Le maire de Fos-sur-Mer empégué dans une histoire de strip-teaseuses

Actualité
le 20 Déc 2019
11

Des images montrant Jean Hetsch, le maire de Fos, entouré de strip-teaseuses ont récemment circulé sur les réseaux sociaux. Les clichés ont été réalisés lors d'un repas organisé par la société communale de chasse dans une salle municipale. S'il dénonce une attaque de l'opposition, la question de l'attitude du maire face un "spectacle" qui sexualise le corps des femmes se pose.

Des gilets orange, des tenues de camouflage et des bottes. Jusqu’ici les photos de la « journée des vieux fusils » évoquée sur sa page Facebook par le maire de Fos, n’ont rien d’original. Jean Hetsch (divers gauche) raconte le « solide casse-croûte » et le « lâcher de faisans » organisés fin novembre par la société communale de chasse « Le renard ». « Pour clore cette journée tous se sont retrouvés autour d’un excellent repas à la Maison de la Mer », ajoute-t-il. Sauf que ce repas a été ponctué d’un « spectacle », dont les photo, elles, ne figurent pas dans son message. Elles ont fini dans la messagerie de Marsactu. On y voit le maire de Fos, assis sur une chaise, autour duquel des femmes très peu vêtues posent dans des positions suggestives. « Des strip-teaseuses, soyons clairs », ne se défile pas Christophe Sassarone, président de la société de chasse. « C’est une pause entre le gâteau et le café pour faire rire un peu les gens. Il n’y a personne qui se tripote », minimise-t-il.

Cette représentation a-t-elle sa place dans une salle municipale ? « C’est organisé par l’association, pas par la commune. J’ai découvert ça en y allant puisque c’est ma première fois en tant que maire et que je ne suis pas chasseur. Sur le plan culturel, ce n’est pas terrible », reconnaît Jean Hetsch, ancien président du centre culturel Marcel-Pagnol. Une découverte qui ne l’a semble-t-il pas choqué outre mesure : il n’a pas refusé d’être pris en photo entouré de ces dames, descendues de la scène pour circuler parmi les « vieux fusils ».

Au banquet des seniors, chippendales et danseuses brésiliennes

Les clichés ont circulé, jusqu’à finir agrandis et placardés sur des espaces d’expression libre de Fos-sur-Mer. « Depuis des années, il ne se passe rien et tout à coup cela devient l’affaire du siècle. Soit c’est une pudeur qui se révèle, soit les élections approchent », grince le maire, qui envisage de déposer plainte. « Cela fait 25 ans que je fais de la politique, je n’ai jamais tapé en-dessous de la ceinture, certifie Philippe Maurizot, candidat LR aux municipales. Et je connais suffisamment Jean Fayolle [autre candidat déclaré, ndlr] pour dire qu’il n’y est pour rien. Ils ont donné le bâton pour se faire battre et on n’a pas besoin de jeter de l’huile sur le feu, cela a circulé sur Facebook. »

Face à cette polémique, le nouveau maire oscille entre deux attitudes. La première est celle de celui qui lui a passé le relais en 2018, René Raimondi, lui-même chasseur et habitué de l’ambiance des « vieux fusils ». « Vous avez les même spectacles dans tous les cabarets de Marseille. Il faut arrêter cet obscurantisme, faites fermer le Lido ! », s’emporte ce dernier. Il signale un précédent, qui dédouanerait la municipalité de l’accusation de sexisme. « De la même manière, nous avons fait plusieurs fois venir des chippendales pour le banquet des seniors. Il y avait 800 personnes au Pasino et ça n’a choqué personne ! » Jean Hetsch le rejoint en partie, mentionnant, pour faire bonne mesure, que ce banquet financé par la mairie a pu accueillir « des danseuses brésiliennes ».

« C’était la dernière fois »

« Cela n’a rien à voir, les Brésiliennes sont habillées, il y a des plumes [sic] et elles se tiennent à distance. C’est digne », s’étrangle Philippe Maurizot. « Danseuses » plutôt que « strip-teaseuses », « après-midi » plutôt que « soirée », surfaces respectives des tenues par rapport aux « Brésiliennes » : en face, chacun pinaille pour resituer l’événement dans la banalité. Reste qu' »aux vieux fusils », comme le montrent certains clichés, on pratique le « lap dance », où la connotation sexuelle est plus affirmée, même si « personne ne se tripote ».

Tout en maintenant l’idée d’un « non-événement », Jean Hetsch promet que « l’année prochaine ce sera différent. Depuis mon arrivée, nous avons déjà abandonné les chippendales et brésiliennes au banquet des seniors pour proposer un spectacle de cirque. Pour les « vieux fusils », c’est aussi quelque chose qu’il faut faire évoluer. » Le message est passé auprès de Christophe Sassarone. « Le maire n’est pas pour ce genre de choses, c’était la dernière fois. » Avis aux magiciens, circassiens et autres stand-uppers : à Fos, des cachets sont à prendre.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Entre consternation et fou rire, merci Marsactu pour cette papillote de Noël

    Signaler
  2. Richard Mouren Richard Mouren

    Ah! Ah! Ah! Je regarde la date: non nous ne sommes pas au 1° avril! Le Renard, les Vieux Fusils, les strip-teaseuses pour rire un peu entre le gâteau et le café, les Chippendales, les Brésiliennes à plumes……
    Fos sur Mer, belle endormie asphyxiée par les fumées de ses usines, se révèle être une gourgandine fêtarde.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Et encore il joue à domicile , je me demande lors du congrès des maires à Paris quel doit’être le programme ou bien lors de voyages d’études?

    Signaler
  4. Tarama Tarama

    « Une bécasse, ça vaut bien dix pétasses,
    Une poule d’eau, c’est mieux que la Bardot… »
    @Les Inconnus

    Signaler
  5. Piou Piou

    La fête des beaufs!

    Signaler
  6. Zumbi Zumbi

    Le CCAS a naguère offert à quelque centaines de ses petits vieux ce genre de divertissement culturel, dénommé « soirée cabaret ». Comme disait Pierre Vassiliu, « qu’on amène les femmes nues et qu’on les foute à poil ! ». Ou l’action sociale vue par nos édiles.

    Signaler
  7. Elghali Elghali

    Y avait plus de sujet à traiter à Marsactu pour sortir un article aussi raz des paquerette. Franchement, ça vole pas haut !

    Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      Financé par « la mairie » « le département » « la région », « la métropole » ? En réalité il n’en est rien. Voilà où passe une partie de la dotation globale de fonctionnement, payée par les citoyens français par l’intermédiaire de l’État, grâce aux impôts directs : impôt sur le revenu, TVA etc. Encore un exemple du caractère calamiteux de la décentralisation

      Signaler
  8. Happy Happy

    Un maire victime d’un banal accident de chasse (aux voix)? Il astiquait son vieux fusil et le coup est parti tout seul ? Allez Julien, on sent que les jeux de mots vous titillent mais que vous n’avez pas osé effeuiller jusqu’au bout ! 😄

    Signaler
  9. Philippe Lamotte Philippe Lamotte

    Encore un politicard qui aurait voulu chasser sur les terres du Rassemblement nazional mais qui se sera fait piéger par le Renard, tanière de l’extrême-droite hypocrite et sournoise (« Je ne suis pas raciste, mais…) ? Les Vieux Fusils n’auront peut-être pas compris la portée du film : Le Vieux Fusil, mais ils sauraient bien tirer à vue sur un divers gauche de proximité ?

    Signaler
  10. Richard Mouren Richard Mouren

    Les photos révélatrices et croquignolesques provenant des réseaux sociaux ont disparu de l’article. Un bug informatique, une auto-censure ou un retrait exigé par les intéressés?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire