Les cinémas César et Variétés déchirés entre patron et salariés

Actualité
le 16 Sep 2016
8

Pour sauver du désastre les deux cinémas du centre-ville, spectateurs, partenaires et salariés se réunissent cette fin de semaine. Mais le propriétaire, pourtant incapable de verser les salaires et de payer le loyer à la mairie, n'a pas dit son dernier mot.

Le cinéma Les Variétés - archives Marsactu
Le cinéma Les Variétés - archives Marsactu

Le cinéma Les Variétés - archives Marsactu

Voilà des mois que les deux cinémas dépérissent sous le regard affligé des spectateurs. Après une grève des salariés l’hiver dernier en raison de retards dans le paiement de leurs salaires, aucun signe de redressement n’a été remarqué. Samedi soir, l’association de soutien créée en juillet sous le nom “Les Amis et partenaires des Variétés” organise donc une soirée de soutien dans l’enceinte du cinéma de la Canebière. Dans l’invitation, il est précisé que les salariés viendront “exposer la situation et les stratégies de lutte à venir”, tandis que l’association formulera “des propositions et perspectives”.

“Nous voulons faire en sorte que l’équipe ne baisse pas les bras tant que la situation n’est pas tranchée”, explique Florence Pazzottu pour l’association. Tartes salées et collations seront vendues au profit d’une caisse de secours. Car s’il entretiennent le flou sur leurs intentions comme sur la situation exacte de l’entreprise, l’événement a été organisé à la hâte pour répondre à une urgence : les employés ne touchent plus leurs salaires depuis le mois de juin.

Dans ce cas, Galeshka Moravioff, le patron des cinémas et de l’entreprise “Bastille Saint-Antoine” qui les regroupe, a normalement l’obligation de se déclarer en cessation de paiements au tribunal de commerce. Tout en restant lui aussi flou sur la situation, son avocat Me Bonnet précise qu’une audience devant le tribunal de commerce de Paris devrait se tenir très prochainement. “Il n’est pas question de liquidation”, estime-t-il cependant.

“Aujourd’hui, la situation est au point mort”, résume le réalisateur Nicolas Burlaud, qui avait occupé le cinéma en mai dernier pour exiger le paiement de 3000 euros qui lui étaient dus suite à la diffusion de son film “La fête est finie”. “Nous avons récupéré 1000 euros, le reste, on a fait une croix dessus vu la situation de la société qui gère le cinéma”. Membre de l’association, il en résume ainsi l’objectif : “On a envie de soutenir ce cinéma, mais de se débarrasser de cette société et de Moravioff”.

Parmi les créanciers : la mairie de Marseille

Galeshka Moravioff semble en effet avoir peu d’amis. À la mairie, propriétaire des murs, ses déboires financiers ne suscitent plus beaucoup d’indulgence. “La Ville a attaqué la société pour une ardoise énorme d’impayés sur les loyers. Le contentieux est en cours et je pense que le jugement devrait intervenir bientôt“, explique la maire des 1er et 7e arrondissements Sabine Bernasconi (LR). L’élue souhaiterait faire des Variétés une des pièces maîtresses du “Broadway marseillais” qu’elle veut voir naître sur la Canebière mais, comme l’association de soutien, elle estime que “personne ne regrettera ce chef d’entreprise”.

Galeshka Moravioff n’en est pas à son premier naufrage. Entre 2009 et 2014, il s’est notamment séparé, non sans turpitudes, de ses trois cinémas lyonnais. En juillet dernier, il était sommé par le bailleur de son cinéma parisien, la Bastille, de quitter les lieux pour loyers impayés. Un épisode relaté dans un article de Télérama, qui ne manque pas de dépeindre la réputation de “mauvais payeur” que se traîne le personnage dans le milieu du cinéma.

“Persécutions”

Pour son avocat, Galeshka Moravioff a des circonstances atténuantes. “Il est clairement victime des persécutions du CNC (…) On l’a mis sur la paille”, assure Me André Bonnet. À l’origine des caisses vides et de la dégringolade de “Bastille Saint-Antoine” on trouverait selon lui les travaux de numérisation des salles engagés par Moravioff en 2012 pour 700 000 euros et pour lesquels le Centre national du cinéma n’aurait versé qu’un quart de la subvention promise.

“Forcément, en avançant 700 000 euros, mon client n’a pas pu leur verser la taxe sur les entrées qui s’élevait cette année-là à 27 000 euros. De là, le CNC a bloqué le versement de la subvention qui aurait dû rembourser les travaux. Alors que le comptable du CNC aurait simplement pu retenir cette somme de la subvention”, explique l’avocat qui défendra bientôt une demande d’indemnisation devant le tribunal administratif de Paris. Interrogé par Télérama, le CNC déplore de son côté le peu de transparence et de bonne volonté du propriétaire.

Moravioff veut garder la main

Pour autant, Me Bonnet assure que son client n’est pas prêt de dire adieu à ses cinémas marseillais. “Au contraire, les choses devraient se résoudre et même se développer, promet-il. Il y a des gens très intéressés par ce réseau. Il est question d’une réorientation ainsi que de travaux avec l’aide d’un investisseur externe”, détaille-t-il.

Galeshka Moravioff garderait donc en partie la main sur le réseau. Ce plan ne fait certainement pas partie des “perspectives” imaginées parmi les scénarios de reprises de l’association et des salariés, qui entretiennent désormais des relations glaciales avec leur patron. “Il faut que la Ville sache que, ces cinémas, ce n’est pas fini !”, prophétise quant à lui Me Bonnet.   

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    c’est étonnant que la ville accepte la situation si longtemps… cela servirait-il ses intérêts ?
    y a -t-il des repreneurs potentiels ?
    le projet de complexe cinéma prévu à la place de la mairie 1&7 ne signe -t-il pas la mort du ciné variétés ?

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Ainsi qu’elle l’exprime dans l’article, la maire des 1&7 voudrait plutôt voir les Variétés perdurer. Concernant les repreneurs, l’avocat de Galeshka Moravioff évoque plus des “investisseurs”. Il est fort probable que l’association de soutien cherche aussi des pistes de son côté.

      Signaler
  2. mrmiolito mrmiolito

    Il n’y a déjà plus de label Art et Essais sur ces salles depuis des années, il est temps qu’elles soient gérées par quelqu’un d’autre en effet. Quand on veut voir un film en VO, on se dirige de plus en plus souvent vers d’autres cinémas qui ont bien flairé la place à prendre : le Chambord, parfois même la Madeleine ou le Prado… Evidemment ça ne fait qu’aggraver la situation des cinémas Variétés/César.
    Alors pourquoi pas une forme de “municipalisation” si en effet la Mairie veut vraiment les sauver ?
    Marseille est déjà relativement pauvre en écrans, elle ne peut pas se permettre d’en perdre 8 d’un coup !
    Exemple à suivre : quand on voit le cinéma l’Utopia à Avignon, qui est en mesure d’avoir une programmation Arts & Essais ambitieuse tout en faisant payer 4 € la place en plein tarif (!), on se demande pourquoi ce ne serait pas possible de faire presque aussi bien à Marseille qui, il y a peu, était “Capitale Européenne de la Culture”…

    Signaler
  3. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Je ne comprends pas que les salariés tolèrent cette situation, car ils disposent d’un moyen imparable pour y mettre un terme. 1/ Faire condamneren référé la société à payer les salaires. 2/ Assigner la société en redressement judiciaire immédiatement après si elle ne paie pas. Ainsi le fonds de garantie les paiera (d’une part) et surtout, le locataire actuel n’aura plus la main pour bricoler des plans de redressement fantaisistes…

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      En outre, lorsqu’il y a cessation des paiements – ce qui est le cas ici depuis juin – la déclaration de cette cessation au tribunal de commerce dans les 45 jours est simplement obligatoire. Le dirigeant d’entreprise qui se soustrait à cette obligation s’expose à des poursuites pour faute de gestion.

      J’ai du mal à comprendre pourquoi ce Monsieur Moravioff prend un tel risque, et encore plus pourquoi son avocat ne l’en dissuade pas.

      Signaler
  4. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Autant de questions auxquelles il sera peut être répondu dans un prochain article?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire