Le parti socialiste va vendre son siège marseillais et en espère 3,2 millions d’euros

Actualité
Jean-Marie Leforestier
22 Juin 2017 0

À l’Assemblée nationale, ils ne sont plus que trente députés socialistes. Les législatives ont laissé le parti très affaibli et, par ricochets, mis ses finances à rude épreuve. Moins de voix, moins de parlementaires, c’est moins d’argent qui rentre dans les caisses. La fédération des Bouches-du-Rhône n’échappe pas à cette disette. Selon nos informations, le PS 13 va vendre son siège de la rue Montgrand à Marseille.

La décision, qui était dans l’air depuis quelques temps, nécessitait d’obtenir l’aval du parti au niveau national puisque la fédération locale et le parti sont co-propriétaires des murs. C’est désormais chose faite et la petite annonce peut être passée pour ces locaux où le visiteur est accueilli par un portrait massif de Gaston Defferre. D’après les estimations effectuées, le PS 13 espère vendre les 1400 mètres carrés de surface de plancher pour 3,2 millions d’euros, une somme à répartir entre l’échelon local et national.

“Une page d’histoire qui se tourne”

“Évidemment, c’est une page d’histoire qui se tourne mais ce sont les électeurs qui nous ont demandé de la tourner”, commente un cadre socialiste. Celui-ci ajoute que le parti devrait “faire l’acquisition d’autres locaux plus petits. L’objectif est de déménager si possible avant l’hiver.”

Le PS paie qui plus est les défaites successives aux élections locales puisqu’il a perdu un grand nombre d’élus depuis 2014. Ainsi, la seule défaite aux municipales 2014 avait fait chuter le nombre de conseillers PS ou apparentés de 34 élus à 16. Autre exemple, les régionales 2015 l’ont vu perdre une soixantaine d’élus en se retirant avant le 2e tour. Chacun d’entre eux versait 10 % de son indemnité de fonction.

À cela s’ajoute le nombre des adhérents qui a diminué entraînant une baisse du montant collecté des cotisations. Après avoir compté jusqu’à une petite dizaine de salariés, le parti ne compte déjà plus qu’un seul permanent à temps plein.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : “Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps”
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...
Maryse Joissains : “Les procès, tout ça, cela a été fait pour m’empêcher d’être candidate”
Élue depuis 2001, la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence a annoncé à Marsactu son désir de briguer un quatrième mandat. À 76 ans, et malgré...
Trois immeubles menacent ruine et ferment une station de métro jusqu’à nouvel ordre
La place Jules-Guesde vibre de son activité habituelle, ce jeudi matin. Les turfistes cochent les cases autour du kiosque central. Quelques chibanis cherchent l'ombre...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire