L’OM sponsorise un cahier d’exercices à sa gloire avec l’aval de l’Éducation nationale

Enquête
le 27 Nov 2019
25

L'OM Fondation a offert 9400 manuels aux élèves de CM1 marseillais. Ces cahiers "parascolaires" aux couleurs du club et mettant en scène son histoire sont présentés par le rectorat comme "complémentaires" des manuels déjà existants. Dans la communauté enseignante, cette irruption d'une entreprise privée dans le contenu pédagogique suscite l'incompréhension.

Le cahier a été offert par l'OM Fondation à 9400 écoliers marseillais.

Le cahier a été offert par l'OM Fondation à 9400 écoliers marseillais.

Depuis la rentrée de septembre, les élèves de CM1 marseillais peuvent apprendre à tracer des figures géométriques en suivant les lettres P-A-Y-E-T ou B-O-L-I. Ils peuvent aussi découvrir de grandes dates historiques comme, au hasard, celle de la création de l’Olympique de Marseille par René Dufaure de Montmirail. Des découvertes permises par un manuel offert en début d’année scolaire par l’OM fondation, l’organisation de charité du club, aux écoliers marseillais. Un « cahier parascolaire » plus précisément, destiné à compléter l’enseignement en classe ou à réviser à la maison toutes les matières au programme, distribué à 9400 exemplaires, ainsi que l’a détaillé Le Ravi.

Un exercice de géométrie inspiré des noms de joueurs.

Dans le détail, la fondation de l’Olympique de Marseille a financé un livre réalisé par l’éditeur Bourrelier éducation. Des spécialistes de l’Éducation nationale y ont contribué pour une ligne éditoriale claire : football et culture locale sur plus de 160 pages. Lors de sa diffusion dans les écoles, le recteur lui-même a adressé une lettre aux enseignants les encourageant à en faire usage.

Dans la missive, que Marsactu a pu consulter, il décrit un « cahier parascolaire [qui] se veut au plus près des fondamentaux et des enseignements préconisés (…) Il est utilisable en classe, en complémentarité des savoirs disciplinaires que vous dispensez, mais aussi à la maison, en autonomie. […] Il devrait être un marqueur de la progression de chaque élève tout au long de son année scolaire », recommande ainsi Bernard Beignier, sans pour autant formuler de caractère obligatoire à l’utilisation du manuel.

L’OM fondation reconnaît dans la préface du livre que « ce cahier n’est en aucun cas un manuel scolaire » et qu’il intègre « une dimension ludique qui prend sa source dans l’histoire de notre ville, l’univers sportif et les valeurs que nous portons au quotidien ».

« L’année prochaine, on aura un classeur McDo ? »

L’arrivée par dizaines des livres siglés OM dans les écoles a toutefois surpris et même franchement agacé parmi les enseignants. « Les inspecteurs nous avaient dit qu’on en ferait ce qu’on voudrait, mais finalement il y a cette lettre qui nous encourage à travailler avec, soupire une professeure. Pour moi c’est un problème. L »année prochaine, on aura un classeur McDo, des tapis de sol Facebook ? ». 

Car au-delà des couleurs du club symbolique de la Ville, le manuel ne fait pas l’impasse sur la dimension commerciale de l’OM, en proposant par exemple de calculer le prix d’un abonnement au stade dans un problème mathématique, en faisant référence à l’emplacement de la boutique située sur la Canebière ou encore en n’oubliant pas d’apposer le logo de son sponsor Puma sur les maillots des personnages illustrant les exercices.

Exercice d’anglais tiré du cahier.

« Nous trouvons ça extrêmement maladroit de s’associer à ce type de promotion, déplore Virginie Akliouat, pour le syndicat SNUIPP, qui a demandé des éclaircissements à l’Inspection d’académie. On ne comprend pas qu’une institution de l’État en fasse la promotion, c’est surprenant. Pour nous c’est un objet promotionnel ». 

« Ce n’est pas le fait d’offrir des cadeaux aux enfants, pourquoi pas, ajoute Pascal Pons, pour la CGT Éduc. Nous sommes opposés par principe à ce que les entreprises privées fassent du patronage, se rachètent une conscience en faisant intrusion dans les services publics. » Enseignant en CM1, il ne pense pas utiliser le manuel en classe. « Est-ce que j’ai vraiment envie de faire la propagande d’une entreprise privée en classe ? », interroge-t-il.

« Rien d’inédit » pour l’académie

« Les enseignants n’ont aucune obligation de s’en servir, c’est un cahier qui est remis aux petits Marseillais par le biais de l’école, modère Dominique Truand, inspectrice de l’Éducation nationale et adjointe au directeur académique, qui a participé à son élaboration. La cadre omet ainsi totalement l’existence et les incitations du courrier du recteur. « Cela n’a rien d’inédit, une fondation décide de venir en aide pour développer l’étude à la maison. L’OM fondation est venue vers le rectorat avec cette idée, et nous avons été là pour les accompagner afin que ce soit conforme et que cela serve vraiment aux élèves de CM1″, développe-t-elle, enthousiaste.

L’impression qui domine chez les enseignants contactés par Marsactu est surtout celle d’un gâchis et de livres déjà remisés au placard. « De l’argent, on en a besoin. Mais ça, on ne l’a jamais demandé. Des manuels, on en a déjà ! Un maillot par exemple, pour certains élèves ça ferait un t-shirt en plus, ce serait pas du luxe », sourit une directrice d’école en zone prioritaire. « Si l’OM fondation tient à donner de l’argent, qu’elle donne pour les travaux, pour réparer les fuites, enlever l’amiante, garantir l’école pour tous », abonde Pascal Pons. D’autre glissent que le cahier risque aussi d’être victime de l’obsolescence programmée : les écoliers de 2022 sauront-ils encore qui est Dimitri Payet ?

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Effectivement l’on peut voir le mal partout , mais madame AKLIOUT du SNUIPP je viens de regarder votre revue mensuelle « Fenêtre sur cour  » où pas mal de publicités sont présentes. Est ce que le privé par cet artifice ne souhaiterait ‘il pas rentrer par hasard dans le cerveau de nos chers professeurs des écoles pour les influencer ?.
    Ce qui est pour vous , ne le serait-il pas pour les petits?. LA notion d’exemple cela vous parle sans doute.
    L’OM est un moyen peut être d’intéresser les « minots » en faisant néanmoins attention , alors pourquoi pas.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      En effet dans le numéro de novembre un publireportage sur la MAIF et un encart publicitaire pour la CASDEN. Deux pubs, c’est énorme. Et en plus pour deux sociétés privées liées aux intérêts non pas de l’Education nationale mais de ceux qui y travaillent (oui il parait que ces gens là ont aussi besoin d’assurances, de compte en banque et de prêts).
      Comme chacun sait les revues syndicales sont des outils d’enseignement.

      Non mais franchement faire la comparaison entre un bulletin syndical financé par des cotisations et un peu d’aide de sociétés dont les sociétaires sont aussi les usagers et un cahier d’exercice scolaire sponsorisé bar une boite privée qui ne crache pas sur les fonds publics, êtes-vous bien sérieux ?

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Effectivement l’on peut voir le mal partout , mais madame AKLIOUT du SNUIPP je viens de regarder votre revue mensuelle « Fenêtre sur cour » où pas mal de publicités sont présentes. Est ce que le privé par cet artifice ne souhaiterait ‘il pas rentrer par hasard dans le cerveau de nos chers professeurs des écoles pour les influencer ?.
    Ce qui est bon pour vous , ne le serait-il pas pour les petits?. La notion d’exemple cela vous parle sans doute.
    L’OM est un moyen peut être d’intéresser les « minots » en faisant néanmoins attention , alors pourquoi pas.

    Signaler
  3. Blaah Blaah

    En soi, je ne vois aucun inconvénient à ce que les écoliers soient sensibilisés à ce morceau du patrimoine marseillais, l’OM n’étant pas vraiment une entreprise privée comme les autres. Néanmoins, connaissant la propension du camarade Eyraud à souiller n’importe laquelle de ses actions par du marketing putassier, ce manuel ne pouvait pas faire exception. La présence du sponsor et la pub pour les abonnements sont des lignes rouges allègrement franchies.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Je pense que les professeurs des écoles non plus. Ils préfèreraient simplement que l’apport de l’OM se fasse par exemple avec du matériel sportif plutôt que des exercices simplets que n’importe quel professeur peut concevoir.

      Signaler
  4. Laurent Lhardit Laurent Lhardit

    Problème :
    « Sachant que l’OM paye un loyer annuel de 5 millions d’€ par an à la Ville de Marseille pour la location du stade Vélodrome, alors que la Chambre Régional des Comptes estime que ton club préféré devrait payer 8 millions d’€ par an, calcule la perte nette que cela représente chaque année pour le budget de la Ville ».

    Signaler
    • patrick patrick

      ça c’est pour le cm2

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Vous supposez un renvoi d’ascenseur à quelques mois des élections sur un domaine qui a causé de gros soucis à la mairie ? Non ce serait trop gros.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Vous avez raison , mais le grand fautif dans cette histoire est un peu beaucoup l’OM ( qui profite de l’incurie) mais surtout le maire qui avalisé c’est accord .

    Signaler
  6. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    alors là pour réussir et gagner je ne sais pas si c’est le bon exemple. Marseille la ville de tout est possible!!

    Signaler
  7. Pascal L Pascal L

    Je précise que n’importe qui peut produire une manuel scolaire et que l’éducation nationale ne les valide pas. Le privé est déjà donc présent dans les écoles car (Hatier, Hachette, Magnard, Nathan, etc. …, c’est du privé). Il revient ensuite aux équipes pédagogiques de les préconiser ou de les choisir mais l’enseignant peut aussi ne choisir aucun manuel et faire travailler les élèves avec ses propres productions. L’enseignant peut donc ne pas distribuer ces manuels aux élèves et si on leur a donné par un autre canal, ne pas les utiliser.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Certes, et heureusement que l’édition, en France, est libre. Mais Hatier, Nathan et les autres font payer leurs livres. Le choix d’un manuel scolaire revient à l’équipe pédagogique, pas au rectorat ni à l’inspection (principe de liberté pédagogique).
      Là c’est un manuel gratuit fortement préconisé par le rectorat… Et c’est bien le souci.

      Signaler
  8. Manipulite Manipulite

    Le travail d’abrutissement par le marketing commence donc dès l’école !
    Comment l’Educ.Nat peut-elle se prêter à cette manip ?
    En effet, si l’OM veut aider les écoles il a d’autres moyens que de faire son auto promo sur le dos des enfants avec la complicité du recteur.

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Ah!!!!!!!!!!!, vivement le rétablissement du petit livre rouge.

    Signaler
  10. barbapapa barbapapa

    Les « valeurs » du football professionnel sont plutôt pourries et doivent être tenues très très loin de l’éducation nationale, et au besoin dénoncées par cette même éducation

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      La politique c’est pas mieux, l’industrie du spectacle n’en parlons pas ou plutôt si, les affaires avec les ententes overdose, et ainsi de suite. Quand des milliers d’enfants arrivent au collège sans quasiment savoir lire , écrire ou compter ce n’est pas ce petit cahier de l’OM ou d’autres qui en sont responsables. Il faudrait aussi que le milieu éducatif se pose aussi les vraies bonnes questions. Petit ,j’étais dans une école publique du Panier , ni à Lacordaire ou chez les Jéz. Les élèves étaient de toutes origines et pas très fortunés, et pourtant ,beaucoup ont réussis ou s’en sont bien sortis. Mais nos maîtres avaient bien pris en compte le terme EDUCATION compris dans EDUCATION NATIONALE, ceci ne nous empêchais pas d’ailleurs de parler d’ Escale, Tassone, J.Zvunka, , Chouqui, Destrumelle, Novi, Bonnel et Artelesa.
      C’est peut être la différence, l’EDUCATION était bien présente au quotidien y compris face aux miroirs aux alouettes.
      Je vais sans doute me faire « espousser » par ce commentaire mais c’est pas grave, le politiquement correct me fatigue de temps en temps.

      Signaler
  11. MarsKaa MarsKaa

    La lettre du Recteur est inadmissible. Les propos de l’inspectrice aussi. A leur niveau, c est grave.
    Cette opération laisse en plus entendre que tous les minots de Marseille aiment ou suivent le foot… ou devraient le faire….
    Mais c est certain c est comme ça que l on va lutter contre l echec scolaire …

    Signaler
  12. julijo julijo

    Je lis :
    L’OM fondation reconnaît dans la préface du livre que ……… il intègre « une dimension ludique qui prend sa source dans l’histoire de notre ville, l’univers sportif et les valeurs que nous portons au quotidien ».
    Ah ah, rappelez moi les « valeurs » portées par l’OM et le foot professionnel en général ???????
    C’est consternant. l’an prochain, ou au prochain trimestre, decat, sport 2000, pour les « valeurs du sport » puis, mac do pour la bonne bouffe bio…. et pourquoi pas bricorama, pour les gamins qui seront « virés » vers les cap…?
    si il veut des idées beinier…il demande !

    Signaler
  13. Tarama Tarama

    Ceci dans la ville de France qui compte le moins de terrains de foot par habitant pour la pratique amateur…

    Signaler
  14. Tarama Tarama

    Ce qui serait bien Marsactu, car personne n’a l’info, c’est d’arriver à savoir combien a coûté la production de ce gadget.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Je dirais dans les 20/30 k€. Une paille pour L’OM. Pour la défense du club, la fondation OM mène par ailleurs d’authentiques actions sociales vers les jeunes…

      Signaler
  15. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Un avant goût de PPP. Moi ça ne me dérange pas plus que ça dans le principe (pourquoi pas L’OM si ça peut aider les gosses à s’intéresser aux maths) mais la présence de publicité montre que la démarche n’est pas désintéressée, et ça c’est moche

    Signaler
  16. MarsKaa MarsKaa

    Le soucis c est l adoubement du recteur. Il y a une ligne rouge de franchie.

    Signaler
  17. Umble Escoulan Umble Escoulan

    J’ai ce cahier entre les mains. La mise en avant de l’OM est particulièrement discrète. De mon point de vue l’article en donne une vue biaisée. Plus généralement, les critiques concernant l’intrusion du « privé » me semblent relever du mauvais procès. L’OM n’est ni McDo ni Microsoft.
    J’aurais surtout voulu savoir ce qu’en pensaient les enfants.
    E

    Signaler
  18. Brallaisse Brallaisse

    Ouf , nous revenons un à la raison .

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire