Mairie RN (ex FN) des 13e et 14e arrondissements : qui roule aux frais de la mairie ?

Enquête
Jean-Marie Leforestier
20 Juin 2018 10

Deux pleins le même jour, un d'essence, un autre de gazole avec une même carte de carburant, censée être à usage individuel. Après la demande de deux ex adjoints au maire, la mairie des 13e et 14e arrondissements a dû fournir le détail des passages à la pompe de son équipe. Ils révèlent nombre d’incongruités.

Capture d'écran du documentaire "Marseille à l'épreuve du FN"

Capture d'écran du documentaire "Marseille à l'épreuve du FN"

Est-ce pour se racheter une conduite, pour expier une faute ou, plus prosaïquement pour se maintenir dans le jeu politique qu’ils ont décidé de lutter pied à pied ? Fâchés avec Stéphane Ravier, les anciens 1er et 2e adjoints de la mairie Rassemblement national (RN, ex FN) des 13e et 14e arrondissements de Marseille, Marie Mustachia et Antoine Maggio, mère et fils, surveillent méticuleusement les agissements de leur ancien parti. Et le remplacement pour cause de cumul des mandats de Stéphane Ravier par sa nièce, Sandrine d’Angio, n’y a rien changé.

Leur dernière cible est inspirée d’une enquête de Var-matin qui épinglait les frais de transport du maire de Cogolin. Pourquoi ne pas faire de même à Marseille ? Patiemment, ils ont récupéré et examiné l’ensemble des factures détaillées, opération par opération, non sans avoir dû au préalable demander l’intervention de la commission d’accès aux documents administratifs. Ces documents révèlent l’étrange utilisation des cartes carburant de la mairie, censées ne servir qu’au bon exercice de l’administration de la mairie des 13e et 14e arrondissements.

Gazole le matin, sans plomb le soir

Le même jour, une carte peut payer indifféremment gazole le matin et sans plomb le soir. Curieuse façon de se déplacer. Elle peut aussi permettre de se servir en essence deux fois dans la journée. Ou tout l’été, comme si personne ne prenait de vacances. Dans l’Aisne ou dans les Alpes-maritimes. La liste est longue pour ces cartes distribuées « par nécessité de service ». Elles permettent aux agents habilités d’utiliser un véhicule de service voire, à l’occasion leur véhicule personnel, dans le cadre de leur travail. Faute de transports en commun efficaces, ils ont aussi droit au « remisage » ; c’est-à-dire de rentrer chez eux avec ce véhicule. Mais attention, cela ne leur donne pas le droit de l’utiliser sur leur temps libreNi de l’utiliser pour tout autre véhicule que ceux-là

La carte n°1 est réservée au cabinet du maire. Une note de service l’attribue de 2014 à 2017 à celui qui est aujourd’hui sénateur et président de groupe RN à la mairie centrale Stéphane Ravier. De sources concordantes, la voiture qui y est reliée était régulièrement conduite par le maire lui-même. Prenons le mois de novembre 2016. À La Toussaint, pas de rassemblement en faveur de l’Algérie française à Marignane – son habitude – pour Stéphane Ravier. La carte n°1 paie en revanche dans la même journée deux pleins de gazole, d’abord à Essigny-le-Grand dans l’Aisne puis à Merceuil cinq heures plus tard en Côte d’Or à 400 kilomètres au Sud. Cela ressemble à s’y méprendre à un retour à Marseille. Avec une autre voiture que la Clio à laquelle la carte est attachée puisqu’elle a permis de se servir deux fois en gazole alors que celle-ci roule à l’essence. Qu’y faisait son conducteur ? Quel rapport avec la mairie de secteur ? La question est la même en juillet 2016 sur la côte corse à Corbara. Mais nous n’aurons pas de réponse. L’entourage de Stéphane Ravier explique qu’il réserve ses réponses au conseil d’arrondissements ce mercredi.

Des factures étonnantes

En 2016 comme en 2017, facture après facture, les cartes carburant permettent aux élus et fonctionnaires de se servir à toutes les pompes possibles. Elles sont aussi utiles à l’occasion pour régler des dépenses d’alimentation ou d’« accessoires » sans lien avec leur objet. Les sommes sont à chaque fois légères à l’échelle d’un budget municipal. Cependant, un bénéficiaire peut parfois dépenser 374 euros en carburant en un mois, sans que les trajets domicile-travail –il habite sur la Côte bleue – et les déplacements qu’implique son poste puissent le justifier. Ces anomalies témoignent tout de même d’un usage peu scrupuleux des deniers publics. Le directeur financier devenu directeur général des services (DGS) par intérim passe deux fois à la pompe le même jour, parfois en n’hésitant pas à cumuler sans plomb 98 et 95 à trois minutes d’intervalle. La directrice de cabinet se sert à intervalles réguliers en gazole et en essence, une fois par semaine de chaque.

Antoine Maggio en campagne lors des législatives 2017.

Sur toutes les cartes – une membre de cabinet et le responsable de la culture ont aussi la leur – d’étranges paiements apparaissent. Quel contrôle a exercé Stéphane Ravier sur ce système ? Antoine Maggio et Marie Mustachia n’ont obtenu que quelques autorisations officielles accordées à tel ou tel fonctionnaire pour encadrer ces mises à disposition quand toutes auraient dû leur être remises. Certaines laissent à désirer quand le DGS par intérim se signe lui-même l’autorisation d’usage du nouveau véhicule livré en mairie. « Mais nous ne sommes pas là pour incriminer les fonctionnaires, seulement pour pointer le responsable qui est monsieur Ravier, qui a de toute façon tout validé », assure Antoine Maggio. Voilà qui renforcera Stéphane Ravier dans son sentiment que ces anciens alliés devenus opposants ne sont que des aigris.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire