils, on voit toujours les mêmes têtes qui resurgissent au moment où il faut se faire élire . Alors, bravo aux Verts pour leur courage dans la défense de ce que sont leurs valeurs et pour leur refus des compromis perpétuels. Et que chacun suive leur exemple. Que Coppola ait le courage de partir seul en conduisant la liste du PC. Que Camard ait le courage de défendre les valeurs portés par les Insoumis. Que Payan défende les couleurs du PS. Que les collectifs de Madame Faurtin aillent jusqu’au bout de leur démarche citoyenne sans se laisser parasiter par les partis politiques. N’ayez pas peur. Et là au moins les choses seront claires, limpides et sans tambouille. C’est bien la philosophie affichée de Marseille sans précédent, non?

    Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Bien sur, il faut accepter et respecter leur décision. Il faut s’adapter, se remettre en cause mais aussi penser à la suite dans cette configuration, sans oublier que la multiplication des candidatures peut aussi conduire à des 21 avril 2002 !

      Signaler
    • Opiniatre Opiniatre

      Vous avez raison, une liste Barles, une liste Payan, une liste Camard, une liste Coppola, une liste Fortin, une liste Générations, une liste Place publique, NPA, LO… (j’en oublie sûrement), voilà la victoire assurée !

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      @opiniatre je ne dis pas ça. Si Samia Ghali s’y met aussi, ou toute autre liste de gauche, les choses seront compromises. Mais avec une liste de gauche « tradi » et une liste EELV, le coup reste peut être jouable. À suivre

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Ce n’est pas ce que vous dites, Laurent, mais c’est ce que suggère Raymond Dayet : « Que Coppola ait le courage de partir seul en conduisant la liste du PC. Que Camard ait le courage de défendre les valeurs portés par les Insoumis. Que Payan défende les couleurs du PS. Que les collectifs de Madame Fortin aillent jusqu’au bout de leur démarche citoyenne sans se laisser parasiter par les partis politiques. N’ayez pas peur. »

      Comme s’il s’agissait là de « courage », et non d’absence de sens politique voire d’inconscience. C’est bien gentil de raisonner comme si les élections en France étaient régies par le scrutin proportionnel, mais c’est simplement faux depuis quelques décennies.

      Cinq listes à 5 %, ça fait sûrement de beaux témoignages idéologiquement purs. Mais ça fait aussi zéro élu. C’est peut-être un objectif pour certains. Pour ma part, je préférerais une alternative à Gaudin qui ne soit ni Vassal, ni Ravier.

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Pour que la fête soit vraiment pure, ne manquent que les candidatures de Arlette Laguiller, Jean-Pierre Chevenement, Noël Mamere et Christiane Taubira. Une offre politique diversifiée et de qualité, qui a la fin réduit le choix entre peste et choléra. Plus jamais ça

      Signaler
  5. Opiniatre Opiniatre

    Barles maire de Marseille, même lui n’y croit pas. Clairement, ils font une liste pour témoigner, pas pour gagner. Ce n’est pas un « comité de liaison » qui va faire le poids devant les rouleaux compresseurs de la machine Vassal, et avec un RN fort.
    Plutôt qu’un réflexe sectaire d’un groupuscule écolo, il s’agit peut-être finalement d’une jolie manœuvre, faire une pseudo-liste pour mieux négocier un ralliement en décembre ou janvier. Car il va falloir qu’ils sortent de la novlangue écolo pour aller parler avec les habitants, trouver 300 candidats, et les budgets nécessaires.

    Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      C’est tout à fait possible. Comme quoi les écolos ne seraient pas si bêtes et feraient alors coup double : mettre la pression pour obtenir une vraie représentation sur une liste d’union, et couper l’herbe sous les pieds de Samia Ghali qui, si elle venait à présenter une liste autonome dans quelques semaines, apparaîtrait comme la vraie fossoyeuse.

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Toujours aussi » lucide » dans vos hypothèses @opiniatre. Sans voir l’effet fortement démobilisateur qu’aura immédiatement leur décision sur la démarche unitaire, et notamment chez les collectifs citoyens, et le fait que es autres ne vont pas les attendre à gusto…. « Il s’agit peut être finalement … » et bien plutôt d’une manoeuvre politicienne et bien foireuse, pour s’allier à la carte au second tour avec les ni de gauche ni de gauche de LREM, en fonction des résultats et à « la carte »,avec l’excuse/prétexte de faire barrage au méchant loup, que leur décision renforce….

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      « Comme le dit Barles, faire barrage à la droite marioniste… » et comme l’écrit Benoit Gilles »Le sujet fait encore débat ».

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Cher ravi, émettre une hypothèse, même improbable, ne met pas en cause la lucidité de celui qui la formule. C’est une hypothèse, il en existe d’autres, l’avenir dira si les verts étaient de bonne foi ou non

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Cher Laurent; Sauf à penser qu’il n’y a qu’une seule hypothèse, ce qui traduirait chez chacun d’entre nous une certaine indigence (et vous dites bien qu’il y en a plusieurs), ce n’est pas dans l’hypothèse elle même, mais dans le choix de celle ci, qu’on peut se permettre d’interroger la lucidité. J’aurais donc du écrire, c’est vrai, « lucide, dans le choix de vos hypothèses ».
      Par ailleurs, et concernant S Ghali,je perçois mal perso en quoi elle est un sujet dans la question de la responsabilité des verts de refuser l’union. Je crains même, à l’inverse, que la dynamique joue dans l’autre sens : Plus il y a de désunion, moins la responsabilité des nouveaux postulant semblera engagée, et plus ils seront donc tentés de passer à l’acte.

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Le risque que la candidature EELV desinhibe tel ou telle existe, en effet. C’est encore une hypothèse. Et le risque pour nous est de se perdre en conjectures…

      Signaler
  6. julijo julijo

    A quel moment, ces verts, purs, durs…..mais casseurs de rassemblement « avant » parlent-ils de la loi électorale de notre ville dite « PLM » ????????
    ils vont se rassembler  » après » avec qui, si ils le peuvent pour le second tour ????? ou bien savent ils déjà qu’à part « casser » le mouvement ils sont surtout là pour assurer l’élections de notre martine ???? voir pire….
    c’est de l’enfumage.
    et pour reprendre l weygand : 303 candidats ! qu’ils les trouvent chez les verts, purs, durs…..la « société civile » ne veut rien dire !

    Signaler
    • Raymond Dayet Raymond Dayet

      en réfléchissant bien, c’est plutôt votre rassemblement qui est de l’enfumage. Rassemblez des gens qui ne pensent pas pareil, qui se détestent et qui s’opposent quotidiennement, ce n’est pas cela qui est artificiel?? Elle est où l’hypocrisie et la poursuite du système établi?

      Signaler
    • Nicolas Nicolas

      @Raymond Dayet, c’est vrai que se rassembler avec ceux qui pensent pareils sur tout et tout le temps, c’est plus simple. Mais ça concerne peu de gens. Je me demande même si vous comprenez le sens du mot « rassemblement », car pour se rassembler, il faut faire un pas vers l’autre qui n’a pas les mêmes attentes que vous. C’est dans la confusion « se rassembler »/ »se ressembler » que m’apparaît la plus grande suffisance possible. Si vous ne pensez pas pouvoir vous rassembler avec des électeurs de gauche, comment pouvez-vous imaginer diriger une ville qui aura, par conviction, voté au moins à 45% pour la droite ou l’extrême-droite. Cela présage du pire sur votre manière d’aborder le consensus…

      Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Martine face à tout ceci doit être morte de rire

    Signaler
  8. marguerite.deschamps marguerite.deschamps

    En 2014, à Grenoble, un maire écologiste a gagné grâce à l’UNION de toutes les forces progressistes sociales et écologistes. Il sera probablement réélu en 2020 quand nous nous mangerons du Vassal ou du Ravier à tous les repas !

    Signaler
  9. Ellemra13 Ellemra13

    La lecture de l’article ce matin m’avait fait bondir…Il y était question de « discussions de merde » à propos de ce qui se passe au MSP. L’expression a depuis été enlevée « à la demande de l’intéressé ». Que dire d’autre sinon que c’est navrant, et qu’il n’est en fait question que d’égos à satisfaire. Les 8 morts de la rue d’Aubagne, Zineb Redouane, les milliers de délogés, les dizaines de milliers de mal logés, de mal-vivants dans cette ville éclatée, morcelée, vendue aux grands groupes financiers, les dizaines de milliers de personnes respirant mal – hier il y avait 4 bateaux de « croisière » à l’amarrage- , tout ça pèse fort peu face aux ambitions de certains.

    Signaler
    • Annnieday Annnieday

      Entièrement d’accord

      Signaler
  10. Raymond Dayet Raymond Dayet

    @electeur du 8eme,
    le processus de désignation adopté par les militants verts s’appelle la démocratie. Peut-être que cela vient contrarier les plans de quelques uns ( toujours les mêmes professionnels de la politique ) mais ce n’est pas très grave.

    Signaler
    • Nicolas Nicolas

      Je suggère qu’une pétition réunisse davantage que 80% de 91 votants pour que votre démocratie intra-partisane s’effondre d’elle-même.

      Signaler
  11. leravidemilo leravidemilo

    C’est gens là sont authentiquement dramatiques, à 80% en tous cas (merci aux 20% de ne pas avoir fait chorus.) Ils feraient bien de songer, en bon écologistes, qu’il n’y a pas que ce Monsieur Barles qui est « biodégradable »…
    Ils marchent déjà sur des oeufs concernant leurs piètres tentatives de justifications.
    — » Tout est ouvert » nous dit Mm Juste, en claquant la porte.
    — « Mais nous sommes clairs sur nos valeurs » nous assure M Menchon » quand on entend que même l’adjectif social est une épithète inutile, dans notre ville de très loin la plus inégalitaire de France.
    — Marseille peut montrer l’exemple à la France entière en devenant une ville verte » ( de rage sans doute) se lâche M Rupnik. Elle va vraiment donner en fait l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Je suis en mesure d’annoncer à M Rupnik que l’exemple, à la France entière, va être donné par Grenoble; M Piolle, maire sortant y a déjà annoncé et même clamé, dans le prolongement de sa victoire de 2014, qu’il y reconduisait et y approfondissait l’union forgée il y a 6 ans, tout en ne cachant en rien dans son interview, le peu d’estime qu’il portait à l’actuelle direction nationale des verts et à ses positionnements en la matière…

    Signaler
    • Raymond Dayet Raymond Dayet

      Vous pouvez les insulter, vous moquer, rien n’y fera: ils ont pris leur décision de façon démocratique et souveraine. Ce qui est drôle, c’est que si ils avaient pris une décision différente, vous leur auriez trouver toutes les qualités du monde. Comme quoi, tout est relatif en politique

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      On se calme! Où donc avez vous vu que je les insulte ? Quant à les moquer, il suffit pour ce faire de mettre en valeur la place (et le contenu) des justifications de cette décision dans leurs propos ici rapportés; et en les citant. Quand M Rupnik nous fait miroiter un Marseille pouvant donner à la France entière un exemple de ville verte, vous pourriez comprendre qu’on trouve la plaisanterie quelque peu saumâtre!
      Quant à les critiquer, je n’ai pas l’intention, ne vous en déplaise, de vous demander votre imprimatur, ni sur ce forum ni ailleurs.

      Signaler
  12. Pythéas Pythéas

    Quel cinéma ! Quels politicards ! Quels manœuvriers ! Quels faux-culs ! Cette décision est téléguidée par Jadot qui n’en n’a que faire de Marseille. L’heure écolo serait venue ? On en reparlera dans 6 mois. Quant à la démocratie à 70 pour décider de laisser 850 000 marseillais dans les bras de Vassal, c’est une caricature. Tout ce qu’on peut dire aujourd’hui est que le pouvoir de nuire ces 70 doit être très apprécié à droite et qu’ils vivent clairement sur une autre planète. Qu’ils aillent un peu à Grenoble pour prendre des leçons de politique d’Eric Piole, qui lui a une autre éthique politique et un tout autre respect des forces du changement. Vassal peut dire un grand merci à Barles…

    Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    L’étiquette « de gauche », « un fardeau inutile » ; l’adjectif « social », « une épithète inutile » : elle est probablement là, la clarification. Quand on n’est ni de gauche, ni de gauche, c’est sûrement compliqué de se retrouver dans un rassemblement des gauches.

    Dans une ville aussi inégalitaire et aussi fracturée que Marseille, estimer que l’adjectif « social » est tout juste bon à jeter sonne tout de même comme une insulte. On espère que les mots ont dépassé la pensée de l’auteur de cette énormité.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      tout à fait d’accord !

      Signaler
    • Pirate Pirate

      Parfaitement juste

      Signaler
  14. Raymond Dayet Raymond Dayet

    En fait, à vous entendre tous, il aurait fallu que les verts soient pris au piège la culpabilité et qu’ils s’assoient sur leurs convictions en passant dans la machine à laver du Rassemblement sans précédent! Rien que ce nom de « Rassemblement sans précédent » me fait mourir de rire. C’est à la fois pompeux et mensonger car je vous rappelle que c’est exactement ce que Guerini avait déja fait en 2014. Et avec les mêmes car ils étaient tous sur sa liste les Coppola, Caselli, Payan… Alors, comme démarche inédite, vous repasserez!

    Signaler
    • Pythéas Pythéas

      Un peu de rigueur : en 2014 Guérini ne présentait pas de liste et Coppola menait une liste avec l’extrême gauche., indépendante de Mennucci.

      Signaler
    • Pythéas Pythéas

      Quant à Barles, en 2008, il état sur la liste… Guérini dès le premier tour ! Ne trafiquez pas le passé, Mr Dayet : le passé est souvent cruel !

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Merci Pytheas pour ces précisions fort utiles.
      c’est une grave erreur pour les Verts.
      Ils vont perdre leur électorat de gauche. Celui qui a voté pour eux aux européennes notamment.
      Votons à gauche, continuons le travail de mobilisation, laissons les manoeuvrer loin de la gauche. Au moins, c’est clair.

      Signaler
    • Valmy Valmy

      Mr Dayet et si vous nous disiez qui se cache derrière ce faux nez? Pour qui roulez vous? Qui manipule Raymond la science (électorale)? Quel méthode de l’ancien monde (politique) utilisez vous pour casser le rassemblement qui est la seule voie possible? Quelle imposture intellectuelle portez vous? Moi j’ai ma petite idée…

      Signaler
  15. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    La politique c’est certes affaire de convictions mais aussi de compromis (et pas de compromissions) qui permettent de passer des alliances et de faire des majorités (en democratie, car au sortir des urnes, le bulletins ça se compte, c’est donc finalement une affaire d’arithmétique aussi).
    EELV a bien raison d’affirmer son autonomie si son projet c’est de vouloir assumer son leadership dans une alliance. Si c’est pour se retrouver « cavalier seul » cette ligne risque fort d’être décevante… du moins à court terme.

    Signaler
  16. patrick patrick

    tout est dit plus haut et je n’arrive pas à me convaincre que ce groupuscule ne soient pas autre chose que des abrutis qui finiront sur la liste lrem

    Signaler
  17. Raymond Dayet Raymond Dayet

    @Pythéas,
    je me suis effectivement trompé. Le rassemblement sans précédent de Guérini, c’était pas en 2014…..mais en 2008!! C’est dire si la démarche est novatrice!
    Et à l’époque, il y a donc 12 ans, je confirme qu’on trouvait déja les mêmes sur les listes Guerini: Coppola, Payan, Carlotti, Caselli et compagnie. Bref, tous ceux qui veulent incarner le renouveau aujourd’hui. Edifiant, non?

    Signaler
    • Pythéas Pythéas

      Donc vous voulez « incarner le renouveau » avec une tête de liste, Barles, qui était élu sur les listes Guérini en 2008, c’est bien ça ? Je ne vois pas bien la cohérence.
      Je pense que Barles c’est effectivement le passé, l’égo, l’ambition, le professionnalisme en politique (il vit de ça, c’est son métier). C’est évidemment le genre de candidat qui ne correspond pas, mais pas du tout, au renouveau et à une autre façon de faire de la politique. Marseille n’a vraiment pas besoin d’intrigants. L’avenir est ailleurs.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      C’est d’ailleurs marrant de voir Barles dénoncer un « processus mortifère, avec les partis qui attendent en embuscade » : que représente-il lui-même, sinon un parti parmi d’autres, ni plus ni moins – sinon qu’EELV nous a habitués à donner le spectacle de combinazioni totalement incompréhensibles pour quiconque les voit de l’extérieur ?

      Signaler
  18. Raymond Dayet Raymond Dayet

    Ca prouve au moins que lui, contrairement aux autres, il a tirer les leçons du passé. L’ expérience a prouvé à mainte reprises ( car on est loin, très loin, d’un Rassemblement sans précédent ) que ces alliances contre nature sont des bidouillages qui ne marchent pas. Les électeurs ne veulent plus de ce cirque . Allez, que chacun se retourne les manches et aille sur le terrain au lieu de se lamenter. Le combat politique ne s’arrête pas. On dirait que c’est la fin du monde. C’est sur que Martine doit être réconforter devant votre défaitisme, votre fatalisme et la fébrilité ambiante. On dirait que vous dépendez tous de Barles et que tout s’écroule. Ayez confiance en vous, ayez confiance dans la puissance de vos convictions et de votre travail de terrain!

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Vous avez de ces « preuves » !
      C’est quand même béta de confondre, dans les aventuresques compagnonnages de M barles, Diouf et Guérini; va savoir lequel des deux en rigolera le plus. Mais c’est pas grave, car on s’en fout. Sauf que ça aide juste à recadrer le sujet, et à tracer le « phénomène. » Prenez garde pour la suite, car ses compagnonnages risquent fort de se diversifier encore, et vous risquez de perdre pied.

      Ce qu’on retient par contre de vos comparaisons furibardes entre 2008 et le réel présent, c’est que pour vous, et vos affidés, le pacte démocratique n’existe pas, pas plus que les états généraux de Marseille, ni tous les collectifs citoyens, surgis récemment pour lutter contre les situations indignes qui nous sont faites, ni les évènements à l’origine de cette floraison, ni les effondrements d’immeubles, ni les expulsions illégales, ni la « gestion » tout aussi indigne des relogements de plus de 3000 personnes, ni la mort d’une grand mère qui fermait sa fenêtre au 4’ème étage, ni l’enterrement de première classe de « l’enquête » relative à ce forfait, ni le PPP Bouygues pour les écoles, ni quoi que ce soit de réel qui s’est passé dans notre bonne ville, avec un impact majeur sur un nombre conséquent des citoyens de cette ville qui ne fait plus Cité. Ni même surtout ce que cela a fait bouger dans la compréhension et dans les volontés de lutte de ces dits citoyens, et qui vous aura visiblement échappé . Alors oui, Guérini, alors oui 2008 … ça ne mange pas de pain. Vous pouvez attaquer tout votre saoul Guérini, toujours pas jugé hélas, mais déjà plus que grillé, et qui donc n’entre en rien dans le sujet. Et ne comptez pas sur nous pour le défendre…
      Vous en dites par trop, ce faisant, sur les soubassements idéologiques de ceux que vous défendez avec tant d’obstination et qui, dans la plus pure qu’il soit des traditions politicardes, gambergent sur des anticipations bidonnées et des sondages foireux, en oubliant de prendre en compte le réel du jour, et bien sur sans même nous calculer.
      Vous pouvez par contre compter sur la « confiance » de ces citoyens impliqués dans leur propre prise en charge, sur la « puissance de leur convictions » et sur leur » travail de terrain » pour vous démentir. Gardez donc vos encouragements pour vous même et pour Barles et ses acolytes, ils en auront bien besoin… ça fait quand même pas mal de gens qui vont s’efforcer de les assurer de leurs convictions, et leur en apporter…la preuve!

      Signaler
  19. José Rose José Rose

    José Rose
    Fallait bien qu’il y en ait un qui se tire le premier et rajoute une pièce dans la machine à perdre. Eh bien c’est fait. Le syndrome de la course en solitaire a encore sévi. Les autres seront tentés d’en faire de même et chacun en appellera à se rallier à son panache vert, rouge, rose, vert surtout cette fois-ci puisque c’est le vert qui a décidé d’y aller seul pour réunir (exactement 59 voix sur 73 exprimées selon La Provence) ! Et ceux qui rêvaient en arc en ciel en seront marris. Comme d’hab ! Il leur restera leurs larmes pour pleurer au soir des élections tandis qu’elles sont déjà de joie chez les installés, les héritiers du désastre qui se ripolinent à bas frais, les producteurs de boucs émissaires et les faiseurs d’illusion.
    Alors c’est quoi l’objectif de ce cavalier seul ?
    Faire un tour de piste pour avoir trois sièges d’opposition dans une mairie qui assurera la continuité en affichant d’hypocrites promesses de changement ? Participer à un défilé de mode ou manifester ensemble ? Se compter ou s’additionner pour mieux se multiplier ? Sauver son étiquette ou la ville ? Avoir sa minute de visibilité médiatique ou quelques années de travail discret et collectif ? Marquer sa différence ou rendre fructueuses les différences ? Brandir sa pureté ou œuvrer encore à la recherche d’alliances et de chemins communs ? Prendre sa vérité pour La Vérité ou essayer la variété et le doute ?
    Ca commence à mal faire tout ça !
    Au bal des egos, la musique est vieillotte et la rengaine du « Tous derrière moi, avec moi et pour moi » sonne moins juste que le « Tous ensemble ».
    Et si l’on continuait inlassablement à travailler sur nos convergences, nos valeurs partagées et nos projets ? Si l’on changeait enfin une équipe qui perd.
    Car il y a urgence ! Education pour tous, rééquilibrage territorial, justice sociale, logements dignes, services publics efficaces, préservation de l’environnement, qualité de la vie, culture vivante et plurielle…la liste est longue et les propositions ne manquent pas. Certes, chacun a ses priorités et son rythme mais rien de rédhibitoire, rien au vu de ce qui nous sépare de tous ceux qui défendent les privilèges, entretiennent la médiocrité clientéliste, délaissent des quartiers entiers, préfèrent les opérations immobilières et le tourisme au bien être des habitants de Marseille.
    C’est possible. On n’est pas non plus obligés d’être d’accord sur tout pour vivre ensemble ? Ni pour donner un bel avenir à notre ville.

    Signaler
    • ALAIN B ALAIN B

      En principe quand il y a peu d’éléments on s’exprime en voix réelles et non pas en pourcentage
      80% cella donne une fausse image de la réalité
      Alors que 59 sur 73 est plus significatif

      Signaler
  20. Haçaira Haçaira

    En fin de compte tous ces zozos ont-ils un programme et une liste de promesses qui de toutes façons ne seront pas tenues ?

    Signaler
  21. Raymond Dayet Raymond Dayet

    @leravidemilo,
    votre argumentaire est trop subtile pour moi. Je me suis perdu. Pour ma part, je suis ravi que des collectifs et des citoyens prennent enfin leur destiné en mains. C’est bien pour cela que je trouve pathétique et choquant que des politiques tentent de les récupérer et de les instrumentaliser. Je suis, comme le sont certainement aussi le Pacte démocratique ou encore le Rassemblement sans précédent, partisan de la clarté. Je considère que les Verts ont eu le mérite de la clarté et sont allés au bout de leurs convictions. C’est tellement rare que cela fait du bien et je crois que les marseillais apprécieront cette démarche d’honneté politique. Après, ce n’est que mon avis et vous n’ êtes pas obligé de le partager. Ce qui est sur, c’est que je ne vois pas en quoi ça enlève quelque chose à la démarche citoyenne engagée par les collectifs et qu’on ne peut qu’approuver. Sauf à faire des calculs et des combinaisons politiques qui ne m’intéressent pas

    Signaler
  22. chouze chouze

    Si Christine la victoire a la mairie passe par une gauche unie.

    Signaler
  23. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    C’est Martine Vassal et la droite conservatrice avec un petit changement pour que rien ne change qui doivent être très heureux.
    Elle à la rue de la République pour elle avec ces fieffé-e-s militants sociaux, anticapitalistes, insoumis et associatifs qui n’arrivent pas à s’entendre.
    Quand je pense à Piolle qui est arrivé à Grenoble et à tant d’autres.
    Marseille sera à droite alors qu’il y a tant à faire…Et nous continuerons à défiler Canebiere-Castellane en criant  »Macron-démission ».
    Affligeant, c’est le mot…!

    Signaler
  24. Pythéas Pythéas

    Une relecture délicieuse : Entretien de Barles dans La Marseillaise 23 juin 2019 (http://www.lamarseillaise.fr/marseille/politique/76977-entretien-sebastien-barles-les-ecolos-seuls-ne-gagneront-pas-marseille)
    Question : « Depuis les européennes, les responsables écologistes semblent tentés par des démarches solitaires aux municipales. Ce n’est donc pas pour vous la voie à suivre à Marseille ?
    S.Barles. : On a décidé de contribuer à une liste unitaire où les questions écologiques seraient très présentes. Ce serait être à côté de la plaque de penser que les écolos seuls pourraient gagner la ville. On est dans un contexte particulier, une ville en état d’urgence avec une menace forte du RN sur trois secteurs de la ville. Il faut rassembler toutes les forces dont bien sûr celles qui sont nées après le drame de la rue d’Aubagne.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      « Souvent politicien varie, bien fol est qui s’y fie. »

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Quelques vers d’Aragon dans ce monde de brutes
      Quand les blés sont sous la grêle
      Fou qui fait le délicat
      Fou qui songe à ses querelles
      Au coeur du commun combat

      Signaler
  25. Raymond Dayet Raymond Dayet

    @Remybarges,
    vous avez une drôle de conception de la politique. Il me semble avoir le droit de dire ce que je pense même si je ne suis pas d’accord avec vous, même si je trouve que les Verts ont eu raison d’aller au bout de leur logique et de leurs convictions. L’avenir dira si ils ont eu raison ou tort mais je vois pas bien au nom de quoi vous auriez la légitimité de vouloir décider à leur place. Les Verts sont vos obligés? vos inféodés? Leur choix s’appelle juste la liberté. Je reste perplexe face à ce flot de critiques qui, pour le coup, me semble contraire à l’esprit même du Rassemblement sans précédent basé sur la citoyenneté. La citoyenneté, ça commence par le respect du droit des autres et par le respect de la liberté de chacun dans son engagement.

    Signaler
    • Valmy Valmy

      Vous faites des grandes phrases pour vous faire passer pour un vrai démocrate mais vous ne répondez pas à mes questions. Qui se cache derrière Raymond Dayet?

      Signaler
  26. Tarama Tarama

    Droit dans le mur.

    Signaler
  27. Raymond Dayet Raymond Dayet

    @remybarges
    Raymond Dayet est un citoyen qui n’a pas à recevoir de leçon de démocratie de votre part. Si ce que je dis vous dérange, vous en avez le droit. Ce qui est certain, c’est que vous ne m’empêcherez pas de m’exprimer. Sans doute que la décision des Verts vient perturber les plans et les ambitions des uns et des autres. Il en va ainsi des rapports de force en politique. Les Verts représentent aujourd’hui le point central de la gauche et ils ont décidé de partir seuls en assumant leur leadership. Comment et pourquoi le leur reprocher. Ne sont-ils pas libres de faire ce qu’ils veulent? D’ailleurs, on se demande bien pourquoi cela vous perturbe autant? C’est quoi votre rôle dans tout ça?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire