Le corps de Zineb Rédouane, décédée après un tir de lacrymo, reste bloqué à la morgue

Info Marsactu
Rabha Attaf
21 Déc 2018 2

Zineb Rédouane est décédée le 12 décembre à l'hôpital après avoir été blessée par une grenade lacrymogène. Depuis lors, son corps reste à la morgue et sa famille n'a même pas pu le voir. Une attente pénible qui retarde l'enterrement et empêche ses proches vivant en Algérie d'obtenir le visa pour la France.

Photos Louise Fessard et DR.

Photos Louise Fessard et DR.

Le 2 décembre dernier, Zineb Redouane décédait à l’hôpital après qu’une grenade lacrymogène l’a blessée au visage. Elle se trouvait alors à la fenêtre de son logement situé au 4e étage d’un immeuble, presque à l’angle de la rue des Feuillants et de la Canebière. Opérée à la Conception, la vieille dame âgée de 80 ans n’a pas tenu le choc. Depuis, son corps est bloqué à la morgue de l’hôpital de la Timone. Le juge d’instruction n’a en effet pas encore délivré de permis d’inhumer.

D’après une source proche de l’enquête, l’autopsie a pourtant été réalisée. Des analyses complémentaires auraient toutefois été demandées à un laboratoire lyonnais, mais elles concerneraient la trajectoire du projectile qui a frappé la victime. Et pour cause : la veille de son opération, Zineb Rédouane à clairement expliqué par téléphone à son fils avoir été “visée” par “deux policiers” armés de lance-grenades alors qu’elle fermait sa fenêtre. Nadjia Takouche, la voisine qui a porté secours à la victime, rapporte les mêmes accusations que l’IGPN, la police des polices qui conduit les investigations, va devoir évaluer.

Lire sur Marsactu : Zineb Redouane, blessée par une grenade lacrymo et décédée à l’hôpital à Marseille

“Nous entrons bientôt dans la période des fêtes. Dans le pire des cas, le temps que le laboratoire de Lyon fasse ses analyses et envoie son rapport, la famille risque de ne récupérer le corps qu’en janvier”, explique Philippe Chaudon, un avocat pénaliste. L’appréciation du juge d’instruction s’avère donc primordiale. Selon le code pénal, dès lors que la conservation du corps n’est plus utile pour l’enquête, l’autorité judiciaire doit délivrer l’autorisation de remise du corps et le permis d’inhumer dans les meilleurs délais. Au delà d’un délai d’un mois après l’autopsie, les proches pourront déposer une requête pour récupérer le corps et le juge aura un délai de quinze jours pour répondre par écrit.

“Je n’ai pas pu voir ma grand-mère”

Les enfants de Zineb Rédouane, qui vivent tous en Algérie, sont atterrés. Sans le permis d’inhumer, ils ne peuvent pas rapatrier le corps de leur mère et l’enterrer en Algérie, selon le rituel musulman. “Je n’ai même pas pu voir ma grand-mère à la morgue, raconte, dépité, le petit-fils de la victime, un commerçant venu spécialement d’Algérie. On ne nous a même pas remis le certificat de décès.”

Malgré ses multiples demandes auprès de l’officier de police chargé de l’enquête, la famille Rédouane n’a pas encore pu récupérer cet autre document sans lequel elle ne peut faire les démarches auprès des administrations (état civil et assurance-maladie), et en particulier auprès du Consulat de France à Alger pour la demande de visa. Pourtant, l’administration de l’hôpital de la Conception est formelle. Ce document figure bien dans le dossier remis aux agents des pompes funèbres lors du transfert du corps de la défunte à la morgue de l’hôpital de la Timone. À défaut, l’un des fils de Zineb Rédouane a dû fait appel au consul d’Algérie à Marseille afin de débloquer son visa.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...
L’ex-raffinerie de LyondellBasell de Berre attend toujours sa reconversion
Réparties entre quelques pins et d'immenses cuves d'acier, les dizaines de cheminées éparpillées à l’est de Berre-l’Étang font partie du paysage. Elles s'étalent sur...
Pour le théâtre Toursky, Richard Martin exige une rallonge de Jean-Claude Gaudin
Ils sont venus, ils sont tous là, rassemblés autour de Richard Martin sur la petite scène du Toursky. L'humeur est plus que jamais à...
Les taudis de la rue de Versailles bientôt démolis
Ces quelques immeubles décatis surplombés par l'autoroute A7 pourraient servir de maisons-témoins du mal-logement. Parmi ceux-ci, le 7 rue de Versailles tient le haut...
Logement, achat de l’hôpital Salvator : les dossiers chauds métropolitains du 16 mai
Prestement, la présidente Martine Vassal a fait retirer de l'ordre du jour le programme local de l'habitat (PLH) dont les maires du Pays d'Aix...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire