Les voisins du château de La Barben attaquent le Rocher Mistral pour retrouver les cigales

Actualité
le 29 Sep 2021
7

La société Rocher Mistral comparaissait devant la justice mardi suite à une assignation par des riverains et une agence immobilière. Ils accusent le parc à thème provençal de nuisances sonores et de travaux non autorisés.

Des riverains sont venus soutenir les propriétaires requérants à l'aide d'une banderole déployée devant le tribunal d'Aix. (Photo LA)

Des riverains sont venus soutenir les propriétaires requérants à l'aide d'une banderole déployée devant le tribunal d'Aix. (Photo LA)

Munis de pancartes, une vingtaine de riverains du château de La Barben font le pied de grue devant le tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence. Avec un seul mot d’ordre : “Halte aux nuisances sonores !”. L’audience de ce mardi matin, ces voisins du parc d’attraction Rocher Mistral ont eu plus que du temps pour s’y préparer. Après deux renvois durant l’été, cela fait maintenant deux mois qu’ils patientent pour connaître l’issue de l’assignation en référé de ce parc à thème dédié à la culture provençale, inauguré le 1er juillet dernier.

Une attente qui n’a fait qu’augmenter leur exaspération, face aux nuisances sonores générées par les spectacles musicaux du parc. Situé au cœur d’un paysage de pinèdes et de garrigue, le Rocher Mistral est une initiative de l’entrepreneur Vianney d’Alançon, qui y a investi près de 30 millions d’euros, dont 7 millions d’argent public pour la réhabilitation de ce château connu des Provençaux. Il ambitionne d’attirer vers ses spectacles et son village commercial près de 300 000 visiteurs annuels, soit le flux qu’attire déjà le zoo situé à proximité.

Bien que La Barben, 800 habitants, soit située à 2 kilomètres du parc, certains riverains vivent à quelques centaines, voire dizaines de mètres seulement du château et disent subir les bruits des spectacles historiques du matin au soir. “Ils ont fait n’importe quoi pour pouvoir ouvrir à temps“, lance un habitant, excédé. Une de ses voisines regrette, les larmes aux yeux : “Diminuer les nuisances sonores ne coûterait pas si cher. C’est une question de respect”.

Une pancarte tenue par une riveraine de La Barben pour demander au Rocher Mistral “du respect et non du mépris”. (Photo LA)

Les requérants, trois propriétaires voisins du château – les familles Belaube et Lamotte – ainsi que l’agence immobilière Accord, chargée de gérer des propriétés à deux pas du lieu, demandent depuis le 22 juillet de la suspension en urgence d’une partie de l’activité du parc d’attraction. Ils souhaitent pouvoir ainsi assurer rapidement la tranquillité de leurs locataires – un seul des propriétaires habitant effectivement à La Barben.

“Une boîte de nuit à ciel ouvert”

“Les riverains ne peuvent plus attendre”, prévient dès le début de sa plaidoirie leur avocat, Jean-Marc Descoubès. Quelques heures plus tôt, l’audience était une nouvelle fois reportée, à la fin de matinée cette fois, suite au départ d’un juge, remplacé par le président du tribunal judiciaire d’Aix. Contacté par Marsactu, le tribunal n’a pas apporté de réponse concernant le motif de ce déport. Ce type d’abstention du juge est généralement lié à des obligations déontologiques, en cas de conflit d’intérêts notamment.

Ce mardi dans la salle d’audience, si Vianney d’Alançon n’est pas venu, il est bien représenté par son avocat, Alexis Chabert. Et les riverains, pour certains avec leur pancarte sur les genoux, n’ont pas l’intention de rater une miette du spectacle tant attendu. Dans le premier rôle, leur avocat ne fait pas dans la dentelle. Jean-Marc Descoubès qualifie le parc à thème avec irrévérence de “parc illicite”, “boîte de nuit à ciel ouvert”, ou encore de “bordel sans nom”.

Pas d’étude d’impact

Les riverains n’entendent plus les cigales, mais ils connaissent la trilogie de Pagnol par cœur.

Jean-Marc Descoubès, avocat des plaignants

“Rocher Mistral promet de « voir la Provence comme vous ne l’avez jamais vue ». Effectivement : les riverains n’entendent plus les cigales, mais ils connaissent la trilogie de Pagnol par cœur”, attaque l’avocat, non sans provoquer quelques rires dans l’assistance. Il demande la suspension des spectacles extérieurs comprenant de la musique amplifiée en l’absence d’une étude d’impact sur les risques de nuisances sonores.

Or, dès le 23 juillet 2020, par un arrêté, le préfet de région demandait à la société Rocher Mistral de produire une étude d’impact, comportant notamment une étude des risques de nuisances sonores. Cette dernière n’a pas été fournie par la société à ce jour. Pour son avocat, Alexis Chabert, des nuisances similaires avaient cours par le passé, lors de l’organisation de mariages par l’ancienne châtelaine. “C’est faux !”, s’emporte cette dernière depuis la salle, interrompant la plaidoirie, le visage crispé d’indignation. “Nous avons reçu un mail hier soir d’un expert acousticien, poursuit l’avocat de Rocher Mistral. Celui-ci reconnaît que les spectacles font plus de bruit que les cigales, mais cela n’a rien à voir avec une boîte de nuit !” Les résultats de ce rapport tardif devraient, selon lui, être connus “dans les dix jours”.

Des doutes sur la légalité des travaux dans le parc

“Du bricolage !”, estime de son côté Jean-Marc Descoubès. Et l’avocat des propriétaires de détailler leur deuxième demande : la fermeture du jardin potager et du parking du château, selon lui “aménagés sans autorisations d’urbanisme”. Le 17 mai 2021, la demande d’aménagement du jardin, classé monument historique et situé en zone non constructible, avait été refusée par un arrêté du maire de La Barben. En dépit de cet arrêté, le jardin accueille depuis un village commercial, une billetterie et des sanitaires, installés sur des structures légères.

Le parking, lui, fait l’objet d’une demande “toujours en instruction” mais accueille jusqu’à 1000 visiteurs par jour depuis le 1er juillet, alors qu’il sert habituellement de bassin de rétention pour réduire les risques d’inondation, la Touloubre coulant à proximité. “Je trouve dingue que lors de l’inauguration, des ministres se soient garés sur un parking sauvage !, fulmine l’avocat. Vous êtes trop pressés, voilà ce qu’on vous reproche ! Mettez-vous en règle”.

“Procureurs aux petits pieds”

Une plainte déposée au pénal le 28 mai par France nature environnement 13 vise justement ces travaux possiblement non autorisés. Pour l’avocat du Rocher Mistral, le débat sur une occupation illicite “ne peut pas être tranché tant que l’enquête pénale n’est pas finie. C’est aux services de l’administration de constater ces infractions”. Sûrement pas aux habitants selon Alexis Chabert, qui les qualifie avec virulence de “procureurs aux petits pieds”. “Ces riverains se comportent comme s’ils avaient un pouvoir de police. À quel titre peuvent-ils dire subir un trouble lié à la violation de ces règles d’urbanisme ?”

Ce qui dérange en réalité les riverains, c’est l’existence-même du parc. Leur objectif final, c’est l’interdiction du Rocher Mistral.

Alexis Chabert, avocat du parc à thème

Des rires estomaqués parcourent le groupe de riverains, pendant que leur avocat tente sans succès d’interrompre son confrère. “Ce qui dérange en réalité les riverains, c’est l’existence-même du parc, tacle l’avocat de la société. Leur objectif final, c’est l’interdiction du Rocher Mistral. Pour que la Provence redevienne leur Provence.”

Les riverains de La Barben en pleine discussion avec l’avocat des propriétaires, à la sortie de l’audience. (Photo LA)

C’est sur ces mots que l’audience laisse les riverains comme assommés. À la sortie, beaucoup ne croient pas à une victoire et se sentent attaqués. “Vendre a été la pire décision de ma vie, détache lentement l’ancienne châtelaine, pendant qu’une voisine confie se sentir comme une feuille face à un rouleau compresseur”. “On fait quoi, on attend quoi ?”, s’interroge une Barbenaise au regard perdu. Une autre fait les cent pas, en écoutant sur son téléphone le son des cigales qu’elle avait enregistré avant l’ouverture du parc. Pour connaître la décision du tribunal, il faudra de nouveau attendre, jusqu’au 12 octobre.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MaxMama13 MaxMama13

    Hélas, quand les défenseurs de l’environnement étaient vent debout contre ce projet, comme d’habitude, on s’est moqué d’eux, on leur a reproché d’empêcher le développement économique, la promoyde la Provence. Comme d’habitude, on arrose d’argent, on promet, on menace et on fait ce qu’on veut avec la complaisance des autorités. Scénario tellement connu pourtant ! Promouvoir la Provence ou créer un zoo comme dans La soupe au chou? Affligeant.

    Signaler
  2. TINO TINO

    Heureusement pour les propriétaires du Rocher Mistral, la Barben n’est pas un petit village de l’Ile de Beauté……..

    Signaler
    • chouze chouze

      Ouh la la…….

      Signaler
  3. Alain Goléa Alain Goléa

    Le titre est très reducteur: les habitants ne veulent pas le retour des cigales, ils veulent seulement vivre dans des conditions normales. La nuit, il a été mesuré, par huissier, un niveau moyen de 78 db pendant les spectacles !!

    Signaler
    • chouze chouze

      Voila.

      Signaler
  4. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Pourquoi le promoteur du Rocher Mistral n’assure-t-il pas le financement de l’opération dans sa totalité ?Il s’agit d’une affaire privée, il n’y a aucune raison que 7 millions d’argents publics contribuent à financer ce projet. Il y a bien d’autres priorités en région PACA : habitat indigne, école, industrialisation, etc.

    Signaler
    • chouze chouze

      C est exactement ca.
      Apres , courage aux gens concernes.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire