Vélodrome : pourquoi Gaudin veut faire payer McCourt

Décryptage
le 4 Oct 2016
0

L'arrivée de Frank McCourt ne fait pas rêver que les supporters. Jean-Claude Gaudin espère bien tirer profit du rachat du club pour augmenter le loyer du Vélodrome. Car ni le bail actuel, ni le naming ne rapportent suffisamment à la Ville de Marseille.

Jean-Claude Gaudin et Frank Mac-Court lors de la conférence de presse à l'hôtel de ville (photo : B.G.)

Jean-Claude Gaudin et Frank Mac-Court lors de la conférence de presse à l'hôtel de ville (photo : B.G.)

Des lettres grises sur le toit blanc immaculé. Deux ans après sa mise en route, le stade de l’Olympique de Marseille est devenu officiellement l’Orange Vélodrome. L’opérateur de télécommunications a signé pour dix ans à 2,4 millions d’euros par an. Ce dernier chiffre n’est qu’une estimation puisque la Ville comme l’entreprise gardent secret le montant de la transaction sans se soucier de la transparence nécessaire à la gestion d’un équipement public. C’est un des effets induits du partenariat public-privé puisque Orange signe avec Arema, la filiale de Bouygues qui gère le Vélodrome, et non avec la collectivité.

Dans le même temps, ce stade est toujours occupé par l’OM qui dispose d’une avantageuse convention pour y jouer jusqu’à la fin de la saison. Les négociations devraient avoir lieu d’ici là afin de renouveler les termes du contrat. A des conditions plus rémunératrices pour la Ville, espère Jean-Claude Gaudin. « Nous allons faire monter la somme du loyer de l’OM compte tenu des difficultés, des chantiers, etc. », a expliqué le maire de Marseille en conseil municipal ce lundi. La Ville, pour qui le stade est un poids financier important, espère arracher un bonus des mains de Frank « de l’argent vous en avez » McCourt. Retour point par point sur les enjeux soulevés par l’enceinte sportive du boulevard Michelet.

Le naming ne rapportera rien aux finances municipales

2,4 millions d’euros, la somme est loin des montants avancés un temps par la majorité municipale qui rêvait de 5, 6 voire 7 millions d’euros les meilleurs jours. Surtout, ce contrat de naming ne rapportera pas un centime à la Ville. S’il vient gonfler les recettes d’Arema, qui loue aussi le stade pour des concerts ou des matches du RCT, ce n’est qu’à partir d’un total annuel de 12 millions que la Ville touche un pourcentage. Un montant jusqu’à présent jamais atteint, de près ou de loin.

Illustration Orange.
Illustration Orange.

L’adjoint aux finances avait d’ailleurs renoncé de longue date à cette perspective pourtant censée alléger les 15,3 millions d’euros que verse la Ville chaque année à Arema pour payer la construction et l’exploitation du stade. Dès août 2014, Roland Blum confiait à Marsactu en dessinant un joli zéro avec ses doigts : « Aujourd’hui, on en est là. Vous savez, cette partie-là, c’est plutôt l’affaire d’Arema. »

Loyer : l’OM paie deux fois moins que prévu

Même s’il n’a pas la réputation d’être un amoureux du foot, Jean-Claude Gaudin a tout pour être bielsiste, un de ces fans charmés par les méthodes de l’ex entraîneur argentin de l’OM Marcelo Bielsa. Non pas pour le beau jeu mais plutôt parce que celui-ci avait su ramener au stade supporters et spectateurs. La saison 2014-2015 où le technicien sud-américain entraînait l’OM est la seule qui a permis au club de dépasser les 20 millions d’euros de recettes billetterie, seuil au-delà duquel la Ville prélève 20 %.

En 2014-2015 donc, les caisses municipales ont récupéré 800 000 euros grâce à cette part variable. Mais, comme pour la première année, la part fixe de 4 millions avait été réduit d’1 million en réparation du manque à gagner dû aux travaux, le total du loyer s’est arrêté à 3,8 millions d’euros. La saison suivante, Bielsa est parti et Michel puis Franck Passi ont peu à peu dégoûté les amoureux du foot. Résultat : un Vélodrome vide et 4 millions d’euros seulement de loyer. Et la saison actuelle est partie sur les même bases, un match contre Lyon, un cador du championnat de Ligue 1, ne rassemblant que 32 000 personnes personnes quand sous Bielsa il en accueillait près du double.

Bref, tout cela mène loin des 7,4 millions d’euros annoncées contre toute logique mathématique par la Ville et des 8 millions réclamés par la chambre régionale des comptes (CRC). Menacée de départ à La Mosson pendant l’été 2014, la Ville avait fini par négocier un forfait par match puis sur trois ans. Une manière de se laisser des marges de manœuvre pour l’avenir.

La Ville tient l’OM qui tient la Ville qui…

La même CRC avait regretté que la Ville n’ait pas discuté avec son seul locataire possible avant de se lancer dans une dépense de plus d’un demi milliard d’euros sur 35 ans. La municipalité va retourner à la table des négociations avec McCourt en étant toujours dans la même seringue. Elle voudra prendre sa part des recettes annexes du stade qu’entend développer le repreneur en souhaitant offrir « la meilleure expérience pour les fans ». Mais il faudra pour cela qu’elle soit très attentive à intégrer les cocktails et autres prestations dans l’assiette globale des calculs.

A l’annonce de Gaudin d’un loyer augmenté, certains supporters ont crié à l’arnaque et dénoncé la ponction sur le club chéri. Certains exhortent le nouveau propriétaire à construire sa propre enceinte comme a su le faire l’Olympique lyonnais à Décines.

https://twitter.com/AxelPorcino/status/782888044894486528

Pour l’heure, ce n’est pas l’intention de McCourt qui reste aimable avec la municipalité : « Nous acceptons évidemment les conditions et les termes du contrat entre le club et la ville. C’est une réalité prise en compte dans la transaction. Nous verrons bien ce que l’avenir nous réserve », avait-il expliqué au Monde. Mais s’il décidait de la construction d’un nouveau stade, il aurait de toute manière à faire avec la municipalité Gaudin ou avec la métropole Gaudin sur les questions urbanistiques. Autant dire qu’un tel choix serait compliqué, sauf à installer le stade à Toulon ou à Arles… telle une franchise américaine nomade de base-ball.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire