Ça discontinue

Pour l’Europe, la nouvelle SNCM ne paiera pas les 440 millions

À la une
Rédaction de Marsactu
4 Déc 2015 3

La Commission européenne a confirmé à Marsactu que les 440 millions d'aides publiques indûment perçues par la SNCM ne seraient pas réclamées à la nouvelle compagnie qui naîtra de ses cendres. Jusqu'à preuve du contraire.

Ce week-end, les bateaux bleus et blancs de la SNCM vont lentement reprendre la route de la Corse avant d’arborer dans quelques mois le nouveau logo de la Compagnie maritime méridionale (CMM). La SNCM sera liquidée et une partie des personnels et des bateaux repris par la CMM, intégrée au groupe de l’entrepreneur corse Patrick Rocca. Mais cette dernière est-elle la continuité de la seconde? Cela peut paraître un détail, mais c’est un point crucial que les marins grévistes souhaitaient voir desserrer avant d’autoriser le largage des amarres.

La question, détaillée ici par Marsactu, est la suivante : après liquidation de la SNCM et transfert des actifs à la nouvelle société, n’y a-t-il pas un risque que celle-ci soit à son tour condamnée à rembourser les aides jugées illégales par l’Europe ? En effet, à l’origine de toute cette histoire, il y a un double couperet de 220 millions d’euros que la SNCM était peu ou prou condamnée de payer après que la justice européenne a estimé illégales les aides d’État dont la compagnie a bénéficié. Pour mémoire, Corsica Ferries a attaqué avec succès les conditions de la privatisation de la compagnie en 2006 puis les subventions reçues entre 2007 et 2013 dans le cadre d’une délégation de service public.

Si la réponse était non, « cela n’aurait servi à rien d’être entré dans cette logique de liquidation, avec tant de licenciements, pour qu’à la fin, ceux qui restent se retrouvent dans quatre mois avec 440 millions à payer », résumait un marin, syndiqué à la CGT. En la matière, le seul document officiel récent est une lettre de la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager envoyée le 27 novembre et qui confirme le principe de la discontinuité.

Cette notion barbare de « discontinuité » accompagne le dossier de la SNCM depuis que la compagnie est sommée de rembourser ces sommes folles. Si la compagnie doit renaître sous une autre forme, le principe de libre concurrence impose que la nouvelle société soit distincte de l’ancienne. Les quatre candidats à la reprise étaient tous montés à Bruxelles pour faire passer leur offre sous le portique à discontinuité de la commission. L’offre de Rocca n’a pas bipé, vogue la galère.

Réponse en 110 points

Mais cette aimable missive est-elle suffisante ? Dans le cas de la Sernam, une filiale de la SNCF qui avait subi le même trajet tortueux, l’État français avait demandé une décision en bonne et due forme à la commission qui avait statué dans une longue décision rédigée en 114 points très juridiques.

Pourquoi n’est-ce pas le cas dans ce dossier similaire ? Nous avons demandé à la commission qu’elle était la règle en la matière. La réponse du porte-parole de la Commission Ricardo Cardoso est sans ambiguïté : « La Commission se félicite du jugement autorisant une reprise partielle des actifs de la SNCM. Elle devrait permettre de préserver certains des emplois de la SNCM et de sécuriser la continuité territoriale entre la Corse et le continent français ». Puis plus loin sur la discontinuité :

En outre, cette reprise partielle des actifs permet à la Commission de conclure, sur la base des circonstances actuelles, à une discontinuité économique entre la SNCM et la nouvelle structure mise en place par l’acheteur.

De manière moins formelle, la lettre de la commissaire Verstager, qui fait forcément autorité en matière de la concurrence au sein de la commission, s’impose à l’ensemble des commissaires. Elle ne rend donc pas obligatoire la réunion du collège des commissaires que certains appelaient de leurs vœux. Or, la validation très carrée du cas Sernam n’avait de toute manière pas évité le recours d’un concurrent quelques mois plus tard.

La SNCM elle-même a déjà connu une fausse joie avec une décision de la Commission européenne. En 2006, elle avait a validé l’opération de privatisation de la SNCM avant que la Cour de justice de l’Union européenne estime contraire à la libre concurrence les aides d’État dont la compagnie avait bénéficié. Continue ou discontinue, personne ne peut donc dire que l’histoire européenne de la SNCM est finie…

Benoît Gilles et Julien Vinzent

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire