La Ville de Marseille rompt les amarres avec le Club de la croisière

Actualité
le 4 Mai 2021
20

Ce lundi, la mairie de Marseille a annoncé mettre fin à son adhésion au Club de la croisière qu'elle qualifie de "lobby". La  Ville coupe ainsi une subvention de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Une annonce que le département a déjà compensé en votant une aide de 100 000 euros à l'association.

Une file de croisiéristes attendent de partir en excursion en 2018. Photo : Violette Artaud.

Une file de croisiéristes attendent de partir en excursion en 2018. Photo : Violette Artaud.

“Tout le monde m’appelle. Je viens de descendre de ma moto en me disant que quelque chose se passe”. Le président du Club de la croisière, Jean-François Suhas n’est pas serein, ce lundi. Dans un communiqué envoyé ce jour, la Ville de Marseille informe qu’elle ne compte pas renouveler son adhésion à l’association qui soutient […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Suhas est effectivement le porte parole de MSC et de COSTA mais dans une moindre mesure. Il passe son temps à nier la pollution des navires et ne parlons même pas des termes employés vis à vis de l’actuelle mairie.
    Roi de l’autosatisfaction, je le soupçonne de s’enregistrer pour s’écouter parler.

    Signaler
  2. Jean Pierre DANIEL Jean Pierre DANIEL

    Un premier signe d’une réflexion sur le cancer du tourisme commercial qui étouffe Marseille

    Signaler
  3. Jean Pierre DANIEL Jean Pierre DANIEL

    Enfin une réaction au cancer du tourisme commercial et industriel qui étouffe Marseille

    Signaler
    • Brigitte13 Brigitte13

      tout à fait

      Signaler
  4. Andre Andre

    Je souhaite qu’avec la crise sanitaire les risques de mise en quarantaine, cette activité touristique stupide s’écroule.

    Signaler
  5. kukulkan kukulkan

    bonne nouvelle !!!
    le dumping social territorial pour attirer les croisières est néfaste pour l’environnement et pour les finances publiques !

    Signaler
  6. Richard Mouren Richard Mouren

    Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ce genre de structure regroupant des entreprises financièrement très lucratives aurait besoin de subventions publiques. Je n’arrive pas à me faire à l’idée que les emplois dans ces structures représentant des intérêts privés très rentables soient “aidés” par l’argent public. Pour ces 49 entreprises locales privées, le montant de la subvention municipale (plusieurs milliers d’euros, sans plus de précisions) est peu de choses par rapport aux intérêts mis en jeu et pourrait effectivement être mieux utilisée à aider de petites associations marseillaises tournées vers le public. Je ne mets pas en cause les retombées économiques des croisières mais me pose la question: si elles sont si importantes pour la ville, ne le sont-elles pas également pour les entreprises qui les gèrent?

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      ni le Port ni la Ville ne peuvent donner des chiffres concernant de supposées retombées

      Signaler
  7. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Ces immeubles flottants dont l’un des conseillers de Macron en a fait familialement un hobby ou un trafic d’influence (classé sans suite…!) sont vestiges de l’ancien monde qui n’en finit pas de mourir (suivez Alexis Kohler sur Wikipedia et sur le Parisien sur les deniers rebondissements de cette affaire…) comme les stations de ski de moyenne montagne, l’écologie et l’environnement doivent nous préparer à changer nos habitudes. C’est pourquoi j’ai voté pour le P.M. au dernière élections municipales. Quand à leurs réalisations, elles sont devant eux et je ne me priverais pas de les critiquer….le moment venu. La subvention économisée pourra être utilisée pour une étude destinée aux cancers près du Port et de l’Estaque…Non?

    Signaler
  8. Magnaval Magnaval

    La Ville n’ayant pas de compétence maritime, c’est de l’agitation dans un verre d’eau à peu de frais.
    C’est aussi, hélas, essayer de casser un outil qui a fait ses preuves dans tous les grands ports mondiaux. Au lieu de se mettre autour de la table pour trouver ensemble des solutions aux problèmes (indéniables) posés par cette activité, le PM préfère se retirer sur l’Aventin pour pouvoir médire et cancaner à son aise. Pourquoi pas se retirer du CA du Port, tant qu’ils y sont ?
    En revanche, pour proposer et mettre en place des stratégies économiques de substitution, attirer des entreprises, des emplois qualifiés, des contribuables susceptibles de rembourser la dette, toujours rien…

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      quelles preuves ? même le Port Autonome est incapable de donner un chiffre sur les retombées financières idem pour la Ville

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Les chiffres avancés par Vlasto étaient bidonnés comme d’habitude. Elle annonçait des chiffres de dépenses par passagers trois fois plus élevés qu’à Gènes ou Barcelone.N’importe quoi.
      Cher Magnaval ,au lieu de lire la Provence,lisez Cruise Industry et vous verrez la position des ports Scandinaves vis à vis des compagnies de croisières et des problèmes de pollution,ils ne baissent pas leurs culottes.Habitude typique de nos édiles républicains locaux
      Après le club de la croisière permets quelques vacances à Miami sur notre compte entre autres voyages.Decidement le marseillais aime Miami

      Signaler
    • Andre Andre

      Vous avez raison. Pour les croisiéristes on pourrait même faire un petit train qui irait à St Lazare, St Mauront, St Louis. Argument touristique: ” un voyage lointain à Calcutta ou au Brésil étant déconseillé avec la crise sanitaire, venez à Marseille, vous en aurez pour votre argent en matière de voyeurisme et d’ émotions fortes. Au passage, vous pourrez même ramener un peu de shit”.
      Il est indécent de miser sur le tourisme dans une ville au bord de la catastrophe, où les emplois industriels ont été éradiqués depuis 30 ans avec un taux de non emploi (plutôt que des statistiques de chômage) qui bat tous les records nationaux…

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Et pourquoi ils ne les mettraient pas à La Ciotat les croisiéristes. Quand ils vont avoir le port à sec ils pourront les mettre dans la forme de radoub, puisqu’elle ne servira plus. Et puis, entre ce qui arrive dans l’eau et ce qui sort des chaudières ça fera une belle unité de couleurs…:-(( Tatie Danielle aura ses clients à sa porte et le smog dissimulera encore mieux les rejets de sa station. Reste que le Didier devra chercher encore des solutions pour les éloigner du Parc. Bref une cohérence LR comme on les aime.

      Signaler
  9. Andre Andre

    J’ai lu dans ces colonnes que le Port de Marseille a fait des offres attractives pour le “remisage” des bateaux de croisière immobilisés avec la crise sanitaire.
    Cet amas de bateaux du côté de l’Estaque pollue plus qu’en période touristique car le fonctionnement des moteurs sans interruption est indispensables à la production d’électricité à bord.
    Le Port de Marseille n’a pas dû bien se rendre compte du contexte urbain de ses installations…
    Et puisque cela concerne surtout les quartiers Nord, la municipalité Gaudin comme la Métropole n’en avaient rien à f…

    Signaler
  10. Hde mars Hde mars

    Il est normal que la subvention de la mairie soit remplace par le departement car les retombes economiques sont plus pour le departement que pour Marseille . Tres peu des voyageurs visitent vraiment Marseille (les plus pauvres) les autres visitent l’arrieres pays et le luberon . Et ce n’est pas restaurant qui perdent une clientele c’est plutot la fastfood et les kebabs du bas de la rue de la republique . Quand aux entreprises à part celle de bus que lss croisieres mettent à l’amende et quelques taxis references ou guides touristique ce n’est pas d’enormes retombes . Les bateaux de croisieres ne font pas leurs courses à Marseille mais à genes et à barcelone bien moins chers

    Signaler
  11. barbapapa barbapapa

    Comme pour la montagne, où l’avenir est aux stations sans télésièges, remonte-pente, eaux captées, et flancs labourés dévastés – les ports sans hlm flottants et marées humaines d’un jour offrent un vrai plus touristique.

    Signaler
  12. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    De toute façon : état, région, métropole, département, ville ça sort toujours de la même poche : la nôtre. Au demeurant on se demande s’il entre dans les compétences des collectivités territoriales de financer ce genre d’association ? N’y a-t-il pas d’autres priorités ? Par exemple faire un tour de table pour financer des installations électriques qui permettront aux navires de se connecter tout au long de leur escale, plutôt que de faire tourner les machines ?En tout état de cause le « modèle économique » marseillais fondé sur le” tout tourisme” vient de montrer ses limites. La ville avec la crise sanitaire se retrouve un peu dans la situation de la Grèce à l’époque de la crise financière, ou des pays sud méditerranéens au moment des attentats terroristes. La décentralisation n’a produit en région PACA depuis bientôt 40 ans aucuns projets d’envergure. : Pire en 40 ans il a été impossible de mettre la ligne Marseille Aix-en-Provence à double voie surtout l’itinéraire. Quant à la liaison fluviale entre le Rhône et le Rhin de grands gabarits ,on a trouvé d’excellents prétextes , notamment à l’époque de Madame Voynet et de la majorité plurielle, pour la laisser aux oubliettes tout en permettant aux colonnes de poids-lourds, de polluer l’atmosphère dans les vallées du Rhône et de la Saône en remontants de la péninsule Ibérique vers les îles britanniques et l’ouest de l’Europe.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Il est très facile de comprendre ce résultat.
      Listez la liste des maires, des présidents de la
      région et du département depuis 30 ans ,vu le niveau, il ne faut s’étonner de rien.
      Et pendant ce temps Lyon se développe et rayonne.

      Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Il faut lire, dans La Provence d’hier, la réaction de l’inénarrable Moraine. Selon lui, les “deux mamelle de l’économie marseillaise” sont “le tourisme et le bâtiment”.

    C’est un triste aveu, car cette description correspond plus à une économie du tiers-monde, peu diversifiée et totalement dépendante de la conjoncture, qu’à celle d’une agglomération en bonne santé.

    La droite gagnerait tout de même à se doter d’un porte-parole crédible et un peu moins bêtement politicien.

    M. Moraine voit dans la décision de la Ville une “opposition idéologique [qui] va faire augmenter le chômage”. On ne voit pas bien en quoi la suppression d’une subvention de 80.000 € pourrait détruire tout un secteur économique, mais ce n’est pas grave. Le plus grave, c’est que la monoculture touristique – que la Ville subventionne ou non le Club de la Croisière – met l’économie locale en risque à chaque soubresaut économique ou politique. On attend donc des institutions qui ont compétence sur le développement économique une véritable stratégie territoriale et de véritables investissements, et pas seulement des images à la télé et des voyages à Miami.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire