[L’été à la Valentine] Derrière le centre commercial, le village oublié

Série
le 27 Août 2022
2

On la connaît pour ses magasins à perte de vue, ses embouteillages et ses fast food. Centre commercial avant tout, La Valentine n'en demeure pas moins un lieu de vie pour des milliers de Marseillais. Pendant l'été, loin des touristes, Marsactu arpente la zone. Pour le dernier épisode, promenade dans le noyau villageois historique qui vivote derrière les hangars de la grande distribution.

Au cœur de la Valentine, le parvis devant l'église tient lieu de place du village. (Photo : LC)

Au cœur de la Valentine, le parvis devant l'église tient lieu de place du village. (Photo : LC)

Juchée sur les chaises hautes d’une chaîne de poulet frit, le regard se promène. Par-delà les jeux pour enfants chauffés à blanc par le soleil, les entrepôts se dessinent derrière les files ininterrompues de voitures. C’est la zone telle qu’on la connaît. Mais entre deux baies vitrées, une autre carte postale s’invite. Le groupe du […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pussaloreille Pussaloreille

    La Valentine décrite dans l’article illustre le destin de tellement de quartiers à Marseille (ou ailleurs !) que c’en est bien tristounet. C’est vrai que la multiplication symptomatique, dans la ville, des agences immobilières est absolument effarante. Merci d’évoquer à ce propos la notion de lien social qui fait toute la noblesse du métier de commerçant. Dans les grandes enseignes et centres commerciaux, parfaitement avertis des besoins du chaland, on parle d’animation et on veille à ne pas négliger les activités et services attractifs. Ça ne remplace pas le contact avec un Commerçant qui vous reconnaît… mais ça marche, comme vos articles sur la galerie en témoignent. Le consommateur français semble curieusement totalement inconscient du pouvoir de ses choix quotidiens et de son porte-monnaie, c’est dommage.

    Signaler
  2. Marie Simon Marie Simon

    Ce quartier, ça été la vache à lait de Gaudin. Construction de lotissements à saturation sans aucun investissement public: pas de bibliothèque, pas de piscine, pour l’éducation on compte surtout sur le privé parce que ni le collège, ni les maternelles ou primaires n’ont suivi l’augmentation de la population, la voirie n’en parlons pas: aucune des routes n’étaient adaptées à une telle augmentation du trafic, pas de pistes cyclables bien sur, transport en commun en peau de chagrin: le 50, le seul un peu rapide,qui descend sur le centre via l’autoroute s’arrête à la fermeture du centre commercial, tant pis pour les habitants. Il y a tout de même le 12 qui tient jusqu’à 21h (simple coincidence? il désert la clinique de Muselier). Malgré tout ça, ce quartier c’est aussi celui de petits coins de nature bien cachés, inconnus de la plupart des Marseillais. Et ça c’est un vrai régal.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire